Beliefnet (2010) PDF Imprimer Envoyer

Beliefnet

 

Transcription anglaise/English transcript

Traduction française/French translation

Cliquez ici pour accéder à l'article original/Click here to access the original article

 


 

Interview with Dean Cain

The actor talks to about his latest film, fatherhood, his penchant for good deeds, and what it's like to be Superman.

BY: Laurie Sue Brockway

Actor Dean Cain stopped by the offices of Beliefnet recently to talk with us about his film, The Way Home, which debuted on DVD from Lionsgate recently.

Based on the inspirational true story, the film follows the frantic search by an entire community when a two-year-old boy suddenly goes missing. Cain, who we all know from TV’s “Lois & Clark: The New Adventures of Superman”, plays the lead character, Randy Simpkins. Just watching the movie we were in a puddle of tears. It is a very gripping film.

Randy Simpkins is in the film --- and was in real life -- a husband and father torn between the demands of his job and commitment to his family. Hi wife, Christal, asks him to watch their two-year-old son Joe for a few minutes as they were packing up for a family vacation. Randy gets distracted by work--and Joe disappears.

Racked by guilt and fear, Randy joins Christal in a desperate search for their missing son. Ultimately, hundreds of others from their church and community join in. It is a powerful story that shows a spiritual journey back to love, faith and family life. See a trailer at
http://www.thewayhome-movie.com/.

Laurie Sue Brockway: That movie was really just extraordinary from not only the faith angle but the family angle. Did you actually meet with the real Randy?

Dean Cain: Not only did I meet with the real Randy but we shot the film at their residence. That’s the house that it took place in. All of the places we searched were exactly where they were searching. The place where I broke down was very near the place where he broke down. Everything we did was the real deal. Inside the film itself, all of the real people are in it but they don’t play themselves. Actors were playing the roles but the real guys came in when we were searching. It was just great.

I thought those people looked like real people.

Yeah, they were the real deal. It really was a family affair. Randy was one of the executive producers. Like I said, we shot at their house. All of the kids were walking around, living their lives, going through their daily tasks with us all there. It’s a big time place, 80 acres, but we were just all over it for six weeks. And while we were shooting scenes, Randy was behind the camera watching and Randy would be crying through half the scenes because he said it brought him back there.

Everything gets triggered again.

When he sits there and watches the movie, he’ll cry. Poor guy! But we found Joseph. Joseph was found.

I know you have a ten year old. Did you have to draw from your own fear, as if it was your kid?

Of course. As an actor, you substitute things in there. That once happened to me when he disappeared for a second--you know when you’re in a park, you fix your sandwich, you look up and you don’t see him. And you freeze. Your blood pressure drops and you’re finished. You see him again and you go okay, everything’s just fine. Or you have that dream at night.These guys had to live it! Just heart wrenching. Then Randy, as a result, really changed his life. He very much changed his life and became much more family oriented. He put family first and set his priorities straight and he became a county commissioner. Everything he has just been a super involved father and loves his kids to death.

It was very prayerful and showed the community coming together, praying. How did you feel about the religious part of it?

That was written in the script, the narration at the beginning was talking about how involved God is in daily life. Some people believe God is involved in every little decision we make. Some people believe you’re given the free will to make the decisions. Sometimes people believe God is not involved at all. Doesn’t matter where you stand on that issue, there is a whole community who, on this day, believe God had something to do with it. And that’s the way it goes in the story. I am not terribly religious but I have faith. I don’t really go down one path. I wouldn’t call myself a Buddhist, or a Catholic or a Christian or a Muslim, or Jewish. I couldn’t put myself into any organized faith. But when I was flying over Iraq in 2005 being shot at while visiting our soldiers, you better believe I was praying to God. When my son gets sick, I’ll have my own personal conversations with God, For me it is a very personal sort of relationship in that sense. I just live and let live and live my life pretty much according to the Golden Rule. And it turns out well for me.

You are a great advocate for the well-being of children.

I do a lot of work with Feed the Children and I travel the world with them. I’ve been to Kenya, I’ve been to Vietnam. I was just in Nicaragua with them and I’m going to do more. I do this all the time to help the children who need it. When there, I’m physically helping them. I’m in there with them in these horrific conditions. When you see that, and then you start to realize the political aspects of what makes some of this stuff happen, it really makes you mad because you know there are resources enough to help these people but they are not getting them.

It’s wonderful that you do that work. It must be transformational for you.

Completely. And I constantly share that with my son. If I’m going to take a trip like that, we’ll pack some of his things and I’ll take those with me and give them to kids out there. It’s pretty amazing.

The Dad in “The Way Home” was too focused on work. Do you ever feel like that?

It requires a balance to work and still be there for him. But I have no nanny. There is no help for me and I have him half the time. I coach his football team, I coach his basketball team. I do homework with him. I drive him to school. I pick him up. I cook him his breakfast, his lunch, his dinner. I’m there with him all the time so my priorities are very straight forward. It’s just a balance between work and travel. And I have to balance it all times. He comes with me on some of the shoots. I grew up the son of a director and grew up on sets myself, so I was the kid getting dragged around from this set to that set and I loved it. There’s something about it which is really interesting.

Do you believe in the kind of grassroots effect we saw in the movie, where someone called the chaplain and suddenly prayer circles were put together and people just started showing up to offer assistance?

That’s community. I found that amazing and it’s the same thing that happened in “It’s a Wonderful Life” when George Bailey was down and it’s over and he wanted to kill himself--he’d had it . Then he goes back home and realizes it’s a wonderful life that he has. There were all those people are there to help him. It was a different time then now but it’s the same feeling.

People just start coming out of the woodwork. Have you ever had an experience like that in your life when people just gathered around you?

Small bits and pieces of that but nothing major and I hope I don’t have to deal with that. But the thing about being a parent that I was never prepared for is how vulnerable you now become because of your child. I had no idea I’d feel so vulnerable. You can’t understand that until you have this person you care about more than you care about yourself. My son had a big collision in a football game the other day. He was playing flag football and he wears glasses. He got kicked in the face. Before I knew it I was already over the pile. I was picking people off to get to him and make sure he was okay. I felt like my blood pressure dropped and there was this out of body experience. It was the weirdest thing. When I found that he was okay, I was ready to start crying. I thought “Jeez…I can’t take this.”

They’re still our babies. What are the things you want to impart most to your son?

I think the way I live my life makes it very clear to him. I don’t think I’ve actually had to say anything to him. At the age of 10 I know I’ve created the man I want to create. I know just watching him move around and the way he reacts to his fellow students, with people who are sick, he is such a sweet, caring boy. Sometimes he has his moments of good confidence and sometimes he has his moments of extreme insecurity, like all of us. I just created a kind boy who I think has the same morals and values that I have and is just a sweetheart of a kid. I think whatever I have to impart I have already. If I were to go tomorrow, I think the things that I’ve taught him and the gazillion times that I’ve told him I loved him and told him what I think is important will remain. He understands the power, the strength of my love for my family and I think that’s in him completely. It is a part of him and I think that’s great. He understands that bit of charity and helping those who need is important. He gets that clear as day.

Sounds like the apple hasn’t fallen far from the tree.

DC: I’d like to think so. Every time I get a comment home from the teacher she says “He’s such a joy to have in my class. All his friends love him. He’s just the greatest kid.” He’s quiet, he’s shy, but he’s just so incredibly funny. I could gush for hours. I really could.

I know you get a million Superman questions and don’t hate me for this…

I don’t at all. I loved playing that role.

You sound like such a great guy, that you really are a do-gooder. Do you feel you brought that into that role or you were inspired by that role?

Well, that’s inherent in the role. And the thing that was so interesting about playing Clark Kent, you know the most powerful human being on earth, is that he was raised with true standard American values--small town American values. He fought for truth, justice and the American way which is freedom and liberty and it’s really amazing when you look back at that. It’s the same things I hold dear and always have. By no means am I as moral as Clark Kent, by no means at all. I made a lot of mistakes and done a lot of things that are in no way, shape or form Superman or Clark Kentesque. But generally, I live my life that way and try to. I think all of that stuff was inherently in the role, and I was able to play it--and maybe just add a little bit of mischief here and there, but with a smile. I pretty much stuck with what was put on the page. They wrote a scene specifically for us for the auditions and when I saw that scene I was like got it! Found it! I see what they’re doing. I was just comfortable. I remember that feeling. I said I feel totally confident going in on this now. That’s when it really spoke to me who it was as a character. I got this guy. I was fun.

Last question: What inspires you?

Gosh, it’s an easier question to ask what doesn’t inspire me. So much does inspire me. When you go out and visit these kids in Nicaragua or Kenya and you see the squalor that they live in yet see the brightness in their eyes and the hope that they still have, that is inspiring. It’s truly inspiring. This guy Santiago that I was just with in Nicaragua has virtually nothing but he’s better off than the kids I saw in Kenya and he wants to be a pilot. There’s that hope and that fire in his eyes and the excitement. You can see it. That’s inspiring. The human spirit and what it can go through…that’s pretty inspiring.

Laurie Sue Brockway is the Inspiration Editor of Beliefnet.


 

Entrevue avec Dean Cain

L'acteur parle de son tout dernier film, de son rôle de père, de son penchant pour les bonnes choses et ce que c'est d'incarner Superman.

PAR : Laurie Sue Brockway

L'acteur Dean Cain s'est récemment arrêté aux bureaux de Beliefnet pour parler de son dernier film, ''The Way Home'', qui a été mis en vente en DVD par la compagnie Lionsgate.

L'histoire est basée sur un fait vécu inspirationnel. Les téléspectateurs suivent les gens d'une petite communauté dans leur recherche d'un petit garçon de deux ana qui est disparu. Cain, que nous connaissons tous de la série télévisée “Lois & Clark: les Nouvelles Aventures de Superman”, incarne Randy Simpkins, le personnage principal de l'histoire. L'équipe du magazine a regardé le film et tous étaient en pleurs.  C'est un film très touchant.

Randy Simpkins est de le film --- et dans la vraie vie -- un époux et un père qui est déchiré être les responsabilités que lui demandent son travail et celles de sa famille. Sa femme, Christal, lui demande de surveiller leur fils de deux ans Joe pour quelques minutes, laors qu'ils sont en train de faire les bagages pour partir en vacances. Une distraction de Randy quant à son travail l'éloigne de Joe et ce dernier disparaît.

Empli de peur et de culpabilité, Randy se joint à Christal et ils cherchent désespérément leur fils. Ultimement, ce sera des centaines de citoyens de leur communauté qui participeront aux recherches. C'est une histoire très poignante qui montre le cheminement spirituel que les gens vivent au travers l'amour, la famille et la foi. Une bande-annonce  [note de la traductrice : la bande-annonce est en anglais] est disponible à cette adresse :
http://www.thewayhome-movie.com/.

Laurie Sue Brockway: Ce film est extraordinaire, et pas seuelment du point de vue de la foi, mais du point de vue de la famille. Avez-vous eu la chance de rencontrer le véritable Randy?

Dean Cain: Je n'ai simplement eu simplement la chance de le renceontrer, nous avons même tourné le film à son domicile. C'est l'endroit où tout s'est passé. Tous les endroits où les recherches ont été faites étaient là où les vraies fouilles se sont déroulées. L'endroit où mon personnage a craqué était très près de l'endroit où Randy a lui aussi craqué.  Tout ce que nous avons fait est tel que ça s'est passé.  Dans le film, toutes les vraies personnes qui ont participé aux recherches sont venues à notre rencontre, mais ils ne jouent pas leurs propres personnes. Ce sont des acteurs qui les incarnent, mais les vraies participants sont venus nous rejoindre pour tourner les scènes de recherche.  Ça a été formidable.

Mon sentiment est que ces personnes étaient authentiques.

Oui, tout à fait. C'est une histoire de famille. Randy était aussi l'un des producteurs exécutifs. Comme je l'ai mentionné, nous avons tourné le film chez eux. Tous les enfants étaient là et ils vivaient leur vie, vaquaient à leurs occupations quotidiennes et nous étions mêlés à eux. Les Simpkins ont un très grand terrain, 80 acres en fait, et nous sommes restés là-bas pendant 6 semaines. Pendant que nous tournions des scènes, Randy était derrière la caméra et il pleurait la moitié du temps, parce que ça lui rappelait beaucoup de choses et c'est comme s'il y était replongé.

Tout arrive à nouveau.

Quand il s'assoit et qu'il regarde le film, il va se mettre à pleurer.  Pauvre homme !  Mais nous avons trouvé Joseph.  Joseph a été retrouvé.


Je sais que vous avez un fils de 10 ans. Avez-vous eu à puiser à même vos propres peurs, comme si ça arrivait à votre propre fils ?

Oui, tout à fait. En tant qu'acteur, j'ai appelé à substituer des sentiments et à me les approprier.  Ça m'est arrivé une fois, il était disparu pour une seconde -- vous savez, vous jetez un oeil à votre sandwixh, vous levez les yeux et vous ne le voyez plus. C'est là que vous figez. Vous avez le sang qui glace et vous pensez que tout est fini.  Vous l'apercevez à nouveau, vous êtes soulagé et vous vous dites que tout va bien.  Aussi, on peut avoir ce reêve la nuit.  Ces gens que j'ai côtoyés l'ont vécu.  Ça me brise le coeur. Puis, l'attitude de Randy a complètement changé. Ça a complètement changé sa vie et il a recentré sa vie sur sa famille. Il a décidé de mettre sa famille en priorité et il est devenu un commissaire dans son comté.  Il a tout fait pour devenir une père très impliqué dans la vie de ses enfants et il les adore.

Le film montre beaucoup de scènes de recueillement et de prière. Il montre la communauté qui se rassemble et qui prie ensemble.  Que pensez-vous de la partie religieuse du film ?

C'était déjà très clair dans le script, la narration au début du film en fait mention, à quel point Dieu est impliqué dans sa vie quotidienne Certaines personnes croient que God est impliqué dans chacune des décisions que l'on prend. Certaines personnes croient qu'elles ont le libre-arbitre pour prendre les décisions qu'elles veulent. D'autres fois, les gens croient que Dieu n'est pas impliqué du tout. Il n'est pas important de savoir ce que les gens pensent de cela.  Dans notre cas, il y a une communauté entière qui a cru, cette journée-là, que Dieu pouvait leur venir en aide. C'est de là qu'est née l'histoire. Je ne suis pas une personne très portée sur la religion, mais j'ai la foi. Je ne me dirige pas plus vers un chemin que vers un autre. Je ne qualifierais pas comme bouddhiste, catholique, chrétien ou juif. Je ne saurais pas dans quelle catégorie me classer. Par contre, quand je suis allé en Iraq en 2005, pour aller visiter nos soldats qui étaient en mission, croyez que j'ai prié à Dieu pour revenir sain et sauf. Quand mon fils est malade, je vais tenir ma propre conversation avec Dieu.  C'est une chose très personnelle en soi. Je vis et je laisse vivre les autres, c'est ma règle d'or. Jusqu'à présent, ça m'a bien servi.

Vous êtes un ambassadeur pour le bien-être des enfants.

Je fais beaucoup de travail pour l'organisme ''Feed the Children'' et je parcours le monde avec eux. Je suis allé au Kenya et au Vietnam. Je reviens du Nicaragua et je vais aller à d'autres endroits encore. Je fais cela dans le but d'aider les enfants qui en ont besoin. Quand je suis là-bas, je les aide réellement.  Je suis avec eux dans des conditions horribles. Quand on est témoin de cela et que l'on se rend compte que c'est en partie à cause de la politique que ces choses arrivent, ça rend dingue de savoir que les ressources existent pour aider ces gens, mais qu'elles ne se rendent pas aux bons endroits.

Le travail que vous faites est impressionnant.  Ça a dû vous transformer.

Complètement. Et je partage constamment cela avec mon fils. Quand je fais des voyages de ce genre, nous faisons les bagages ensemble et il me donne certaines de ses choses et je les apporte avec moi pour les enfants que je vais visiter. C'est formidable.

Le père dans “The Way Home” était trop préoccupé par son travail. Vous sentez-vous parfois comme ça ?

Il faut un équilibre entre le travail et la famille, il faut que je sois là pour lui. Je n'ai pas de nourrice ou de gardienne d'enfants. Je n'ai pas d'aide et mon fils est avec moi la moitié du temps. J'assiste à ses parties de football et de basketball.  Je l'aide à faire ses devoirs.  Je l'amène à l'école et je vais le chercher. Je cuisine ses repas. Je suis toujours avec lui, il fait partie de mes priorités. C'est simplement une question d'équilibre entre le travail et les voyages. Je dois équilibrer tout ça constamment. Il arrive qu'il vient avec moi pour certains tournages. J'ai grandi en tant fils de réalisateur et j'ai moi-même grandi sur les plateaux de tournage.  J'ai été un enfant que l'on a traîné de plateau en plateau et j'ai adoré ça. Il y a quelque chose dans ça qui a été très intéressant pour moi.

Croyez-vous à cet effet boule de neige que nous avons vu dans le film, où des gens font du bouche à oreille dans les cercles de prière et que les gens venaient spontanément offriri leur aide ?

C'est ce qu'on appelle une communauté. J'ai trouvé cela fantastique et c'est la même chose qui est arrivée dans le film “It’s a Wonderful Life” quand George Bailey était dépressif et qu'il voulait se suicider. Il décide de retourner chez lui et il réalise qu'il mène une très belle vie. Il y avait tous ces gens qui l'entouraient et qui voulaient l'aider.C'était dans une contexte totalement différent, mais le sentiment est le même.

Les gens ont commencé à se présenter, soudainement. Avez-vous déjà vécu une expérience semblable dans votre vie ?

Un peu, mais rien de majeur et j'espère que des événements d'une telle envergure ne m'arriveront jamais. La chose à propos d'être parent est que l'on n'est jamais préparé à des situations où l'on est vulnérable à cause de notre enfant.  Je ne savais pas que j'allais être si vulnérable. On ne peut pas savoir ce que c'est jusqu'à ce que mettiez au monde cette personne qui importe plus à vos yeux que tout au monde. Mon fils est arrivé nez à nez avec un autre joueur ne jouant au football l'autre jour. Il jouait au flag football et il portait ses lunettes. Il a reçu un coup au visage. Avant même de m'en apercevoir, j'étais déjà par-dessus la pile d'enfants et je tassais des enfants qui étaient au-dessus de lui et je voulais m'assurer qu'il n'avait rien. C'était un sentiment très étrange. Quand je me suis aperçu qu'il allait bien, j'étais prêt à pleurer.  Je me suis dit : ''Je ne pourrais pas supporter que quelque chose lui arrive.”

Ils demeurent nos enfants. Quelles sont les qualités que vous désirez voir votre fils développer le plus ?

Je crois que la façon dont je vais ma vie et les choix que j'ai faits sont très clairs à ses yeux. Je ne crois pas que j'aie rien eu de particulier à lui dire. à dix ans, j'ai crée l'homme que j'aimerais qu'il devienne. Je sais qu'il deviendra une bonne personne, simplement à l'observer, à la manière dont il interagit avec ses camarades de classe, il est tellement attentionné et gentil avec les personnes qui sont malades. Parfois, il a des moments où il a extrêmement confiance en lui et parfois, il n'a pas du tout confiance en lui, comme nous tous. J'ai créé un jeune homme que aura les mêmes valeurs que les miennes et en plus, j'ai un fils qui est un véritable amour. Si je devais ne plus être là demain, je crois que les choses que je lui ai apprises et les milliards de fois où je lui ai dit que je l'aime sont des choses importantes qui vont lui rester à vie. Il comprend l'étendue de mon amour pour ma famille et je crois que c'est complètement en lui. Ça fait partie de lui et je crois que c'est fantastique.  Il comprend aussi le pourquoi des oeuvres de charité et il sait qu'aider les gens dans le besoin est important. Il le comprend très bien.

Il semblerait que la pomme ne soit pas tombée loin de l'arbre.

DC: J'aimerais bien le croire.  Chaque fois que je m'entretiens avec son professeur, elle me dit  : ''C'est une joie de l'avoir dans ma classe. Tous ses amis l'aiment. C'est un enfant adorable.” Il est silencieux, il est timide, mais il est tellement drôle.  Je pourrais vous parler de lui pendant des.heures.  Je pourrais vraiment le faire.

Je sais que vous devez recevoir des millions de questions concernant Superman et je ne veux pas que vous me détestiez pour ça...

Pas du tout, j'ai adoré jouer ce rôle.

Vous semblez être un homme tellement sympathqiue, vous faites le bien autour de vous. Avez-vous l'impression d'avoir apporté un peu de cela dans votre incarnation de ce rôle ou avez-vous été inspiré par ce rôle ?

Je crois que ça fait partie du rôle. La chose qui était si intéressante à propos de Clark Kent, c'est que même si c'est l'homme le plus fort de la planète, il a été élevé avec les valeurs traditionnelles américaines - celles des petites villes, à tout le moins. Il se bat pour obtenir la vérité, la justice et le mode de vie américain, qui est, soit dit en passant, la liberté et le droit de parole.  C'est spectaculaire quand on y repense. Ce sont les mêmes choses qui me sont chères. Ne vous y méprenez pas, je n'ai pas le même standard de valeurs morales que Clark Kent.  J'ai fait beaucoup d'erreurs et j'ai fait beaucoup de choses qui n'ont rien à voir avec Superman ou Clark Kent.  De façon générale, j'essaie de vivre ma manière de cette manière.  Je pense que tout ça fait partie du rôle et j'ai eu la chance de le jouer - et peut-être d'ajouter quelques petites touches ici et là, mais avec le sourire. J'étais confiné à ce qui était écrit.  Les scénaristes ont écrit une scène tout spéciale pour les auditions et quand j'ai vu cette scène, j'ai tour de suite vu où ils voulaient en venir.  Ja,vais trouvé ! J'ai tout de suite été confortable avec ce que l'on me proposait.  Je me rappelle de ce sentiment. Je me suis dit que je me sentais parfaitement à l'aise à ce moment-là.  C'est à ce moment que ça m'a parlé et que j'ai saisi quel type de personnage il allait être.  J'ai compris qui il était et j'ai eu du plaisir à le jouer.

Dernière question : qu'est-ce que vous inspire ?

Ouf, ce serait plus facile si on me demandait ce qui ne m'inspire pas.  Il y a tant de choses qui m'inspirent.  Quand l'on voyage et que l'on visite ces enfants au Nicaragua ou au Kenya et on voit les bidonvilles où ils demeurent et on voit la lueur dans leurs yeux et l'espoir qu'ils ont malgré tout ce qu'ils vivent, c'est très inspirant. Il y a un type du nom de Santiago avec qui j'étais quand j'étais au Nicaragua qui ne possédait presque rien, même s'il avait plus de biens que les autres enfants que j'avais vus au Kenya.  Il veut devenir pilote. L'espoir est là, ça se lit dans ses yeux et dans l'excitation dans sa voix quand il en parle.  On peut le voir, c'est inspirant.  C'est fou ce que l'esprit humain peut endurer et réussir tout de même à s'accrocher à des rêves.

Laurie Sue Brockway est l'Éditrice de l'Inspiration de Beliefnet.