Celebrity Cafe - 16/12/2009 PDF Imprimer Envoyer

Celebrity Cafe

16/12/2009


Traduction française/French translation

Transcription anglaise/English transcript


Note : Cet article est tiré du site Web ''Celebrity Cafe''.  Je n'ai pas obtenu les droits pour publier cet article sur mon site.  Je me réserve donc le droit en tout temps de le supprimer définitivement si on me le demande, pour cause de copyright. Traduction française de l'article à venir.

Note : This article is from the ''Celebrity Cafe'' website. I don't have the the right to publish this article.  Because of that, please be aware that I can delete permanently this page if I asked to, for copyright reasons.french translation still to come.



Dean Cain rocketed to fame as Superman in the hit television series Lois and Clark. Since then he's been a constant presence in film and television series. This holiday season, Dean returns to the Hallmark Channel in The Three Gifts. Dean spoke with TheCelebrityCafe.com's Alisha Prakash about the joy of Christmas movies, family, and life as one of the hardest-working men in Hollywood.

Alisha Prakash: Could you give our readers a little something about what the movie is about?

Dean Cain: The Three Gifts is a beautiful Hallmark Christmas movie in that it has a lot of family values, a lot of good feelings about it—holiday feelings—and some of the same questions and problems we all run into as a family.

It’s a story about these three little boys who are in an orphanage, and they’ve reached the age where they’re older than most kids are when they get adopted. They’re a group of guys, they’re very different from each other, but they’re good friends. My wife and I run a toy company—we make toys and such—and we can’t have children, but we take these three kids in for the holidays because my aunt is renovating a part of the wing of the orphanage.

When we take these kids in, they overhear one of our conversations and they believe that we are planning on adopting one of them, only one of them, after the holidays. So they start a tremendous competition to see who will be the one to get adopted. They try to win over our attention so it leads to a lot of good feelings, a lot of bad feelings, a lot of funny moments, and then, ultimately we have to—I don’t want to give away the ending, but it’s a happy ending.

AP: Why did you decide to become a part of The Three Gifts?

DC: Well, you know, I’ve worked with Hallmark a number of times and whenever you make a Christmas movie, it’s pretty fantastic because it shows a merry Christmas so you get to see the movie over and over during Christmas time. And Christmas time is my favorite time of the year because I love getting together with my family and just relaxing and being with each other, and it’s a special time.

This movie has a lot of heart; I knew it would be a lot of fun. I enjoy working with kids quite a bit and it’s something my son can watch with me—I have a 9-year-old boy. I like making movies that sometimes he can watch as well, and come visit the set and he did that it a little bit. He was in the movie for a minute, but they cut him out. I was like, 'Here’s your first lesson, buddy. Welcome to the world of acting.' (Laughs)

I’m happy to go do these kinds of movies. They’re a lot of fun and families can enjoy watching them. I think the message is pretty sweet.

AP: How was it working with director David Cass?

DC: It wasn’t the first time I’ve worked with David Cass. I’ve worked with David on another Hallmark film as well as both Gentle Ben movies. He’s a great guy. He’s a big cowboy. He makes things very simple. We know each other well, so it’s good shorthand to go to work and it’s a lot of fun.

AP: How was it working with Jean Louisa (Yes, Dear) and Mimi Kennedy (Dharma & Greg)?

DC: I have not worked with either one of them previously. Mimi Kennedy is a sweetheart, a legend. She’s fantastic. It’s fun to listen to her stories; they’re amazing. And sharing and discussing them with her was so much fun.  Jean is awesome—she’s a very talented actress. I didn’t know she was as good a singer as she is. She’s a phenomenal singer and just a very wonderful co-star. She took her character and refused to let it be a cookie-cutter character, which was very clear. She played the character very differently than I read on paper and I thought it was a wonderful choice. And I don’t want to be too specific, but she wasn’t the nagging wife.

AP: What did you take away from the filming of The Three Gifts? Did you face any hardships during the making of the movie or was it mostly a rewarding experience?

DC: It was just really beautiful and fun. We were in the desert, so we were in the middle of nowhere some of time and it was kind of hot, but no hardships, no issues.

Reginald VelJohnson was also in it. He’s also someone I’ve known for a number of years. Steven Bridgewater as well. It was a lot of good people. We had a good cast and a lot of fun. I really enjoyed every minute of it. No hardships, no bad stories, no nothin’. It’s rare to say that I guess. The whole thing took about four or five weeks.

AP: You’ve worked with some really successful stars, including Christopher Walken, Sharon Stone, Andy Garcia, and Tim Curry. Have you learned anything from working with them? How was it working with them?

DC: I loved it. I love working with different people and especially people who you have a great deal of respect for. Someone like Denzel Washington, you know, you watch what they do on set, you watch what they do to get ready, you work with them, and you’re aware of what they’re doing within a scene and you see how it gets put on the screen, and you realize just how talented someone like him is, or how talented Christopher Walken is, or how talented Andy Garcia is. You’re just like, 'Wow, these guys are very good at doing so much when so many other things are going on in a scene.'

It becomes not acting, it becomes reacting, which is really what acting is all about and I really enjoy it. You have to be ready to go, you have to bring your A-game and for me it’s a lot of fun.

But the thing that’s so amazing is that even on these hundred million dollar movies, it’s the same thing you do on a three million dollar movie. It’s just the base camp is a lot bigger. It’s just a camera and a couple of actors, and that’s the way it works. So it doesn’t matter how big the movie is or how big the movie star is, you’re still working with a camera and actors.

AP: Have you ever felt star struck working with such people?

DC: I grew up in the business and a lot of stars were always around and a lot the kids I grew up with became big stars as well. I’ve never been star struck. I’ve been fortunate enough to meet a lot of world leaders, like the American president, people like that—which was fantastic—but I’ve never been star struck. I really sort of see everyone as a human being, but I’ve really appreciated spending time with certain people and their genius or their ability to do their job. I certainly have an appreciation for that. Whether it’s a great athlete, a world leader, a fantastic actor or whatever it happens to be, star struck is really not something that happens to me.

AP: Can you tell us a little bit about your current projects?

DC: I just finished shooting so many projects it’s ridiculous, so I’m currently relaxing. I have just finished an around the world trip. I just shot these two movies, these two Christmas movies. One of them was called The Dog Who Saved Christmas, which already came out on ABC Family. It was great; it was a lot of fun. Then I did The Three Gifts, which is also a Christmas movie because I’m in a Christmas mood now. Then I shot, here in Los Angeles, a horror film called Kill Katie Malone, which should be pretty spooky, classic horror film. I don’t know exactly when it comes out. My guess would be probably just before school, September or something like that.

Then I went to Texas and shot a movie where I was a fighter. I played a fighter who actually got paralyzed, so I’m in a wheelchair for most of the movie. That was very interesting to explore that kind of character because he’s in a wheelchair yet he does everything by himself. He’s a very highly functioning guy in a wheelchair, so I thought that was pretty great.

Then I went directly from a set there to the Republic of Georgia and shot a movie which is currently untitled. Renny Harlin directed it. It is a story about the Georgian-Russian war that happened last year in August, the five-day war where Russia invaded Georgia. And we shot right in President Saakashvili’s real office; incredible stuff. That was with Andy Garcia, who plays Saakashivili, and I played an American who was a press advisor there. It was really amazing, a lot of fun and a very, very cool movie. I’m not sure when that comes out either, but I imagine September as well, somewhere in that ballpark.

And then I flew from there to Vietnam, where I shot a documentary. I work with the Starkey Foundation for children, which provides about $8 million worth of hearing aids for these kids all throughout 14 different provinces in Vietnam, who all came in and got their ears tested and had molds taken of their ears. Then the molds are taken back to Minneapolis where they were all made and brought back to Vietnam and then we implement them and that’s where I come in. I was working with them to actually install these hearing devices in these kids’ ears and watch them hear for the first time. So it was quite incredible and I got to cruise all around and see all the different sites of the Vietnam War which kind of blew my mind. They called it the American War there and as educated as I thought I was, until you’re there seeing the perspective of another nation, another people, you don’t know the whole story. So, it was really interesting to go there and be in Vietnam and listen to all of that. It was just really amazing and then to work with these children was incredible and to watch their faces as they were able to hear for the first time.

And then I flew back to Los Angeles for a minute and went and shot a movie called A Pure Country Gift, which is a movie I wrote with my father [Christopher Cain], who directed it. It’s sort of a follow-up of the original Pure Country that my dad directed and I did a lot of writing on it. And then I finished, so that’s what I’ve been doing.

And meanwhile, I’ve been coaching my son’s football team, so it’s a lot of fun.

AP: I read that you starred in a film that your dad wrote called September Dawn. How was it working with your father? Can you tell us a little bit about your experience with that?

DC: I love working with my dad. He is fantastic and he’s a great storyteller. He’s so different than myself. The way we see things is different, but we complement each other. And then I really learned about story telling from watching him work and how to handle a set. I mean, I’ve been watching him for a long time and I love working with him.

And yeah, we did September Dawn together. I did a lot of writing on that one. It was great. We don’t argue or anything on set. He’s a director, I’m an actor, and we do our job.

AP: Do you prefer working in television or movies?

DC: I don’t prefer one over the other. TV is great because you get to spend more time with your character. It becomes a good routine. And you really get to do a lot of different things, so that’s a lot of fun. But movies are fantastic because you come in for a limited amount of time, you live it, you do it. I like doing both. I’m wide open to both.

If I find the right series, I might go back to series television. I’ve been very careful not to do that because of my son and I want to be a present father, so my choice has been to be around him more. I did all that work that I said and I missed two football games and three practices, and that’s it over that period of time and it’s because I was on the other side of the world. I didn’t have to miss much and I don’t like to miss much. Sometimes, because of your schedule when you work on a television show, you’re never around. I get to spend so much time with my son and I think that’s so valuable. It’s so valuable for him and it’s extremely valuable for me because it makes my life worth living. If I were to be working all the time, I would not be able to have the quality of life that I want with my family and son.

AP: How do you balance all of it from your work to your son, Christopher?

DC: It’s a battle. Sometimes I say no. Sometimes I don’t go do things. Or if I do something, I do it very quickly and get out of there. It really depends. It’s very case specific. I look for jobs that will be quick or jobs that will be in a certain area or jobs that I will be able to go back and forth or jobs that I can negotiate where I can go back and forth. There are a lot of things I’ll do, so sometimes it works out real well.

Sometimes I’ll kill the deal. My priorities are clear. It’s family and my life first, and then my work. So even if I want to do a particular bit of work, if it really affects my family or my lifestyle with my son too much, I’ll say no. It’s always a balance. Every project you have to make the same choices.
You have to decide is it worth doing this: am I going to do this or am I not? And that just becomes a battle. But my priorities are straight and I tend to make the right decisions.

AP: Do you take your son on set with you?

DC: All the time, which is what makes it so much fun. He’s visited me on sets everywhere from Toronto, Winnipeg, Vancouver, Sacramento, Florida, and Spain. He’ll go on a lot of trips.

Now that he’s in school—he’s 9 years old now—I don’t pull him out of school very often for things like that, but he does visit. I didn’t take him to Vietnam or Africa or places like that because a) he was in school and b) sometimes those trips are long and I was working with difficult subject matter on a couple of those trips. And those are places that I wouldn’t take him.

His mother lives out here in Los Angeles and when I’m gone for a few weeks it’s better for him to stay with his mom. There’ll be a time when he’s old enough and he can take some of these trips with me, but I think he’s a little young for some of these trips. I can take him but, again, it’s a case-by-case basis.

AP: Would you ever let your son pursue acting?

DC: Sure. I’ll let him do whatever he wants. Any pursuit that he has a passion for that he feels like it’s something he wants to do, then absolutely. Right now, he tells me he wants to be a professional football player like his dad was, or a solider. Both have my full support. If he decides he wants to be a mechanic, he’s got my full support as well. Whatever he decides he wants to do, I want him to do. I want him to pursue it. I want him to be passionate about it. I want him to be happy and then I will be very fulfilled as a dad. I don’t particularly care what he chooses as long as it’s something he chooses that he takes great respect in. If he’s a school custodian, fantastic. Do the best job possible. Take pride in your work and I’m happy as a clam.

AP: Are movies something you’ve always wanted to do since you were younger? I read that you were initially a free agent in the NFL. How did you get into acting?

DC: Injury (laughs) and the inability to play in the NFL anymore. That’s part of it. Also, I grew up around the business, so I was very aware of what was going on in it. Many of my friends got into that business as well and I couldn’t really picture myself, the way I grew up on sets, going around from place to place. It’s a wonderful lifestyle and to be involved in this business it is a fantastic lifestyle. It’s pretty addicting, and it’s pretty wonderful having grown up that way.

Even though I went to Princeton and a lot of my friends became investment bankers and things of that nature, I really couldn’t see myself working that way. I almost went to business school; I did think about that that. I just couldn’t live like that, I didn’t want that for my job. But then I thought, 'You know what, forget it, I’ll go into acting.'

This filmmaking world—I might as well dive into a project and have that be my focus. So it was a natural progression really after I got injured playing football, I ended up right here in Hollywood ... Hollyweird.

AP: Would you say that your dad had the most inspiration on you then on your professional life?

DC: Not in a direct way. He didn’t tell me to be an actor, that’s for sure. He told me don’t become an actor. He did, really.

But, he has affected me by me being around him, seeing him, and finding it intoxicating and wonderful. He never pushed me in any way shape or form towards going into the business. He had a tremendous influence on me because it was the things I was exposed to.

My parents wanted me to go to school here in California for college. They were supportive. I wanted to go back East to Princeton. They were like, 'We really hate that you’re going that far away but we’ll be there for you,' and they were. My dad didn’t tell me to go into this business, but because of my exposure to the business he had a great influence on me.

AP: You’ve been part of so many projects, is there one that you are most proud of?

DC: There’s a number of them that I have a wonderful affinity for, including Out of Time and The Broken Heart’s Club and I’m really excited to see this Georgia project. There are so many and they’re so different.

Ones that I can watch with my son, I enjoy. There was the one that just came out, The Dog Who Saved Christmas, which was cute. There are some projects where I look at and I say that’s a good project. If somebody asks me, I say that’s a good one or that one wasn’t very good, but that’s just the way it is, but I don’t want to identify too many one way or the other.

AP: Where do you get your inspiration from?

DC: I just enjoy what I do. I enjoy the process of filmmaking. I really enjoy the end result. I love watching movies, I love storytelling. I love being a part of it. It’s a pretty inspiring business. It takes up so much of your time, so much of your thinking that you better be inspired by it, you better be in love with this business or you won’t last very long.

AP: Do you have any future goals or anything upcoming plans in terms of your career/movies?

DC: Yeah, there are a lot of things. There’s one thing—well, I don’t want to tell you too much about that which hasn’t happened yet—but I’m looking to possibly direct my first feature. There’s a project that I’m sitting down to read here now that could be a heck of a project. And in the future, I think I’d like to direct a couple of films and there’s one that I may want to do finally now.

Directing is a whole different level, it takes a whole lot of time—a lot more time before, during, and after—so it’s got to be a project that you really believe in and you really enjoy. I think I might have found one.

And I just want to keep doing movies and television shows. I just want to keep working.

The Three Gifts premieres Saturday, Dec. 19, at 8 p.m./7 central, on Hallmark Channel.


Par Alisha Prakash


Dean Cain est devenu célèbre pour son rôle de Superman dans la série télé à succès ''Lois and Clark''. Depuis, on l'a constamment vu dans des films et des séries télévisées. En cette saison de réjouissances, Dean revient à la chaîne Hallmark le temps du film ''The Three Gifts''. Dean a parlé avec Alisha Prakash, de TheCelebrityCafe.com, à propos de la joie apportée par les films de Noël, la famille et la vie et les projets de l'un des hommes les plus travaillants d'Hollywood.

Alisha Prakash: Pouvez-vous nous parler un peu du film ?

Dean Cain: ''The Three Gifts'' est un beau film de la chaîne Hallmark qui possède son lot de valeurs traditionnelles et familiales. Il dégage beaucoup de bons sentiments reliés à la saison des Fêtes. Bien entendu, iil y a aussi des situations et des problèmes que toutes les familles rencontrent.

L'histoire est celle de trois jeunes garçons qui vivent dans un orphelinat. Ils sont plus vieux que tous les autres, parce que les autres jeunes se sont faits adopter plus tôt dans leur vie, contrairement à eux. C'est un groupe de jeunes garçons qui sont tous différents les uns des autres, mais ils sont tous trois de très bons amis. Ma femme et moi possédons une entreprise de jouets — nous en développons et nous en construisons — et nous ne lLpouvons pas avoir d'enfants, mais nous décidons d'héberger les trois garçons pendant les vacances de Noël parce que ma tante doit rénover leur partie de l'orphelinat.

Quand les garçons viennent rester avec nous, ils nous entendent discuter et ils croient que nous avons l'intention d'adopter un des trois après les vacances. Ils commencent donc à compétitionner les uns contre les autres.  Ils essaient d'attirer notre attention et nos faveurs et ça engendre beaucoup de beaux sentiments, mais des mauvais aussi.  Il y a aussi pas mal de moments cocasses et ultimement, il faut faire un choix — mais je ne peux pas en dire plus pour ne pas vous dévoiler la fin, mais c'est une belle fin.

AP: Pourquoi avez-vous décidé de vous joindre à la distribution de  ''The Three Gifts'' ?

DC: Et bien, vous savez, j'ai travaillé avec Hallmark à plusieurs reprises et à toutes les fois qu'on fait un film de Noël, c'est toujours fantastique parce que ça montre que l'on peut avoir un joyeux Noël, il est possible de regarder encore et encore le même film pendant les Fêtes. Je dois avouer que les vacances de Noël est la partie de l'année que j'aime le plus parce que j'adore être avec ma famille, ce sont des moments spéciaux pour moi.

Ce film véhicule des belles valeurs, je savais que ça allait être très agréable à tourner.  J'aime beaucoup tourner avec des enfants et c'est quelque chose que mon fils peut ensuite regarder avec moi ; j'ai un fils de neuf ans.  J'aime tourner à l'occasion dans des films qu'il peut regarder et qu'il puisse visiter le plateau de tournage, c'est ce qu'il a fait un peu pour ce film-ci. Il est apparu aussi une petite minute dans le film, mais il a été coupé au montage.  Je lui ai dit : ''Voici ta première leçon d'acteur, mon ami.  Bienvenue dans mon monde.'' (Rires)

J'aime bien faire ce genre de films. Ils sont très plaisants et toute la famille pour les regarder. Je pense aussi que le message du film est important.

AP: Comment a été votre expérience de travail avec le réalisateur David Cass?

DC: Ce n'était pas la première fois que je travaille avec David Cass. Nous avons déjà partagé d'autres  plateaux pour un autre film de Hallmark et pour les films de Gentle Ben. C'est un type fantastique. Il sait ce qu'il fait. Il rend les choses très simples. Nous nous connaissons bien, alors notre collaboration se fait bien et nous avons beaucoup de plaisir.

AP: Avez-vous apprécié travailler avec Jean Louisa (Yes, Dear) et Mimi Kennedy (Dharma & Greg)?

DC: Avant ce film, je n'avais jamais travaillé avec elles. Mimi Kennedy est un ange, c'est une légende vivante. Elle est fantastique. Il est intéressant d'écouter ses anecdotes, elles sont incroyables.  Le fait qu'elle accepte de les partager avec nous a été un réel plaisir.  Jean est du tonnerre - c'est une actrice très talentueuse.  Je ne savais pas qu'elle avait une si jolie voix. C'est une chanteuse de talent et c'est une co-vedette phénoménale.Quand elle a accepté ce rôle, elle a refusé que son personnage soit une bonne mégère. Elle a joué son personnage d'une manière tout à fait différente du script original, je trouve qu'elle a fait un choix très judicieux.  Je ne peux pas être trop pointu dans ma réponse, mais elle n'a pas joué le rôle de la femme qui ronchonne non plus.

AP: Qu'avez-vous appris lors du tournage de ''The Three Gifts'' ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

DC: Ça a tout simplement été une très belle expérience sans problème. Nous avons dû tourner dans le désert, nous étions dans le milieu de nulle part et il faisait chaud, mais il n'y a pas eu d'expérience pénible, ni de difficultés.

Reginald VelJohnson est aussi dans le film. C'est une personne fantastique que je connais depuis plusieurs années, c'est la même chose pour Steven Bridgewater. Il y avait beaucoup de bonnes personnes qui nous entouraient. Nous avions une bonne distribution et le tournage a été très plaisant. J'ai aimé chaque minute de ce film.  Il n'y a pas eu de problèmes, pas de froids, rien du tout.  Je suppose que c'est très rare que ça arrive et qu'on peut en parler.  Le tournage s'est fait sur quatre ou cinq semaines.

AP: Vous avez aussi travaillé avec des gens très connus comme Christopher Walken, Sharon Stone, Andy Garcia et Tim Curry. Avez-vous appris des choses en les côtoyant ?  Comment a été votre expérience ?

DC: J'ai aimé. J'aime travailler avec différentes personnes, surtout avec ceux qui imposent le respect, comme Denzel Washington entre autres. Vous savez, on regarde ce qu'ils font sur le plateau pour se préparer, on les observe, on travaille avec eux, on voit la manière dont ils interprètent leur rôle et on voit ensuite comment leur travail est capté et transposé par la caméra.  C'est comme ça que l'on réalise qu'un homme comme lui a de talent ou encore comme Christopher Walken ou bien Andy Garcia. Je me dis dans ces moments-là : ''C'est incroyable, ces gens sont excellents et ils arrivent à transmettre tellement d'émotions, même s'il se passe beaucoup d'autres choses dans la scène.''

Ce n'est plus simplement d'être un acteur sur un plateau, mais la personne se met à interagir avec son environnement. C'est ça, le vrai métier d'acteur et j'adore ça. Il faut être prêt à s'investir, à être au sommet de son art et pour moi, tout ça est une partie de plaisir.

Mais la chose qui est la plus incroyable est que si l'on a un film à 100 millions de dollars ou un autre à 3 000 000 $, c'est la même chose, en fait.  C'est seulement que la production est pus grosse. S'il y a seulement quelques acteurs et une caméra, ça peut quand même fonctionner. Alors, peu importe le budget ou les vedettes du film, le travail reste le même : on travaille devant une caméra et il y a des acteurs.

AP: Vous êtes-vous déjà senti intimidé par les grandes vedettes avec qui vous avez travaillé ?

DC: J'ai grandi dans ce milieu et j'ai vu beaucoup de vedettes. Il y a aussi beaucoup de jeunes avec qui j'ai grandi qui sont devenues elles-mêmes de grandes vedettes. Je n'ai donc jamais été très impressionné par eux, non. J'ai été très chanceux de pouvoir rencontrer beaucoup de dirigeants de de pays, comme le président américain entre autres, ça a été fantastique, en passant, mais je n'ai jamais été pris au dépourvu, non. Je crois que je vois tout le monde comme des êtres humains, mais j'ai vraiment apprécié passer du temps avec certaines célébrités, j'aime leur génie ou encore l'habileté qu'ils ont à gérer leur champ d'expertise. Je suis privillégié d'avoir pu assister à cela. Que ce soit avec un athlète de haut niveau, un dirigeant politique, un grand acteur ou une autre personne, je ne me laisse pas intimider.

AP: Pouvez-vous nous parler un peu de vos projets actuels ?

DC: Je viens de terminer le tournage de tellement de films que ça en est ridicule.  Aujourd'hui, je relaxe. Je viens de faire virtuellement le tour du monde. Je viens de tourner deux films de Noël. L'un d'eux s'intitule : ''The Dog Who Saved Christmas'', qui a été diffusé sur la chaîne ABC Family. J'ai bien aimé mon expérience, ça a été très agréable. Après, j'ai participé au tournage de ''The Three Gifts'', qui est aussi un film de Noël, je suis dans cette pahse en ce moment !  J'ai par la suite filmé un film d'horreur qui s'appelle ''Kill Katie Malone'', qui promet d'être assez apeurant, qui suit la veine du film d'horreur classique. Par contre, je ne sais pas encore sa date de sortie.  Je suppose que ce sera juste avant le retour à l'école, en septembre ou quelque chose comme ça.

Je me suis rendu après au Texas où j'ai joué le rôle d'un boxeur. J'ai campé le rôle d'un boxeur qui est paralysé, alors on me voit dans un fauteuil roulant pendant presque tout le film. Ça a été très intéressant pour moi d'explorer ce type de personnage parce qu'il est dans un fauteuil roulant, mais il fait tout lui-même.  C'est un homme très autonome pour une personne dans sa condition, j'ai bien aimé.

Je me suis rendu après cela sur un plateau de tournage en Géorgie pour jouer dans un film qui n'a pas encore de titre. C'est Renny Harlin qui l'a réalisé. C'est l'histoire de la guerre entre la Russie et la Géorgie qui est arrivé l'an dernier en août (2008), quand la Russie a envahi la Géorgie. Nous avons même tourné dans le véritable bureau du président Saakashvili; c'est in croyable d'avoir pris le faire. Le film met en vedette Andy Garcia, c'est lui qui tient le rôle de Saakashivili et je joue le rôle d'un Américain qui était un attaché de presse pendant le conflit. Le tournage a été très impressionnant et tout s'est vraiment bien passé. Je ne connais pas la date de sortie de ce film non plus, mais je crois que c'est en septembre ou dans ce coin-là.

Ensuite, j'ai pris l'avion et je suis allé au Vietnam, où j'ai tourné un documentaire. Je travaille avec la fondation Starkey pour les enfants, la fondation distribue une aide d'environ 8 000 000 $ en prothèses auditives à des enfants dans les 14 provinces du Vietnam.  Tous ces enfants sont allés passer des tests et des moules ont été conçus à même leurs oreilles. Puis, les moules sont rapportés à Minneapolis où tout est assemblé et rapportés au Vietnam. Ensuite, on les distribue et c'est là que j'entre en action. Je les aidais à installer les prothèses auditives dans les oreilles des enfants et j'ai pu voir leur réaction quand ils entendaient pour la première fois.  C'était époustouflant de les voir et j'ai eu la chance de me promener dans tout le pays et de voir les différents endroits où a eu lieu la guerre du Vietnam, ça m'a chamboulé. Là-bas, ils ont appelé cette guerre la ''guerre américaine'' et aussi renseigné et cultivé que je croyais l'être, quand on le voit avec les yeux d'une autre nation, au travers le regard d'autres personnes, on s'aperçoit qu'on ne connaît pas toute l'histoire. Alors, ça a été très formateur d'aller là-bas au Vietnam et d'entendre tout ça. Ça été tout simplement formidable de travailler avec ces enfants et de voir leur visage s'illuminer quand ils entendaient pour la première fois.

Ensuite, je suis revenu à Los Angeles le temps d'un clin d'oeil pour aller filmer un film qui s'appelle ''A Pure Country Gift'', c'est un fiilm que mon père [Christopher Cain] et moi avons écrit et c'est lui qui l'a réalisé. C'est une suite au premier film ''Pure Country'' que mon père a réalisé et j'ai pu écrire beaucoup du contenu. Ça s'est terminé ainsi et c'est ce que j'ai fait dernièrement.

Pendant tout ce temps, j'ai aussi été le coach de l'École de football de mon fils, j'adore ça.

AP: J'ai lu que vous avez fait partie de la distribution du film ''September Dawn'', que votre père a réalisé. Comment est-ce de travailler avec votre père ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

DC: J'aime travailler avec mon père. C'est un homme fantastique et c'est un grand conteur. Il est tellement différent de moi. La manière dont nous voyons les choses est différente, mais nous nous complétons bien. J'ai appris beaucoup de choses à propos de la manière dont on raconte une histoire en le regardant travailler sur un plateau de tournage.  Je veux dire par là que ça fait très longtemps que je l'observe et que j'adore travailler avec lui.

Oui, nous avons aussi travaillé sur September Dawn ensemble. J'ai écrit beaucoup de matériel dans ce film. J'ai adoré l'expérience. Nous nous sommes très bien entendus sur le plateau. C'est un réalisateur, je suis un acteur et nous faisons tous les deux notre travail.

AP: Préférez-vous filmer des séries ou des films ?

DC: Je n'ai pas de préférence. Les téléséries sont géniales parce qu'elles vous permettent d'approfondir votre personnage. Ça devient une routine agréable. Nous avons aussi la chance de faire beaucoup de différentes choses et c'est ce qui est agréable. Les films sont différents, mais sont tous aussi fantastiques parce qu'ils permettent de vivre l'expérience plus intensément. On le vit et on le tourne en même temps.  J'aime fair eles deux.  Je suis ouvert à toutes les possibilités.

Si je suis intéressé par le bon type de série télévisée, peut-être que j'y retournerais. J'ai fait très attention de ne pas m'engager dans quelque chose comme ça à cause de mon fils, je veux présent, alors mon choix a été d'être plus à ses côtés.  J'ai fait tout ce travail dernièrement et j'ai manqué deux matchs de football et trois entraînements.  C'était parce que j'étais à l'autre bout du monde. Je n'ai pas eu à m'absenter beaucoup et je n'aime pas manquer les choses importantes. Parfois, à cause de nos horaires quand on travaille sur un plateau de série télé, on est souvent absent. J'ai la chance de passer beaucoup de temps avec mon fils et je crois que c'est une chose inestimable. Ça n'a pas de prix pour lui et pour moi parce que ça donne un sens à ma vie. Si je devais toujours travailler, je ne pourrais pas avoir la qualité de vie que j'ai en ce moment avec ma famille et mon fils.

AP: Comment arrivez-vous à bien équilibrer le travail et le temps que vous passez avec votre fils, Christopher?

DC: C'est éprouvant. Parfois, je dois dire non. Parfois, il y a des choses que je ne peux pas faire.  Si je le fais, je le fais le plus rapidement possible et je reviens à la maison dès que je le peux. Ça dépend.  C'est différent à chaque fois. Je cherche habituellement du travail qui va pouvoir se faire rapidement ou encore qui sera tourné dans une région en particulier ou encore un travail qui me permette de faire la navette ou encore qui me permette de négocier les moments auxquels je désire revenir près de mon fils.  Il y a beaucoup de choses que je peux faire, il arrive que les choses aillent très bien.

Parfois, il m'arrive d'annuler mon engagement.  Mes priorités sont claires.  Ce sont ma vie et ma famille qui viennent en premier et le travail suit.  Alors, si je tiens absolument à travailler sur un projet et que ça affecte ma famille ou le temps que je passe avec mon fils, je vais tout simplement refuser le boulot. Il y a un juste équilibre à atteindre dans toute chose.  Il faut faire les mêmes choix à tous les projets. Il faut décider de ce que l'on veut faire et il peut être difficile de faire un choix. Mes priorités sont claires et j'ai tendance à prendre des bonnes décisions.

AP: Votre fils vous accompagne-t-il sur les plateaux de tournage ?

DC: Très souvent, c'est pourquoi c'est encore plus plaisant. Il est venu avec moi lors de tournages à Toronto, Winnipeg, Vancouver, Sacramento, en Floride et en Espagne. Il va voyager beaucoup.

Maintenant qu'il va à l'école, il a 9 ans, il ne s'absente pas souvent de l'école, mais il vient me visiter. IL n'est pas venu avec moi au Vietnam ou en Afrique ou à des endroits de ce genre parce que A) il était à l'école et B) parfois, ces voyages peuvent être longs et je travaillais sur des sujets sensibles pendant quelques-uns de ces voyages.  Ce sont à ces endroits que je ne veux pas qu'il m'accompagne.

Sa mère vit ici à Los Angeles et quand je pars pour quelques semaines, c'est mieux qu'il demeure avec sa mère. Il va y avoir un moment où il sera assez vieux pour décider et il pourra venir avec moi s'il le veut, mais je crois qu'il est encore trop jeune pour certains voyages. Je pourrais l'amener avec moi, mais c'est du cas-par-cas.

AP: Est-ce que vous accepteriez que votre fils devienne acteur ?

DC: Bien sûr.  Je respecterai son choix de carrière, peu importe ce que ce sera. Tout ce qui suscite une passion chez lui et s'il croit que c'est quelque chose qu'il peut faire,alors oui, sans problème. En ce moment, il dit qu'il aimerait être un joueur de football professionnel comme son père l'a été, ou encore devenir un soldat. Il a mon support inconditionnel pour faire les deux. S'il décide de devenir mécanicien, il aura mon appui aussi. Peu importe ce qu'il décidera de faire, je lui donne mon appui inconditionnel.  Je vais l'aider à atteindre ses buts. Je veux qu'il développe une passion pour ce qu'il choisira. Je veux qu'il soit heureux et ainsi, je vais me sentir très accompli en tant que père.  Son choix ne me dérange pas du tout, l'important est qu'il ait un grand respect pour son futur métier. S'il décide de travailler dans une école, ce sera fantastique, il fera le meilleur travail possible.  Il faut qu'il prenne plaisir et fierté dans son métier et je serai le plus heureux des hommes.

AP: Est-ce que faire des films a été un de vos rêves depuis votre jeunesse ? J'ai lu que vous étiez une recrue au football dans la NFL. Comment êtes-vous devenu acteur ?

DC: Je me suis blessé (riries) et je ne pouvais plus jouer au football. C'est une partie de l'histoire.  J'ai aussi grandi avec cette industrie, j'ai su à un très jeune âge comment ça fonctionne.  Beaucoup de mes amis ont trouvé un emploi dans le domaine et je n'arrivais pas à m'imaginer vivre à plein d'endroits, comme ça a été le cas pur moi. C'est un style de vie trépidante pour ceux qui en vivent et c'est bien ainsi.  On peut aussi en devenir accro et grandir dans le milieu a été une expérience formidable.

Même si je suis allé à Princeton et que beaucoup de mes amis sont devenus des courtiers et ont des emplois de ce genre, je ne me voyais pas faire la même chose qu'eux. Je suis presque allé faire des hautes études commerciales, j'y ai sérieusement pensé. Je ne voulais pas vivre comme ça, je ne voulais pas faire ça comme travail.  Ensuite, je me suis dit : 'Oublions tout ça, je vais devenir acteur.'

L'univers de la pellicule —je me suis dit qu'il était une bonne idée de plonger dedans et d'en faire mon gagne-pain. Ça a été une évolution naturelle après ma blessure et je suis atterri ici, à Hollywood ... Hollyweird (note de traduction : Hollybizarre).

AP: Iriez-vous jusqu'à dire que votre père est la raison principale de votre choix de carrière ?

DC: Pas directement, non. Il ne m'a pas dit de devenir un acteur, c'est certain. Il m'a en fait dit de ne pas devenir acteur, vraiment.

Mais il m'a influencé parce que j'ai commencé à  plus le côtoyer, je l'ai vu travailler, j'ai trouvé son univers enivrant et fantastique. Il ne m'a jamais forcé à faire quoi que ce soit qui ait rapport avec ce métier.  Il a eu une grande influence sur moi parce que ce sont des choses auxquelles j'ai été exposé.

Mes parents voulaient que je fasse mes études en Califormie. Ils m'ont beaucoup aidé. Je voulais aller dans l'est à Princeton. Ils m'ont dit : ''Nous sommes tristes de te voir partir si loin de nous, mais nous serons là pour toi'', et c'est ce qui est arrivé. Mon père ne m'a jamais demandé de travailler dans cette industrie, c'est plutôt parce que j'y ai été exposé que ça a eu une grande influence sur moi.

AP: Vous avez travaillé à tellement de projets, quel est celui dont vous êtes le plus fier ?

DC: Il y en a une certaine quantité, dont ''Out of Time'' et ''The Broken Heart’s Club''.  J'ai aussi très hâte de voir le résultat final de ce projet sur la Géorgie. Il y en a tellement et ils sont si différents.

J'aime bien aussi ceux que je peux regarder avec mon fils. Il y a un qui vient de sortir :''The Dog Who Saved Christmas'', qui était très mignon. Il y  aussi d'autres projets que j'ai visionné et que j'ai trouvé bons. Si quelqu'un me demande mon opinion sur un film que j'ai tourné, je suis franc et je dis qu'il est bon ou moins bon, mais ainsi va la vie et je ne veux pas en pointer du doigt.

AP: D'où tenez-vous votre inspiration ?

DC: J'aime tout simplement ce que je fais.  J'aime le processus du tournage de films. J'aime le produit fini. J'aime regarder des films, j'aime raconter des histoires. J'aime en faire partie et je trouve que c'est un métier qui est inspirant. Ça consomme tellement de notre temps, il faut se dire qu'il faut s'en inspirer et je crois qu'il faut être en amour avec son métier, sinon on ne dure pas longtemps.

AP: Avez-vous des rêves ou avez-vous des plans plus concrets pour l'avenir ?

DC: Oui, il y a beaucoup de choses qui sont en branle. Il y a une chose, entre autres, mais je ne peux pas trop vous en parler parce que rien n'a encore été décidé, mais il est possible que je réalise mon premier film. Il y a un projet que je suis présentement en train d'étudier et ça pourrait vraiment être un très beau projet. Pour ce qui est de l'avenir, j'aimerais réaliser quelques films et il y a celui que j'ai mentionné qui serait très intéressant.

Réaliser un film est une expérience totalement différente que d'être devant, c'est un processus qui est très long, avant, pendant et après le tournage. Il faut donc croire en son projet et il l'aimer.  Je crois qu ej'en ai trouvé un.

Je veux aussi continuer de tourner des films et des séries télévisées.  Je veux simplement continuer à travailler.

Le film ''The Three Gifts'' sera diffusé en grande première le samedi, 19 décembre à 20h/19 h (heure du Centre), sur la chaîne Hallmark.

Mise à jour le Mardi, 16 Août 2011 00:52