TV Guide - 22/07/1995 - Should Lois Marry Clark ? PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

TV Guide

22 juillet 1995 / July 22th, 1995

Transcription anglaise/English transcript

Traduction française/French translation


Should Lois Marry Clark ?

It's mid-summer, and last season's most tantalizing marriage proposal still has Metropolis abuzz. As the third season of Lois & Clark approaches, there's only one piece of advice a tube-glued dame like me could give such a faithful prime-time friend as Lois Lane : Girl, don't do it !!

Think. Would That Girl marry Don Hollinger ? Would Mary Richards marry anybody ?

Remember Rhoda ! Remember Maddie !

Remember the fate that befell Rhoda and Moonlighting and oh so many other shows after their self-assured heroines loved and won their men in marriage - then wished they'd lost, after all.

Sure, Clark's a cutie, and the nicest guy you'd ever wanna meet. And hey, look at his parents - wouldn't they be the coolest in-laws ever ? Never mind the Superman stuff, Clark Kent's a find, all by his own self. Prime husband material.

That is, if you wanted to get married.

And who wants to get married ?

Maybe in real lfe, OK. Grab a good thing when you got ot and never let it go. But who wants Lois & Clark to be real ? That's precisely why this ABC hour continues to attract faithful followers, still picking up steam after two seasons in that Sunday-night-limbo slot with all the other networks' big guns blazing against it.

Nope, Lois & Clark is fantasy time. Even better : a believable fantasy. A delicious, ice-cream sundae concoction that's low-fat practical - a treat that whisks us just far enough away from our workaday cares, yet still offers enough tongue-in-cheek collisions with contemporary life to provide lively plot points.

This luscious hour lets us linger in a credible romanticized world where men are dashing (but tender) and women are self-motivated (yet sexy). Where adventure always waits just around the corner for the taking. Where right and resourcefulness defeat every diabolical design. Where nobody ever has a bad-hair day.

And where the promise of a rapturously romantic Happily Ever After lingers enticingly just beyond our grasp, beyond all kinds of obstacles and doubts and confusions and do-the-right-thing principles - all of which cleverly combine to keep the tension crackling and keep the happy-ending hope forever alive, never to be disappointinly dashed or disproven.

Last season's maybe/maybe-not shuffle so winningly choreographed between Lois and Clark was nothing less than a deft '90 revival of the romanctic magic in those oldtime Hollywood screwball comedies that still seem so timelessly crisp 50 years after their making.

And nobody in those Cary Grant-Carole Lombart-Joel McCrea-Claudette Colbert romps ever got married. (Well, Nick and Nora Charles were already wed in ''The Thin Man'', but they're the exception that proves the rule, and anyway, Myrna Loy was just too sensible not to demand a ring on her finger in those prefeminist days.)

Oh sure, screwball lovers usuallywanted to get married, and then madly schemed to get married, and sometimes they even did - but then of course they would immediately get divorced for some very good ridiculous reason and start the whole mad chase all over again.

Because it is a chase, our idealized concept of romance - the being wanted and needed and absolutely died for. It's the yearning that's so sublime. The race being run. Let's extend the sports analogy (even though Lois hates them) : Isn't all the fun in the handicapping , the pregame tensions; the jockeying for position and the last-second gamble to grab victory ? C'mon ! Who cares what happens after they cross the finish line ?

L&C had this pas de deux down all last season, too. There was the will-they/won't-they-go-out-on-a-date waltz. (They never did det to that Pearl Jam concert.) There was the had-a-great-time/ never-wanna-see-you-again tango, after that long-resisted initial step eventually proved frighteningly close to perfection. (Shaking off her fears following that first date, Lois raced towards a likely atomic explosion to save Clark. Can't beat that for clarifying your feelings.)

The writers spiced it up this spring with juicy romantic rivals (Farrah Forke's steamy prosecutor, Mayson Drake, Jim Pirri's smoldering DEA agent, Dan Scardino). And they even got L&C ''together'' in that smashing H. G. Wlls time-travel episode - though, handily, neither remembers a thing about it (Wells delivered them back to the present a few minutes before they encountered him).

That fun time-strip showed what's so right already about the relationship on Lois & Clark : the way they discover new little things about each other all the time that streghten their blossoming affection. (After Clark is revealed as Superman, Lois sympathizes with his ''having to pretend and hide, never being able to share''.) And look at how they fleshed out Lois' reluctant journey of self-discovery with her shrink this spring, and Calrk's ongoing identity crisis about his double life.

Lois & Clark offers the satisfaction of incremental progress strenghtening the bond between these longtime professional partners and self-described ''best friends'' - but, so far, they haven't come to any plateau where their relationship might grow stagnant or reverse course.

Aha ! you say - you're talking progress. Doesn't the relationship have to go some place ? Don't they have to take that logical step toward wedlock ?

Suppose Lois did get married. What then ?

If TV histoiry is any guide, then comes waah-waah and diapers. You know how it goes : the pressure's on to sustain that big-event momentum by having babies - the cuter the better. And do we reallywanna see Lois Lane taking the Full House trip - we're talking twins - just to inspire audience awws ? Was Agent 99 ever the same after those Get Smart twins arrived ? And wouldn't our happy couple face the bewirched Tabitha quandary : Is the tot ''super'' or not ? Which is just another gigantic distraction.

That won't cut it with Lois. She's a career girl, out there in the world, scrambling to strut her stuff and show'em what she's made of. She lives and breathes the newspaper game. She starts to concentrate on a kid, and suddenly, Lois & Clark becomes a family show, not the rambunctious romantic adventure we've come to treasure.

So, you posit, why couldn't Lois and Clark have a '90s kind of frisky, child-free marriage that mirros their egalitarian professional partnership ?

Jeez- you know how hard that kind of thing is to sustain ? It's tough enough in real life. And the stress of TV's dramatic demands - it has to be interesting - and you,re just asking for trouble with a capital T and that rhymes with B , and that stands for Bomb.

Even Lois knows this. She didn't just leap into Clark's arms when he broached the dating question. ''It's a big deal,''she warbed warily. ''We work together. What happens if, you know, it bombs ?'' Mustering all his Sensitive Guy resources, Clark opine, ''We'll always be friends.''

Friends. Hmmm... Friends ! Hey - what's wrong with that ? What's wrong with friends who think they might wanna be lovers and maybe should be lovers but aren't so sure and just keep doing their tiptoe dance while they wrestle with the question? Sam and Diane did it for five seasons on Cheers. The few TV couples who've managed to maintain their romantic magic - Rob and Laura, Hart and hart, Paul and Jamie - were already married when we met them. They didn't have to reconfigure their relationship.

Don't get me wrong - I wouldn't mind watching Lois flail through wedding planning trauma. Or seeing jealous Lex Luthor engineer a prison escape to spoil the ceremony. Lots of cool nuptial stuff could happen. But then what ? Once the surge of big-event excitements is over ? That's where you gotta be careful. Look what happened to Murphy Brown once she had the baby.

Baby ? you ask. What Baby.

Precisely.

But you can't just ignore the marriage of your two key characters in a show with enough realistic overtones to make it fly (so to speak) with today's cynically jaded viewers.

And remember : Lois still doesn't know that Clark is Superman.

Think about that. Aren't things actually better this way ?

You know, there's really only one answer to that age-old musical question, ''How do you keep the music playing ?''

You start the same song over again.

Good tunes always bear repeating.


Lois devrait-elle épouser Clark ?

Nous sommes en plein été, et la demande en mariage la plus spectaculaire de la saison dernière fait encore parler toute la ville de Metropolis. Alors que la troisième saison de Lois & Clark approche à grands pas, il n'y a qu'un seul conseil qu'une grande dame rivée à son petit écran pourrait donner à une amie telle que Lois Lane : Lois, ne le fais pas !!

Pense-y. Est-ce que Cette Fille pourrait marier Don Hollinger ? Est-ce que Mary Richards pourrait épouser qui que ce soit ?

Rappelle-toi Rhoda ! Rappelle-toi Maddie !

Rappelle-toi du sort qui a été réservé à Rhoda et à Moonlighting et à tant de séries télévisées après que leurs héroînes aient aimé et conquis leurs hommes, jusqu'à les épouser - et ensuite, elles auraient aimé perdre la bataille, après les dures épreuves qu'elles sont endurées.

Bien sûr, Clark est une vraie beauté et c'est plsu gentil des hommes que tu ne rencontreras jamais. Et regrade ses parents ; ne seraient-pas les beaux-parents les plus cools de la planète ? Ne te préoccupe pas de Superman, Clark Kent est un beau cadeau en soi, pas besoin d'en avoir plus. C'est une vraie perle à épouser.

Ceci dit, c'est bien sûr si tu veux te marier.

Et qui veut se marier ?

D'accord, peut-être dans la vraie vie. Ne laisse pas passer une bonne occasion quand tu en vois une. Mais qui veut que Lois & Clark soit réel ? C'est exactement la raison pourquoi cette série diffusée sur ABC continue encore d'attirer des nouveaux téléspectateurs et gagne encore en formce après deux saisons dans cette plage-horaire du dimanche soir qui ressemble à des concours de limbo et contre toutes les autres chaînes doivent se battre.

Non, Lois & Clark est un échappatoire. Encore mieux, c'est de la fantaisie crédible. Un délicieux mélange, comme un cornet de crème glacée qui est faible en sens pratique - c'est une gâterie qui nous en donne juste assez pour nous faire oublier notre tracas de la vie quotidienne, mais qui nous offre assez de goût en bouche avec des éléments de la vie contemporaine pour rendre l'histoire convaincante.

Cette heure nous laisse planer dans un monde romancé crédible, là où les hommes sont fringants (mais tendres) et les femmes sont ambitieuses (et restent sexy). C'est l'aventure nous attend au coin de la rue à chaque fois. C'est où la droiture et où l'ingénuosité viennent à bout de tous les plans diaboliques. C'est là où personne n'a jamais de mauvaise journée.

C'est là où la promesse d'un avenir prometteur et séduisant est à portée de main, au-delà de tous les doutes, la confusion et les principes des bonnes-choses-à-faire - tout cela, combiné intelligemment, aide à garder la tension bien vivante et à maintenir l'espoir d'une belle fin toujours possible, sans qu'elle ne soit jamais partielle ou complètement oblitérée.

Tout le peut-être/peut-être-pas gagnant et bien chorégraphié la saison dernière entre Lois et Clark n'était rien de moins qu'une résurrection de la magie des comédies romantiques des vieux classiques d'il y a cinquante ans, qui paraissent toujours aussi actuels et drôles, mais légèrement teintés par les années 1990.

Ni Cary Grant, ni Carole Lombart, ni Joel McCrea, ni Claudette Colbert ne se sont jamais mariés. (En fait, Nick et Nora Charles étaient déjà mariés dans 'The Thin Man'', mais ils sont l'exception qui confirme la règle, et puis il y a autre chose, Myrna Loy était tout simplement trop sensible pour ne pas exiger une bague au doigt, en ces temps pré-féministes).

Oh, bien sûr, les protagonistes des comédies romantiques d'autrefois voulaient habituellement se marier, et puis ils montaient des grands plans arriver à leurs fins, et parfois même, ils y arrivaient - mais, malheureusement, ils se divorçaient tout de suite après pour une raison tout à fait ridicule et ils recommençaient la même course encore et encore.

Le constat de cela est que c'est bel et bien une course, c'est notre concept idéalisé de la manière de se faire la cour - le fait d'être voulu et désiré à la vie, à la mort. C'est l'envie de le faire qui est si sublime. La course qui est disputée. Cntinuons ainsi notre analogie au sport (même si Lois les déteste) : le plaisir n'est-il pas dans les préliminaires, dans les difficultés à relever le défi, dans les tensions avant la course ; la position des coureurs et le dernier pari avant le coup de départ des coureurs ? Allons ! Qui se soucie de ce qui arrive après avoir franchi le fil d'arrivée ?

L&C avait ce rythme toute la saison dernière, aussi. Il y a eu le tango iront-ils/n'iront-ils-pas-à-leur-premier-rendez-vous-galant. (Ils n'ont jamais pu assister à ce fameux concert de Pearl Jam.) Il y a eu la valse des j'ai-eu-une-très-belle-soirée/je-ne-veux-plus-de-voir-de-ma-vie, après un très long intermède et une sortie qui s'est révélée très près de la perfection. (Ayant affronté ses peurs lors de son premier rendez-vous galant, Lois est accourue comme une bombe atomique pour sauver Clark. Il n'y a rien de tel pour mettre au point ses sentiments envers l'être cher.)

Les scripteurs ont corsé un peu l'affaire ce printemps avec des rivaux romantiques pour nos deux héros (Farrah Forke' campait le rôle de Mayson Drake, la procureure sulfureuse, et Jim Pirri s'est glissé dans le rôle de l'agent à deux faces, Dan Scardino). Ils ont même décidé de mettre L&C ''dans le coup'' dans ce super épisode de voyages au travers le temps avec H. G. Wells - et, on doit le dire, dont aucun des deux personnages ne se souvient (Wells les a ramenés dans le présent quelques minutes avant qu'ils ne l'aient rencontré la première fois).

Ce clin d'oeil du voyage dans le temps a montré ce qui fonctionne déjà si bien dans la relation entre Lois et Clark : c'est la façon dont ils découvrent constamment de nouvelles petites choses l'un sur l'autre qui renforce leur affection mutuelle. (Après que Clark ait confié qu'il était Superman, Lois sympatise avec lui parce qu'il ''devait prétendre certaines choses et en cacher d'autres et qu'il ne pouvait jamais partager son secret''.) Il faut aussi mentionner que Lois est allée bien malgré elle chez le psychologue pour se redécouvrir que Clark avait une crise identitaire à cause de sa double vie.

Lois & Clark procure la satisfaction de voir le progrès qui solidifie lle lien entre ces deux partenaires de longue date et qui se déclarent eux-mêmes comme des ''meilleurs amis'' - mais, jusqu'à maintenant, ils n'ont pas encore eu à faire faire à un plateau ou à un point non-retour dans leur relation amoureuse.

Ah, me dites-vous ! On parle de progrès. Le but ultime de leur relation amoureuse est d'aboutir à quelque chose, n'est-ce pas ? Logiquement, ne devraient-ils pas penser à l'union de leurs destinées ?

Supposons que Lois décide de se marier. Qu'arrive-t-il après ?

Si l'histoire télévisuelle peut nous servir de guide, viennent ensuite les enfants et les couches. Vous connaissez le contexte : la pression est conservée pour soutenir ce grand événement que ce serait la naissance de bébés - plus ils seraient mignons et mieux ce serait. La question est : veut-on voir Lois Lane remplir sa maison avec des enfants - on parle ici de jumeaux - simplement pour garder un audimat gaga pour des poupons ? Est-ce que l'agent 99 est restée la même après la naissance de ses jumeaux dans la série ''Get Smart ''? Et notre heureux couple devra faire face à la question embarrassante : est-ce que l'enfant est ''super'' ou non ? Ce qui est, à mon avis, une autre distraction monumentale.

Lois ne pourra pas faire ces compromis. C'est une femme de carrière, qui a sa place dans le monde actuel, qui se bat pour se faire un nom et pour leur montrer de quoi elle est capable. Elle ne vit que pour le journal pour lequel elle travaille. Si elle se met à vouloir des enfants, tout à coup, la série Lois & Clark deviendra une série pour toute la famille, et perdra son lustre d'aventure romantique que nous avons appris à chérir.

Alors, est-ce que Lois and Clark pourraient avoir une relation amoureuse piquante du genre années 1990 , mais sans enfants, qui met en valeur le principe égalitaire de leur relation professionnelle ?

Mon Dieu, savez-vous à quel point une telle chose est difficile à conserver ? C'est déjà assez difficile dans la vraie vie. Avec les demandes de stress et de drames imposées par la télévision - il faut que ce soit intéressant - ça sent les problèmes avec un P majuscule et ça commence par un B, le mot étant Bombe.

Même Lois sait cela. Elle n'a pas sauté au cou de Clark quand il a abordé la question de la relation amoureuse. ''C'est un gros morceau,'' lui a-t-elle rétorqué. ''Nous travaillons ensemble. Qu'est-ce qui arrive, si tu sais, ça ne fonctionne pas ?'' Utilisant toutes ses ressources d'Homme Sensible, Clark dit : ''Nous serons toujours amis.''

Des amis. Hmmm... Des amis ! Qu'y a-t-il de mal à ça ? Qu'y a-t-il de mal à des amis qui veulent peut-être être amants et qui le devraient peut-être mais qui ne sont pas si certains, donc ils continuent de marcher sur la pointe des pieds en essayant de régler le problème ? Sam et Diane l'ont fait pendant cinq saisons dans ''Cheers''. Les rares couples qui ont réussi à garder leur magie romantique - Rob et Laura, Hart et Hart, Paul et Jamie - étaient déjà mariés quand les téléspectateurs les ont rencontrés. Ils n,ont pas eu à revoir toute leur relation.

Ne vous méprenez pas - Ça ne me dérangerait pas de voir Lois passer au travers les enfers de la préparation d'un mariage, ou encore de voir Lex Luthor jaloux, s'évadant de prison pour gâcher la cérémonie. Mais après, que se passera-t-il ? Une fois que tous les préparatifs pour la grande fête sont terminés ? C'est là qu'il faut faire attention. Pensons à ce qui est à arrivé à Murphy Brown une fois qu'elle a eu son bébé.

Un bébé, demanderez-vous. Quel bébé ?

Exactement.

Le fait est que l'on ne peut pas ignorer le mariage de deux personnages principaux dans une série télé qui dépeint assez bien la vie d'aujourd'hui et qui lui donne assez de piquant pour la faire voler (jeu de mots facile), dans un contexte où les téléspectateurs d'aujourd'hui peuvent être vite blasés.

Et rappelons-nous une chose : Lois ne sait toujours pas que Clark est Superman.

Pensons à cela. Les choses ne sont-elles pas mieux ainsi ?

Vous savez, il n'y a qu'une seule réponse à cette question vieille comme le monde : ''Comment la musique peut-elle encore jouer ?''

En recommençant la chanson à nouveau.

Les bonnes chansons valent toujours la peine d'être réécoutées.

Mise à jour le Dimanche, 13 Mars 2011 22:23