Gay Times - 05/2001 PDF  Array Imprimer Array  Envoyer




Cain's not Able

BEST KNOWN FOR WEARING HIS PANTS OUTSIDE  HIS TIGHTS,
DEAN CAIN HAS ALSO PLAYED GAY IN A COUPLE OF MOVIES.
THE LASTEST, THE BROKEN HEARTS CLUB, OPENS IN THE UK
THIS MONTH, BUT DEAN IS KEEPING HIS DISTANCE.
ANDREW COPESTAKE REPORTS.

I WANTED TO TALK TO SUPERMAN. AND NOT JUST ANY old Superman, but the sexiest Superman ever.  I wanted to talk to Dean Cain, the man who played the part for four years in Lois & Clark : The New Adventures of Superman. But I felt what felt like several hundreds emails, phone calls and faxes, and the answer was always the same : Dean Cain has prior commitments.  I got close, when I talked to Greg Berlanti. director of Dean's latest film, The Broken Hearts Club.  Greg promised to put in a word, saying, "He's a lovely guy. Really genuine and down to earth." I'm sure he is, but there is some very unlovely press agents and PR people standing between Dean and myself.  Which is a shame.

    Cais has said about his role as Cole, the straight-acting one of a bunch of West Hollywood gay friends, that he is doing his job well then you will forget he ever was Superman.  He is and you do.   You think of Joey from Friends instead.  They both play actors who get cast mainly for their looks rather than their acting ability.  Cain seems keen to lose his identification with the Superman role that made his famous.  This may be why he has appeared as a gay man in not one, but two movies.  First there was Tamra Davis's Best Men (1997), in which he was a reluctant bank robber who uttered the immortal line, "I'm a Green Beret, a proud American and gay" -- sentiments that don't necessarily fit neatly together. Not that we ever saw any physical evidence of his nellydom.  At least in Broken Hearts Club you get to see some mouth-to-mouth action, when Cole gives the fireman he picks up at a baseball match a full-on snog. Cole is the one everyone wants to be secretly in bed with.  As one character says, "Even my dad would sleep with him."

    But Cain's character is both self-loathing and self-centred, as shallow and empty as a Tory Party manifesto. He uses an audition monolgue, written on the palm on his hand, to break up with his boyfriend.  But still they love him.

    Getting Cain on board was a bit of a coup for the director.  "Dean read the script and called us ans said he really wanted to audition, but the studio was very hesitant," says Berlanti.  "They thought he was too television. He has real charisma and charm -- from the moment he came in the room he was the part, and I really went to bat for him.  Very quickly after the dailies started coming in, he became the studio favourite, and you'd think they had been part of the idea to recruit him for the role."

    The Broken Hearts Club is by no means the first gay buddy movie, nor the first to feature a big-name actor, though it may be one of the first to break throught the glass ceiling that seems to prevent most gay films from making it really big.  No dought that Cain has helped it get out of the gay ghetto in the US.  But should we care whether straight audiences take to the movie or not ?  According to Berlanti, "Until films like this play on more than 100 screens, or 300 screens in the States, they are never going to be able to do the kind of number that warrant someone investing $3m instead of $1m."  He gets quite expansive about the difficulties facing gay movies.  "It's really left in the hands of the distributors," he says.  "It's a Catch 22 situation that exists for gay films. They need their full monty, and until they get it I don't think things are going to change."

    So homophobia is still rife in Hollywood, then ? "I don't think it is," Berlanti contends. "Certainly, the working environment has changed, but the last vestige of it lies with the marketers and the distribution.  They are a world  unto themselves and they decide , before a movie has had a chance to prove itself, how much it's going to make and where it's going to play and how much they are going to invest in its advertising.  The only way you can break out of that paradigm is to let the audience speak for itself."

 

    The audience has been speaking for itself in the US, where The Broken Hearts Club has picked some rave reviews. Berlanti has noticed a change in the demographics, as word-to-mouth positive reports have attracted even old people into the movie theatres. "It happened with the African-American films and the whole Spike Lee phenomenon," he says.

    Timothy Olyphant, who plays Dennis, a photographer about to celebrate his 28th birthday, adds: "If straigh audiences are open to the fact that this is about people who have a lifestyle different to them, then they should get what anyone would get from any good story.  It's a well written romantic comedy with interesting characters who are going through a lot.  It's both funny and sad.  So gay audiences will get that, and straight andiences, il they're human, should get that too."
 
    The Broken Hearts Club is about a group of friends who happen to be gay but are not uncritical of the gay lifestyle.  They have pet names for men they see around on the scene but don't know personnaly ("Idaho guy", "J Crew Guy", "Purple Guy") and they're particularly scathing of the gym-buffed bodies that populate the West Hollywood scene.  The film is about how friends can be both the best and the worst thing in your life.

    Cain's character, Cole, is Dennis's flatmate and has a habit of stealing other people's boyfriends.  Says Berlanti, "I wanted to write a gay film that was about romance and not about sex, something that was universal, that everybody could understand." Think Sex In The City about gay men (though without the sex) or think Dawson's Creek for grown-ups (and with a lot of humor) and you have The Broken Hearts Club. Berlanti is Executive Producer on Dawson's Creek and, as such, has been responsible for writing the majority of the scripts.  But this current season will be his last and he is already working on another project with Kevin Williamson, the openly gay Dawson series producer and writer of the Scream trilogy of spoof horror movies.  Berlanti is well aware of The Broken Hearts Club's limitations.  There are things he would like to change, but says, "It's all about filling up the blanks.  I look forward to the day when there's  not so much pressure on gay films to be every gay film. Definitely, it was true with Broken Hearts that people expected it to include this or that rather than judge it on its own merits."
 
    The rather tokenistic presence of a lesbian couple hell-bent on motherhood and the solitary, clichéd,

camp-as-tits black man are not amongst its merits, but the strong ensemble performances are.  Cain, in particular, gives a refreshing portrait of a "regular guy" who just happens to take it up the arse, or so rumour has it (his straight sensibility forbids him from ever admitting to the passive role), whilst John Mahoney (Frasier's Marty Crane) is perfect as Jack, an older gay man who smokes cigars and wears Hawaiin shirts and acts as a guide and guru to the boys.


    Berlanti had always wanted Mahoney for the role.   "I rarely write with actors in mind," he says, "but

Mahoney had been part of the Steppenwolf Theatre Company in Chicago, where I grew up, ans I worshipped him, so I heard his voice for this role.  When we got picked up by the studio, they wanted what they considered to be the A-list talent, and there were a couple of people who were interested, but they required either a lot of money or wanted a producer credit.  Eventually, I asked to be allowed to write to Mahoney and, to his credit, he wrote back and said, "Let's have a meeting", and by the end of the meeting he was on board."

    Mahoney says, "Playing Jack was really no different than playing Marty.  They are both basically very ordinary, no-non-sense people wit senses of humour who are able to cut to the quick of the problem and help people."  And that, according to Berlanti, is the essence of the movie.  To be able to "just laugh at your life -- because life and God and the universe will provide you with enough to be unhappy about.  So you can choose when to laugh and to surround yourself with people who help you laugh at your life."

    I, like many, would love to surround myself with Dean Cain.  But I'm still waitng for him to return my call.  Something tells me he never even got it.


 

  • The Broken Hearts Club (15) is on release from May 11th.

Cain n'a pas Pu

PLUS CONNU POUR AVOIR PORTÉ SES CALEÇONS À L'EXTÉRIEUR DE SES COLLANTS,
DEAN CAIN A JOUÉ DES RÔLES GAIS DANS QUELQUES FILMS.
LE DERNIER, THE BROKEN HEARTS CLUB, SERA PORTÉ AU GRAND ÉCRAN CE MOIS-CI AU
ROYAUME-UNI, MAIS DEAN GARDE SES DISTANCES.
ANDREW COPESTAKE RACONTE.

J E VOULAIS PARLER À SUPERMAN. ET PAS À N'IMPORTE QUEL vieux Superman, mais le Superman le plus sexy qui ait jamais existé.  Je voulais parler à Dean Cain, l'homme qui a tenu son rôle pendant quatre ans dans Lois & Clark : Les Nouvelles Aventures de Superman. Je ressentais la même chose que des centaines de courriels, d'appels téléphoniques et d'envois de télécopies pouvaient bien me faire sentir, et la réponse était toujours la même : Dean Cain avait d'autres engagements.  J'étais à deux cheveux de pouvoir l'approcher, quand j'ai parlé à Greg Berlanti, le directeur du dernier film de Dean, The Broken Hearts Club.  Greg m,a promis de glisser un mot à des gens, en ajoutant : "C'est un type adorable. Très franc et terre-à-terre." je suis certain qu'il l'est, mais il y a des des agents de presse et des gens de relations aux médias très détestables qui sont entre Dean et moi.  C'est une vraie calamité.

    Cais dit de son rôle en tant que Cole, un type au comportement très hétéro au milieu d'une bande d'amis gais du West Hollywood, qu'il a bien fait son boulot si vous oubliez qu'il a un jour campé le rôle de Superman.  Il l'a fait et vous oubliez.  Pensez plutôt à Joey de Friends à la place.  Ils jouent tous deux le rôle d'acteurs qui sont plus engagés pour leur apparence extérieure plutôt que pour leur capacité à jouer.  Cain semble prêt à perdre son identification à Superman qui l'a rendu célèbre. C,est peut-être pour ça  qu'il a joué le rôle d'un gai dans pas un, mais bien deux films.  Il y a tout d,abord eu celui de Tamra Davis, Best Men (1997), dans lequel il joue un type qui devient voleur de banque malgré lui, qui a lancé la réplique : "Je suis un Bérêt Vert, fier d'être Américain et gai"  -- qui sont des sentiments qui ne vont pas nécessairwment bien ensemble. Pourtant, nous n'avons jamais vu d'indices physiques de son homosexualité. Au moins, Broken Hearts Club on peut voir de l'action, on s'y embrasse à pleine bouche, quand Cole donne au pompier qu'il a choisi un baiser complet. Cole est celui que tous espèrent secrètement avoir dans leur lit. Come un personnage le dit : "Mème mon père coucherait avec Cole."

    Mais le personnage de Cain est à la fois trop sûr de lui-même et égocentrique et aussi vide et creux qu'un manifestant du Parti de Tory. Il utilise un monolgue d'une audition, écrit dans la paume de sa main, pour rompre avec son petit ami. Mais ils l'aiment encore.

    Permettre à Cain de se joindre à l'équipe fut sans doute à cause de la persistance du directeur.  "Dean a lu le script et nous a appelé pour nous dire qu'il voualit auditionner pour le rôle, mais le studio était très hésitant," dit Berlanti.  "Ils pensaient qu'il était trop du type télévision. Il a du charisme et du charme -- du moment où i est entré dans la pièce, il faisait partie du film et je me suis beaucoup défendu pour lui.  Très rapidement après que les gens des studios aient commencé à arriver, il devint la coqueluche du studio et vous auriez cru que c'était tout d'abord leur idée de l'engager pour ce rôle."

    The Broken Hearts Club n'est pas le premier film d'amitié entre gais, ni le premier à mettre en vedette un grand nom d'acteur, mais il est peut-être le premier film qui a réussi à briser le plafond qui empêche la pluaprt des films gais d'avoir du succès. Il n'y a pas de doute que Cain à aider à le sortir des ghettos gais des États-Unis. Mais doit-on se soucier du fait que des audiences hétéro iraient voir le film ou non ?  Selon Berlanti : "Jusqu'à ce que des films comme celui-ci joue sur plus de 100 écrans, ou plus de 300 aux États-Unis, ils ne seront jamais capables d'atteindre ce genre de chiffre qui permet à une personne d'investir 3 millions de dollars au lieu d'un seul."  Il croit fermement que ça revient très cher à cause des difficultés qui sont rencontrés par les films gais.  "C'est réellement laissé entre les mains des distributeurs," dit-il.  "C'est une situation à double tranchant pour les films gais. Ils ont besoin du maximum d'argent etjsuqu'à ce qu'on leur donne ça, je ne crois pas que les choses vont changer."

    Alors, il semblerait que l'homophobie soit encore installé sur Hollywood ? "Je ne crois pas," confie Berlanti. "Il est certain que l'environnement de travail a changé, mais les derniers vestiges de ça reposent sur les gens faisant le marketing et la distribution en elle-même. Ils constituent un monde en eux-mêmes et ils décident, avant qu'on ne donne la chance à un film, combien il remportera et où il jouera et combien ils vont investir dans sa publicité. Le seul moyen de vaincre ce paradoxe est de laisser laisser l'audience décider par elle-même."

    L'audience a parlé d'elle-même aux États-Unis, où The Broken Hearts Club a reçu de très bonnes critiques. Berlanti a remarqué un changment dans la démographie, comme si le bouche-à-oreille avait été positif et apporté même des gens plus âgés dans les salles de cinéma. "C'est arrivé aux films afro-américains et à tout le phénomène entourant Spike Lee," dit-il.

    Timothy Olyphant, qui interprête Dennis, un photographe qui s'apprête à célébrer son 28ème anniversaire, ajoute : "Si les audiences hétéro sont ouvertes aux styles de vie de gens qui sont différents d'eux, alors ils peuvent bénéficier ce dont tout le monde bénéficie avec une bonne histoire.  C,est une comédie romantqiue bien écrite avec des personnages intéressants qui traversent beaucoup d'épreuves. C'est à la fois drôle et triste.  Aors, les audiences vont vont comprendre et les audiences hétéro, si elles sont humaines, devraient comprendre le message elles aussi."
 
    The Broken Hearts Club est à propos d'un groupe d'amis qui sont gais, mais qui ne sont pas neutres face au style de vie gai.  Ils ont des surnoms de chiens pour des gens qu'ils croisent mais dont ils ignorent le nom, ("type de l'Idaho", "le GO", "l'Homme Violet") et ils sont particulièrement tranchants avec les accros de gym qui sont légion dans le quartier West Hollywood.  Le film traite du fait que les amis peuvent être la meilleure ou la pire chose que vous pouvez avoir dans la vie.

    Le personnage de Cain, Cole, est le meilleur ami de Dennis et a la manie de voler les petits copains des autres.  Berlanti dit : "Je voulais écrire un film gai qui parlait de romance et non de sexe, quelque chose qui était universel, que tout le monde pouvait comprendre." Pensez à Sex In The City qui parle d'hommes gais (sauf qu'il n'y a pas de sexe) ou pensez à un Dawson's Creek pour adultes (et avec beaucoup d'humour) et vous obtenez The Broken Hearts Club. Berlanti est le producteur exécutif de Dawson's Creek et par conséquent, il est responsable d'avoir écrit la majorité des scripts. Mais cette saison sera sa dernière et il est déjà en train de travailler sur un autre projet avec Kevin Williamson, le producteur ouvertement gai de la série Dawson, qui est aussi le producteur et le scripteur de la trilogue des Scream, des films d'horreur populaires.  Berlanti est au courant des limitations de The Broken Hearts Club.  Il y a des choses qu'il aimerait changer, mais il dit : "Tout est à propos de remplir les espace vides.  J'ai bien hâte de voir le jour`où il n'y aura plus tant de pression sur les films gais, pour qu'il soit simplement un autre film gai. Définitvement, c'était vrai avec Broken Hearts, les gens espéraient que l'on inclut ceci ou cela au lieu de se baser sur ses propres mérites."
 
    La présence plutôt surprenante d'un couple de lesbiennes qui veulent absolument avoir un enfant, ou encore la présence très clichée d'un homme noir très effeminé ne font pas partie de ses mérites, mais l'ensemble des performances le sont.  Cain, en particulier, donne un portrait rafraîchissant d'un "type régulier" qui ne fait que tout prendre par derrière, du moins c'est ce que dit la ruemur (sa sensibilité d'hétéro lui défend d'admettre qu'il tient le rôle passif), pendant que John Mahoney (Marty Crane, de Frasier) est parfait sous les traits de Jack, un homme gai plus âgé qui fume le cigare et porte des chemises hawaïennes et agit comme gourou et guide aux plus jeunes.

    Berlanti a toujours voulu que ce soit Mahoney qui prenne le rôlee.   "J'écris rarement avec des acteurs en tête," dit-il, "mais Mahoney avait fait partie de la Steppenwolf Theatre Company de Chicago, où j'ai grandi et je le vénérais, alors j'ai entendu sa voix pour ce rôle. Quand nousa vons été choisi par le studio, ils voulaient une liste des meilleurs acteurs et il y avait quelques personnes qui étaient intéressées, mais ils voualient soit beaucoup d'argent ou voulaient être cités comme producteurs.  Éventuellement, j'ai demandé la persmission d'écrire à Mahoney et, merci à lui, il m'a réécrit et m'a dit, "Rencontrons-nous" et à la fin de notre rencontre, il faisait partie de l'équipe."

    Mahoney dit : "Jouer le rôle de Jack n'était pas très différent du rôle de Marty.  Ils sont à la base très ordinaires avec un sens de l'humour qui sont capable d'en venir rapidement au coeur du problème et qui aiment aider les gens."  Et ça, selon Berlanti, c'est la clé du film. D'être capable  "de simplement rire de notre existence -- car la vie et Dieu et l'univers vont vous fournir assez de trucs pour être malheureux. Alors vous pouvez choisir quand vous voulez rire et de vous entourer de gens qi vont vous aider à rire de votre vie."

    Moi, comme plusieurs autres, j'aurais aimé rencontré with Dean Cain.  Mais j'attends encore qu'il retourne mon appel.  Quelque chose me dit qu'il ne l,a probablement jamais reçu.
 

    The Broken Hearts Club (15) sort en salles le 11 mai 2001.
Mise à jour le Samedi, 07 Mars 2009 16:56