Eine Klein Natchtmusik PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Saison 5, Episode 10

Écrit par Nancy Lemieux

Histoire par Nancy Lemieux et Adrienne Vukovic

Version française de

Traduction Hypérion

 


Décharge de responsabilité : Lois, Clark et tous les autres personnages de leur univers sont la propriété de DC Comics, Warners Brothers et December 3rd productions. Et n'oublions pas de remercier Messieurs Siegel et Shuster, sans qui, n'est-ce pas, nous n'aurions pas cette obsession pour Lois et Clark. Aucune violation des droits n'est délibérée. Aucun profit pécuniaire n'est tiré de cette histoire. Les nouveaux personnages ou situations sont la propriété de Nancy Lemieux. Cette histoire ne doit être ni archivée ni redistribuée sans l'autorisation de l'auteur.

INTRO

La chair de poule. C'est le terme qui revenait encore à l'esprit de Julian quand il entra dans cet entrepôt abandonné. Il avait tout à coup l'impression de se retrouver dans un mauvais film de gangsters.

Le bâtiment de briques n'était pas tellement extraordinaire. Une vieille pancarte décolorée parlait des Matelas Smithwick dans une pub sur leur fermeté et leur longévité. Les portes et les fenêtres étaient vieilles et rafistolées. La peinture s'écaillait des encadrements et la plupart des vitres étaient poussiéreuses et fêlées ou cassées - le legs de plusieurs générations de jeunes qui s'étaient amusés au tir. Des planches avaient été posées dans la faible tentative d'éloigner les indésirables, mais maintenant elles étaient cassées et pendaient.

Le toit s'était en partie effondré et les débris étaient dispersés aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des vieux murs de briques rouges. L'eau coulait à l'intérieur, formant des mares qui n'étaient troublées que par une brise occasionnelle et les débandades des petits rôdeurs.

Julian entendit le grincement de la porte se refermant derrière lui au moment où il entrait dans l'entrepôt. Il frissonna, sentant l'obscurité et l'air fétide peser sur ses frêles épaules. Pourquoi ce type ne pouvait-il lui donner rendez- vous dans un endroit plus agréable, comme un parc ? Au moins il n'y avait pas à s'inquiéter qu'un toit vous tombe dessus quand on était en plein air. Et de plus, les parcs ne vous filaient pas la chair de poule.

Julian frissonna et avança davantage à l'intérieur du bâtiment, faisant attention aux endroits fragiles du sol qu'il avait déjà expérimentés. Se faufilant entre les piles de débris, il parvint au lieu du rendez-vous, espérant l'y retrouver.

'Lui'. Il aurait été bon d'avoir un nom à mettre sur son contact, mais il ne lui en avait donné aucun, alors Julian se référait à cet homme comme 'lui' ou 'vous' ou 'hé vous'. Son contact avait été très clair dès le début. Ne jamais essayer de trouver son nom. Si Julian s'y risquait, il ne vivrait pas assez longtemps pour le dire à qui que ce soit.

Un bruissement interrompit les pensées de Julian et il leva la tête à temps pour voir une ombre se mouvoir dans le mince rayon de lumière de la rue passant par un carreau cassé à proximité. Julian se précipita sur l'homme, révisant son rapport une dernière fois.

"Eh bien, qu'avez-vous à me rapporter ?"

"J'ai recruté trois nouveaux et ils sont en train d'écouler les pamphlets. On a maintenant six personnes qui font les couloirs, distribuent les pamphlets et glissent l'information dans les casiers. On fait tout ce que vous voulez. Mais il y a un problème." Julian hésita, ne sachant trop comment continuer.

"Un problème ? Quel genre de problème ?"

"Je crois que le proviseur adjoint a des soupçons. Il nous a réunis en groupe et a demandé pourquoi on manquait tant de cours. On a eu peur et on n'a rien fait passer depuis deux jours, maintenant. Qu'est-ce qu'on doit faire ?"

L'homme se pencha sur le visage de Julian, le regarda droit dans les yeux, y lisant la terreur, puis sourit. Se reculant, il sembla réfléchir une seconde avant de répondre.

"Il n'y a pas à s'inquiéter. Il ne trouvera rien sur nous. Attendez une journée et commencez à distribuer ceux-là."

L'inconnu fouilla dans la poche de son manteau et sortit une grande pile de pamphlets qu'il tendit au jeune homme.

"Maintenant, Julian, y a-t-il d'autres questions ?"

"Non, Monsieur."

"Très bien, alors. Je vous retrouve à l'entrepôt trois à onze du soir d'ici quatre jours."

Ceci dit, l'homme tourna les talons et se fondit dans les ténèbres. Ses pas s'évanouirent jusqu'à ce que Julian se retrouve seul une fois encore. Il frissonna, comme s'il sentait l'obscurité commencer à le cerner et il se retourna pour s'en aller. Soudain se souvenant de ses habitudes, il s'arrêta et sortit un sac de la poche de son pantalon et il enfila en vitesse les pamphlets dans le sac, sans remarquer qu'il en oubliait un. Alors qu'il sortait, on pouvait lire en grandes lettres de colère sur le recto de la page :

"SUPERMAN DOIT ÊTRE ÉLIMINÉ"

Propriété de Lois et Clark, le matin

Clark n'avait pas besoin de se servir de sa super oreille pour savoir que Lois ne se sentait pas bien. A peine avait-elle eu le temps de sortir de la salle de bains une première fois qu'elle s'y précipitait à nouveau, arrivant aux toilettes juste à temps. Il soupira et se dirigea très vite vers elle, ignorant ses précédentes rebuffades disant qu'elle allait bien et n'avait pas besoin de son aide. La porte était entrouverte et il arrivait à la voir, agenouillée sur le carrelage froid, penchée en avant, apparemment incapable d'arrêter les vomissements. A toute vitesse, il ouvrit le placard et sortit un gant de toilette qu'il passa sous l'eau froide et essora pour enlever l'excédent d'eau."

Il s'agenouilla à côté d'elle et posa doucement sa main dans ses reins, sachant qu'elle n'aimait pas avoir du monde autour d'elle-- même lui-- quand elle était malade. Poursuivant son geste doux et réconfortant, il remonta, de son autre main, les cheveux collés sur ses sourcils en sueur et appliqua le gant de toilette froid sur son front. Elle prit une inspiration frémissante et combattit vaillamment son envie de vomir encore. Les gestes de Clark semblaient l'aider et, un instant plus tard, elle était assez forte pour se reculer et s'accroupir, laissant échapper un soupir tremblant.

Clark ne perdit pas un instant et l'attira à lui, l'entourant de ses bras tandis qu'elle s'effondrait sur lui. Il lui tourna légèrement la tête, repoussant la frange qui lui retombait obstinément dans les yeux avant de lui passer sur la bouche le gant de toilette humide qu'il tenait toujours, essuyant les traces de ses nausées. Il sentit qu'elle le serrait très fort, sachant que c'était sa façon de le remercier d'avoir pris soin d'elle. En souriant, il déposa un baiser sur le haut de la tête et attendit.

Quand elle se sentit prête, elle s'écarta lentement de lui, le regardant dans les yeux avec un mélange de tendresse et de confusion.

"Je… je… te remercie !" commença-t-elle incertaine de pouvoir continuer.

"Tu n'as pas besoin de me remercier, Lois. Tu le sais. Je suis toujours là pour toi."

"Je sais. C'est juste que… eh bien, d'habitude je ne suis jamais malade comme ça. Je n'arrive pas à me souvenir d'avoir eu si mal au cœur. " Ses yeux s'illuminèrent soudain au souvenir qui lui revenait à l'esprit.

"Non, Clark, je me souviens bien de la dernière fois où j'ai été aussi malade que ça. C'était quand on a fait cette planque dans la marina et qu'on a mangé cette nourriture chinoise de la Pagode de Ralph !"

Clark se souvenait de la soirée dont elle parlait. En fait, ce souvenir était gravé dans sa mémoire. Il avait vu sa silhouette pendant qu'elle se déshabillait avant de prendre un verre et il avait à peine pu retenir son désir prêt exploser tout comme ce bouchon de champagne. Se reprenant de son égarement, Clark s'était ensuite concentré, plus tard, cette nuit là quand sa super oreille avait entendu Lois trébucher jusqu'à la salle de bains pour soulager son estomac. Il avait aussi voulu l'aider alors, mais il savait qu'elle l'aurait repoussé. Il ne put retenir un petit sourire en réalisant comme la situation avait changé.

"Quoi ? Maintenant ça te fait rire que je sois malade ?"

"Non, Lois… J'étais- Oh, c'est rien. Tu veux que je t'aide à te lever ?"

Elle hocha négativement la tête et choisit de se cramponner au rebord de la tablette, se redressant sur ses jambes tremblantes. Clark se sentit soulagé de voir revenir son éclair d'indépendance. Ça voulait dire qu'elle se sentait vraiment mieux.

"Je vais aller jusqu'au lit." Elle s'avança, essayant de mettre un peu de force dans sa voix, mais chancela en sentant ses genoux se dérober. "Reste à côté de moi, d'accord ?"

Il entendait l'appel de sa voix, sachant qu'elle avait besoin de lui. Clark se retint de la prendre dans ses bras et de la porter jusqu'au lit, certain que Lois n'apprécierait pas son paternalisme. Au contraire, il posa doucement ses mains autour de sa taille, la guidant sans lui fournir un réel support. Elle se rendit lentement jusqu'au lit et s'allongea doucement, soupirant après cet effort.

"Lois, ça va ?"

"Ça va, Clark. Vraiment. Je pense que c'est seulement quelque chose que j'ai mangé. Ça ou la grippe, mais j'en doute, parce que je n'ai eu aucun autre symptôme. "Tu ne crois pas que c'est parce que nous avons mangé trop de fondue au chocolat hier soir, n'est-ce pas ? Après tout, ça ne m'a jamais rendu malade de manger du chocolat et je doute que ça puisse commencer maintenant."

Elle s'arrêta pour reprendre son souffle, dans un état trop faible pour babiller sans arrêt comme elle le faisait à l'ordinaire. Mais le répit ne fut pas bien long et elle repartit dans une autre tirade.

"Ou alors c'est une intoxication alimentaire. Après tout, qui sait si le veau piccata était vraiment bon chez Luigi. Peut-être qu'on devrait enquêter. C'est la dernière fois qu'on va dans ce restaurant… Promets moi, Clark, qu'on n'y retournera pas. La soirée d'hier était agréable, mais ça ne valait pas ça."

Clark sourit un peu en caressant le ventre de Lois comme il l'avait fait par le passé

Lois tapota doucement la main de Clark qui lui caressait toujours le ventre. Elle prit une autre inspiration avant de poursuivre.

"Après tout, c'est bizarre. On a été dans ce restaurant des douzaines de fois avant et on n'a jamais eu de problèmes. Peut-être que ce n'est pas ça. Peut-être que c'est le chocolat. Je me sentais un peu barbouillée quand on est allés se coucher hier soir et laisse moi te dire que ce petit 'exercice' supplémentaire qu'on a fait après n'a pas aidé à calmer mon estomac, quoique je me sentais bien quand je me suis endormie. Peut-être que ce n'est pas une intoxication alimentaire mais juste une indigestion."

Lois hésita soudain, envisageant cette éventualité.

"Oh, mon Dieu, Clark ! Et si j'avais une indigestion à cause du chocolat ! C'est la chose la plus affreuse qui pourrait m'arriver. Mais… attends… tu n'as pas été malade ! Pourquoi tu n'as pas été malade ? Tu as mangé les mêmes choses que moi… Oh, mais qu'est ce que je dis ? Tu avales des bombes à tes moments perdus. Ton estomac est probablement blindé d'une triple couche d'acier trempé. Bien sûr que tu ne pouvais pas être malade. Ça veut dire que je--"

Elle s'arrêta de parler quand les doigts de Clark se pressèrent sur sa bouche.

"Lois tu radotes." Ce qui est bon signe ajouta-t-il mentalement.

Elle lui lança un regard noir qui se lisait dans ses yeux, puis elle se radoucit à l'instant où mourut sa réplique. Elle avait radoté. Eh bien au moins, ça lui avait fait du bien. Son estomac avait l'air d'aller mieux.

Lois embrassa le doigt de Clark puis repoussa sa main, se redressant pour s'asseoir.

"Je ne radote pas, Clark. Je pense simplement tout haut." Elle se redressa légèrement et commença à se lever. Elle sentit la main de Clark sur son épaule qui la maintenait assise.

"Tu es sûre que tu es prête à te lever ?"

"Oui, je suis sûre."

Elle repoussa sa main et se leva lentement guettant qu'un signe quelconque de nausée puisse revenir. En dépit d'un léger mal de tête et de quelques vertiges, elle se sentait mieux et elle se dirigea vers la salle de bains où elle avait l'intention de continuer sa routine matinale. Sentant son mari près d'elle, elle se pencha pour prendre sa brosse à dents et le dentifrice et s'adressa à lui sans se retourner.

"Tu vois ?" Je t'ai dit que j'allais bien. Maintenant vas-y et prépare toi sinon nous allons tous les deux être en retard pour aller travailler." Comme il ne bougeait pas, elle se retourna vers lui et lui lança un regard interrogateur.

"Je me demandais juste si tu voulais que je te prépare un petit déjeuner."

"Non, je ne crois pas que j'ai envie de prendre un petit déjeuner. Pourquoi ne me fais tu pas seulement un peu de café. Je me sens mieux, alors je mangerai un peu plus au déjeuner. D'accord ?"

Il acquiesça, se retourna et se dirigea vers la cuisine. Lois soupira, soudain contente d'être seule. Elle n'aimait pas être malade et elle ne pouvait supporter d'avoir quelqu'un sur le dos quand ça lui arrivait. Se retournant vers le miroir elle commença à se brosser les dents espérant que ce serait suffisant pour enlever le goût dans sa bouche.

Un endroit inconnu, un peu plus tard ce jour là.

Les gens parlaient entre eux, attendant que la réunion se mette en place. Le bruit était chaotique mais pas trop fort, gardant un niveau respectable. Un étranger regardant la foule y aurait vu un mélange éclectique de milieux socioculturels allant du très élégant homme d'affaires à l'adolescent aux genoux crasseux assis dans le coin gauche de la salle. Il y avait là des gens qui n'auraient jamais dû se mélanger et qui néanmoins se parlaient, avec une espèce de lueur dans les yeux, leur attitude et leur voix indiquant quelques connivences de conspirateurs. La rapidité et l'enthousiasme de leurs langage exhalaient les passions, plus d'un y aurait vu un groupe de fanatiques-- pas vraiment différents de la façon dont certaines sectes étaient décrites.

Néanmoins, ce n'était pas une secte. Il n'y avait pas de grand chef spirituel les incitant à jeter leur ancienne vie aux orties et à se tourner vers la lumière d'une communauté. Il n'y avait pas de signe réel de lavage de cerveau. Pas extérieurement, en tout cas. Ces gens étaient là parce qu'ils partageaient un idéal, une conviction.

Un mouvement vers la porte principale de la salle réduisit les gens au silence quand ils virent le Commandeur s'apprêter à monter sur l'estrade. Solennellement, les responsables gagnèrent leurs places respectives au premier rang. La foule attendait que le premier responsable s'assied, puis les autres chefs, et gardait le silence, attentive.

Tous les yeux étaient tournés vers les gens sur l'estrade et sur la banderole directement au-dessus d'eux qui affichait en rouge le nom de la société : The Society for the Hindrance of Aliens Residing on the Planet (Société Contre les Extra Terrestres vivant sur la Planète) ou SHARP pour abréger.

Le Commandeur se leva et s'avança vers une sorte de pupitre, s'arrêtant pour regarder les visages devant lui. On aurait été incapable de le reconnaître dans la rue. C'était le genre de personne 'moyenne' qu'on avait tendance à avoir à l'esprit-- apparence moyenne, taille moyenne, cheveux châtain moyen et des yeux dont la couleur était difficile à définir puisque changeant suivant son humeur et la luminosité de la pièce. Il salua la foule puis attendit que tous les membres lui répondent ensemble.

" Salut, oh, Grand Commandeur !"

Le silence régna à nouveau, la réunion commençait.

"Mes chers camarades et membres de la société, ça me réchauffe le cœur de vous retrouver. Notre nombre a encore augmenté et j'en suis fier. Notre société, comme je le rappelle aux nouveaux membres, est catégorique sur une chose-- que Superman est un alien, une menace pour l'humanité et qu'il faut s'en occuper, ce que nous avons commencé à faire avec seulement quelques membres.

"Nos membres ont maintenant augmenté au point que nous avons été obligés de changer l'endroit de notre réunion. Ça me fait un plaisir fou. Notre objectif est le même et nous sommes prêts à faire ce qu'il faut pour l'achever. Nous continuons à rechercher tout ce qui pourrait le contrôler ou le tuer et ainsi notre quête de l'insaisissable Kryptonite verte se poursuit.

"Cet alien qu'on appelle Superman, qui marche et vole parmi nous, ne peut pas rester toujours caché. Comme vous êtes de plus en plus nombreux à vous joindre à notre quête, nous pouvons effectuer une meilleure surveillance. Un jour, mes amis. Un jour nous attraperons cet homme-- ce Superman-- et saurons qui il est. Nous révèlerons à tous le danger qu'il représente pour la société et nous l'éliminerons enfin.

Il s'interrompit pendant que la foule explosait en hourras et applaudissements et poursuivit quand le bruit à nouveau retomba.

"Nos savants on envie de l'étudier, mais moi j'ai envie d'avoir peur de lui et de le haïr. On n'en sait rien. Il peut y en avoir d'autres avec lui, qu'il nous cache. Il n'est peut être qu'un leurre essayant de nous retirer l'idée que d'autres tels que lui vont venir et envahir le monde. Leur super force leur assurera la domination de la race humaine. Nous serons réduits en esclavage et forcés d'obéir à leurs ordres. Ça a presque faillit arriver une fois. Je n'ai pas envie que ça recommence encore. Toutes les mesures doivent être prises afin d'assurer la totale et complète destruction de Superman. Alors, et alors seulement, vous pourrez vous reposer, sachant que vos familles ne sont plus en danger."

Le Grand Commandeur se recula un instant du pupitre regardant les gens murmurer. Il sourit, reconnaissant les signes de tête comme ils débattaient sur ses arguments et en venaient à la même conclusion. Ils ne faisaient qu'un. Cette entente les avait réunis et achevait ce qu'ils avaient l'intention de faire.

S'éclaircissant la gorge il se recula et fit un signe demandant aux gens de garder le silence. Ce qu'ils firent volontiers, tous les yeux se tournant vers lui dans une attente fébrile. Sans hésitation, le Commandeur ouvrit la partie officielle de la réunion, attendant patiemment que le secrétaire lise le compte rendu de la réunion précédente, puis écouta les sujets à l'ordre du jour. Satisfait, le Commandeur acquiesça, puis se tourna vers l'homme à l'extrême gauche de l'estrade.

"Monsieur le Directeur de l'Information et de la Distribution, qu'avez vous à nous rapporter ?"

Un homme âgé, le Directeur se dépêcha de se lever et s'avança, conscient que tous les yeux étaient maintenant tournés vers lui. Il semblait quelque peu nerveux, le visage sévère tandis qu'il grimpait sur le podium. Il s'arrêta de passer sa main dans ses cheveux gris et baissa le micro pour l'ajuster à son mètre soixante sept. Son apparence aussi cachait son jeu, ayant davantage l'air d'un gentil voisin que d'un homme qui ne voulait rien de plus que voir mourir un certain Kryptonien.

Toutefois, prenant une inspiration avant de parler, il se détendit et sourit à l'assistance, passant soudain au-dessus de son air aimable.

Honorable Grand Commandeur, camarades Directeurs, distingués membres, j'ai peu de choses à vous rapporter. La raison en est que tout se passe bien. Le dernier jeu de tracts à été vite épuisé. Les jeunes gens et jeunes femmes chargés de cette tâche l'ont accomplie avec efficacité et nous avons vingt sept nouveaux membres ici, ce soir, comme résultat. J'aimerais prendre un instant pour vous souhaitez la bienvenue, nouveaux membres. Je suis certain que vous trouverez paix et entente dans nos rangs, c'est pour cette raison que vous êtes parmi ceux qui pensent la même chose que vous.

Le Directeur s'arrêta, laissant à ses mots le temps de produire leur effet et cherchant apparemment ce qu'il allait dire ensuite. Encore une fois, la foule acquiesça et murmura, affirmant son unité à ce sujet. Ce fut seulement quand il prit à nouveau la parole que le bruit diminua.

"J'aimerais dire aussi que la production des nouveaux pamphlets se déroule bien. J'ai fini de les redistribuer à nos volontaires qui nous ont assuré qu'ils seraient distribués rapidement et discrètement. Ce dont je suis sûr qu'ils sont capables comme ils nous l'ont démontré auparavant. J'ai également dressé une liste de quelques nouveaux distributeurs, qui suivent maintenant une préparation, pour augmenter le nombre de nos membres, nous avons une immense opportunité de nous répandre sur le monde. Ce serait du gaspillage que de ne pas saisir cette opportunité.

"Je pense que la nouvelle présentation du pamphlet va vous plaire. Vous pourrez en prendre une copie en sortant. Nous avons ajouté les informations les plus récentes et les plus alarmantes dont l'un de mes collègues va vous parler. Le temps est venu où nous devons agir contre Superman et il est par conséquent impératif d'avoir le plus grand nombre de sympathisants. Je sais que vous voulez aider et je crois que vous le ferez en aidant à faire circuler l'information. Nous devons travailler tous ensemble pour réussir et nous vaincrons. Croyez moi, camarades membres. Bientôt tout le monde appartiendra au SHARP."

Ceci dit, le Directeur retourna vers sa chaise sous un tonnerre d'applaudissements et fit un signe de tête au Commandeur avant de s'asseoir. La réunion se poursuivit avec les Directeurs de l'Opinion Publique, Ressources, Finances et le Comité Stratégique chacun faisant à son tour son rapport. Enfin, le Commandeur étendit les mains demandant le silence avant de prendre la parole.

"Camarades membres c'est avec le cœur gros que je vous donne le dernier rapport de la soirée. Notre Directrice des Sciences et Technologies a apporté avec elle une nouvelle des plus pénibles. Je crois que vous allez porter une complète attention à ce qu'elle va dire et n'allez pas l'interrompre afin que nous puissions parfaitement clarifier la situation."

Le Commandeur se recula, ignorant les regards de la foule qui essayait de comprendre ses remarques sibyllines. Au contraire, il fit signe à la femme à droite de l'estrade de s'avancer. Elle se leva immédiatement, se tournant vers l'océan de visages impatients. Se redressant, demandant donc l'attention du haut de son mètre soixante treize, elle épingla le regard de chacun de ses yeux bleus cristallins. Son tailleur complétait le sérieux de son allure tandis qu'elle continuait à observé la salle. S'éclaircissant la gorge, elle commença à parler.

"Cher Grand Commandeur, camarades Directeurs, distingués membres, c'est le cœur triste que je dois vous annoncer la dernière nouvelle. Apparemment, nous avons sous estimé Superman. Son calendrier a encore changé et la dernière nouvelle est qu'il pense à se reproduire."

Elle s'interrompit tandis qu'un murmure montait de la foule. Des visages se tournaient de gauche à droite comme si les membres ne pouvaient faire assez vite leurs commentaires autour d'eux. Le niveau du bruit commençait à monter alors qu'ils se parlaient avec excitation, ayant apparemment oublié l'estrade, jusqu'à ce que le rugissement soit aussi fort que l'autoroute à l'heure de pointe. Un brusque coup, porté par le Grand Commandeur sur le pupitre les fit sursauter et ramena leur attention, les regards n'étaient pas exactement tournés vers lui et il flottait un sentiment de culpabilité.

La Directrice remercia le Commandeur d'un petit sourire, avala sa salive et prit une grande inspiration. Puis elle continua son rapport.

"Oui, c'est vrai. Superman est entré en contact avec l'un de ses alliés, Le Docteur Klein de STAR Labs et a demandé que soient faits des tests de fertilité. Le premier examen est revenu négatif, mais devant l'insistance de Superman, les tests ont été refaits. C'est notre travail, camarades membres, de nous assurer que ces examens ne reviennent jamais positifs. S'il s'avérait que Superman soit compatible avec une femme terrienne et qu'il le découvre, il pourrait fonder une colonie-- une sorte de harem-- et nous asservir à élever ses petits. C'est inacceptable. Les femmes de la terre ne vont pas se plier à ses désirs ! Aussi longtemps que la société existera et aussi longtemps que je vivrai, Superman n'aura jamais la chance de procréer !"

La Directrice s'arrêta une seconde, reprenant son souffle après ses derniers mots exaltés. La foule ne répondit pas tout de suite, inquiète d'autres réprimandes. Faisant un signe de tête au Commandeur, la Directrice se recula tandis que la foule commençait enfin à délirer, applaudissant en signe d'accord. Après quelques instants, le Grand Commandeur leva à nouveau les mains, maîtrisant les gens. Il les remercia de leur temps et les assura qu'ils seraient contactés au sujet de l'endroit ou se tiendrait la prochaine réunion. Ceci fait, il leur souhaita un bon après midi et les congédia. Ils sortirent chacun à leur tour par la sortie appropriée et s'en allèrent, sans être remarqué par les passants.

Propriété de Lois et Clark, ce soir là

Lois était en boule dans un coin du canapé, appréciant l'une de ses rares soirées de repos à lire un livre. Elle se détendit en sentant la main de Clark attraper son pied et le masser. Presque en ronronnant, Lois laissa le livre tomber de ses mains alors qu'elle fermait les yeux et s'enfonçait davantage dans le canapé. Clark avait ce tour de main étonnant pour les massages et cette soirée ne faisait pas exception. Elle le sentit lui masser le dessous du pied puis remonter et étirer un par un ses orteils obligeant chacun à faire des petits cercles et passant au suivant. Il s'apprêtait à s'occuper de sa cheville quand elle le sentit s'arrêter et se tendre. 'Oh non,' pensa-t-elle. 'Pas maintenant.'

"Euh… Lois ?"

"Vas-y, Clark, avant que je ne commence à regretter de te laisser partir."

Il laissa reposa doucement son pied et se leva du canapé. Elle ne prit pas la peine d'ouvrir les yeux et sentit juste le courant d'air quand il tourbillonna pour revêtir son costume-- un de ces jours il faudrait qu'elle lui demande comment il faisait ça sans être étourdi-- et entendit le 'whoosh' au moment où il sortait par l'une des fenêtres de derrière. Ronchonnant de frustration, Lois ouvrit les yeux et chercha son livre. Elle le trouva qui gisait négligemment par terre quelques pages repliées à l'endroit où il était tombé. Tendant la main, elle le prit et tourna la bonne page, essayant de se concentrer sur le texte et ignorant son autre pied, qui commençait à protester de ne pas avoir eu une traitement égal à l'autre. Elle soupira, disant tout bas à son pied de vivre avec. Quand Clark partait, on ne savait jamais combien de temps il lui faudrait pour revenir.

C'est pourquoi elle fut surprise quand seulement cinq minutes plus tard il réapparut dans le salon, quelques secondes après qu'elle eut sentit le souffle de l'air extérieur.

"Clark, tu sais que tu dois arrêter de faire ça. Un de ces jours, j'aurai des informations étalées sur une pile de papiers bien rangée et tu les feras voler dans toute la pièce en entrant.

Clark la regarda d'un air penaud et elle tendit la jambe offrant son autre pied pour un massage. Il mordit à l'appât et s'avança vers elle, agissant d'un air coupable mais lui faisant un sourire qui voulait dire qu'il s'en gardait bien. D'accord… donc elle savait qu'elle n'était pas la plus forte au jeu de la culpabilité. Au moins, son autre pied était content, pas vrai ?

Posant son livre et se régalant de l'effet relaxant des mains de son mari, Lois se détendit sur le canapé. Entre deux bâillements, elle parvint à lui demander quelle était la raison de l'urgence.

"J'ai entendu une alarme à STAR Labs. Je me suis précipité. Il n'y avait rien de sérieux. Une expérience était en surchauffe et menaçait d'exploser, alors j'ai juste soufflé de l'air froid dessus. Les responsables scientifiques se mettaient en route quand je suis parti."

Clark continuait de masser les parties rebondies de son pied, laissant le silence endormir Lois. Quand elle bailla pour la troisième fois de suite il reposa son pied et se pencha sur elle.

"On dirait qu'il est l'heure de se coucher, Lois."

Elle le regarda dans les yeux, une protestation sur les lèvres.

"Mais Clark, il est seulement huit heures et demi ! On a si peu souvent une soirée de repos, je ne veux pas la gâcher en allant dormir si tôt !"

"Qui a parlé de dormir ?"

"Oh…" Son visage s'illumina et il lui fit un clin d'œil.

"Alors maintenant êtes-vous prête à aller vous coucher, Lady Lois ?"

"Je vous suis, Sir Clark !"

Il la souleva dans ses bras et en moins de quelques secondes les fit voler jusqu'à la chambre.

"Oh Clark… Je sais que tu es rapide, mais je veux que tu prennes ton temps pour faire ça. Après tout, ça ne sert à rien que tu sois plus rapide que l'éclair…

Propriété de Lois et Clark, le lendemain matin.

Clark fut réveillé en sursaut en sentant les couvertures se soulever et Lois sauter du lit à toute vitesse. Elle traversa la pièce en courant, parvenant à peine à temps à la salle de bains. Il arriva sur elle juste alors qu'elle commençait à vomir.

"Lois, chérie ? Tu vas bien ?"

Il lui fallut un moment avant de répondre, étant donné qu'elle luttait pour arrêter les vomissements et reprendre son souffle. Quand elle y parvint sa voix était faible.

"Je… Je ne sais pas. Je me suis réveillée et je me sentais bien, et puis tu t'es retourné dans le lit et soudain je ne me sentais plus bien du tout. Il fallait que je vienne ici et vite." Elle combattit une deuxième vague de nausées et posa la tête contre les carreaux froids du mur de la salle de bains. Après quelques autres inspirations, elle se releva et se dirigea vers le lavabo ou elle remplit un verre d'eau, se rinçant la bouche et prenant de temps d'essayer de comprendre ce qui arrivait. Enfin, elle se tourna vers son mari tendant la main pour l'empêcher de poser ses bras autour d'elle. Elle ne se sentait pas encore assez bien.

Clark remarqua la pâleur de son visage et l'irrégularité de sa respiration. Il combattit l'envie de prendre Lois dans ses bras, comprenant son besoin de reprendre son contrôle. Au lieu de cela, il se mordit la lèvre, attendant qu'elle reprenne son sang froid.

"Clark…" commença-t-elle, la voix à peine plus forte qu'un murmure, "Pourquoi suis-je encore malade ? J'ai mangé léger hier soir et je n'étais pas malade hier après midi, alors ce n'est pas une intoxication alimentaire. Je n'ai pas l'impression que j'ai attrapé la grippe, aussi je n'ai aucune idée de ce qui se passe. Je crois que je devrais peut-être voir un médecin."

Clark acquiesça et commença à se lever pour prendre un rendez-vous avec son médecin de famille. Il était à mi-chemin du téléphone près de la table de nuit quand il s'arrêta une idée lui traversant l'esprit. Il retourna vers la salle de bains.

"Lois… et si…"

Il ne parvint jamais à exprimer son idée quand les yeux de Lois rencontrèrent les siens. Elle l'interrompit, lisant dans ses pensées.

"Tu ne penses pas…?"

"Peut-être que tu es…"

"Non, c'est pas possible, Clark."

"Mais ça tiendrait debout ? Que peut-être tu puisses être…"

"Enceinte !" s'exclamèrent-ils simultanément.

Pub

Propriété de Lois et Clark, avant la Pub.

Le temps semblait s'être arrêté alors que Clark regardait sa femme, son esprit ayant besoin de temps pour développer ce qu'il venait de suggérer. Les yeux exorbités de sa femme suffisaient à lui dire qu'il n'était pas le seul à avoir ce problème.

"Euh, Clark… est-ce qu'on vient de dire ce que je crois qu'on vient de dire ?"

Clark ne répondit pas tout de suite mais prit la main de sa femme et l'attira dans la chambre où tous deux s'assirent sur le bord du lit. Une fois là, il la regarda dans les yeux et lui répondit, gardant sa voix douce et basse avec tout l'amour qu'il ressentait pour elle.

"Oui, Lois."

"Wow… alors ?"

"Quoi ?" demanda Clark, avec incertitude.

"Alors tu crois que je suis ?"

"Enceinte ?"

"Oui."

"J'en sais rien."

"Tu n'as pas eu tes règles ?"

"Si, Clark, mais c'était très léger. J'ai pensé que c'était à cause de ce voyage en Écosse, aussi je n'y ai pas prêté une attention particulière… Tu crois que…?"

Il y eut une autre interruption tandis que tous deux envisageaient cette possibilité.

"Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Est-ce qu'on demande au Dr Klein de faire des examens ? demanda Lois.

"Non. Je ne crois pas, Lois. N'allons pas encore si loin. C'est peut-être une fausse alerte. Tu pourrais peut-être avoir la grippe ou autre chose…" Clark mit vite un frein à sa remarque quand il vit le regard de sa femme. D'accord, peut-être qu'il s'étalait un peu, mais il voulait juste envisager toutes les possibilités.

"Il n'y a qu'une chose à faire. On doit aller dans une pharmacie acheter un test de grossesse." dit Lois avec nervosité.

"Pourquoi pas deux ? Juste au cas où…" ajouta Clark regardant l'air interrogateur de sa femme

"D'accord, Clark. On en prendra chacun un. Quand on ira travailler on n'aura qu'à sortir comme si on allait enquêter sur quelque chose et alors on n'aura simplement qu'à acheter deux boites."

"Oui, mais est-ce que ça ne va pas paraître un peu évident ? On n'est pas exactement de parfaits étrangers dans cette ville, Lois, je crois qu'on doit aller dans deux endroits différents de la ville acheter les boites et ensuite se retrouver pour faire le test à la maison. Je ne veux pas que des rumeurs commencent déjà à circuler."

"Ç'est bien."

Lois se détendit, visiblement le problème était résolu-- au moins temporairement. Elle embrassa son mari sur la joue et se dirigea lentement vers l'armoire pour prendre ses vêtements. Oui, elle se sentait mieux, quoique les palpitations dans son ventre lui indiquaient combien elle était nerveuse.

Clark profita de la salle de bains vacante pour prendre une douche rapide et se raser. Il entra dans la chambre à peine quelques minutes après. Lois était entrain de boutonner sa veste.

"Je vois que tu as pris tout ton temps sous la douche." le taquina Lois "Oh, Clark, j'avais presque oublié."

Il s'avança vers sa femme et l'entoura de ses bras, posant ses lèvres sur les siennes une seconde.

"Hmmm ?"

"N'achète pas un de ces tests qu'on doit faire le matin, d'accord ? Je ne pourrais pas attendre jusque là."

Clark sourit. Lois impatiente de connaître les résultats ? Grosse surprise.

"Oh, et Clark ?"

"Oui, chérie ?"

"Efface ce sourire de ton visage."

Daily Planet, milieu d'après midi

Lois ronchonna en essayant de trouver quelque chose pour finir cet article qui ne voulait pas s'écrire tout seul. Elle n'arrivait pas à croire que Perry les avait obligés Clark et elle à rester dans la salle de rédaction jusqu'à ce qu'ils aient terminé d'écrire leur article, les traitant comme s'ils étaient un couple de journalistes inexpérimentés. Ils n'avaient pas eu une chance de sortir de toute la journée. Lois était impatiente d'acheter ce test de grossesse et sa frustration lui rendait la tâche encore plus difficile pour finir son article.

"Presque fini, Lois ?" Clark lui tendit une tasse de chocolat chaud. Elle le regarda avec gratitude, puis réalisa qu'il n'était plus à son bureau, ce qui voulait dire qu'il avait terminé.

"C'est pas juste ! Je n'ai pas de super vitesse pour m'aider à finir !"

Clark lut à toute vitesse ce qu'elle avait écrit puis se pencha pour murmurer à l'oreille de sa femme.

"Tiens, Lois. Pourquoi ne fais tu pas tomber quelque chose et je t'aiderai à finir."

Lois trouva un stylo et le poussa sur le bord de son bureau.

"Oups ! Qu'elle maladroite...(Clumsy me)

Lois se pencha pour ramasser son stylo, laissant à Clark l'accès à son clavier. Elle entendit le cliquetis rapide des touches tandis qu'il tapait et à l'instant où elle reprenait sa place il avait terminé.

"Regarde, Lois. Terminé." Clark sourit l'air satisfait en appuyant sur la touche envoi.

"Bien, je suppose que ça veut dire qu'on peut partir et enquêter sur notre prochain article."

Elle attrapa son manteau et prit le bras de son mari. Ils étaient à peine à mi-chemin de l'ascenseur quand elle le sentit se raidir. 'Oh, non, pas encore.'

"Euh, Lois…"

"Oui, vas-y. Mais fais en sorte de prendre 'ce que tu sais' en rentrant. Je te retrouve à la maison, d'accord ?"

"D'accord, chérie." Clark se pencha, l'embrassa sur la joue et partit vers le fond de la salle de rédaction, disparaissant dans la réserve.

Lois soupira et hocha la tête en se dirigeant vers l'ascenseur. Superman avait un emploi du temps vraiment épouvantable.

Centre Ville, une demi-heure plus tard

Lois jeta un œil autour d'elle s'assurant que personne ne la regardait avant d'enter dans la pharmacie. Une fois à l'intérieur, elle se dirigea droit vers la bonne allée et avança vers une rangée de boites. Elle lut attentivement une série de produits de beauté, médicaments et divers autres trucs en essayant de se diriger avec désinvolture au bon endroit. Une fois là, elle commença à regarder les différentes marques de tests se demandant soudain lequel acheter. Examinant l'allée centrale et ne voyant personne à l'horizon, elle se retourna vers les tests et en prit un, lisant le mode d'emploi à toute vitesse. Le matin. Non. Le reposant, elle passa au suivant. Un quart d'heure. Non.

Avec un soupir d'exaspération, Lois prit la troisième boite et commença à lire. Dix minutes. Infaillible. Parfait. Avec un vif soupir de jubilation, elle serra le test de grossesse contre sa poitrine et s'avança sans tarder vers la caisse. La femme lui jeta un regard entendu avant de prendre la boite et la passer dans le lecteur code barre.

"C'est pour des recherches que je fais."

La femme leva les yeux vers Lois, lui fit un signe de tête entendu et se retourna vers la caisse. Lois compta lentement à rebours, essayant d'avoir les idées calmes avant de payer la note, elle prit le sac avec le test et le mit dans son grand sac. Aussi vite qu'il lui était humainement possible de le faire, elle sortit de là et descendit la rue vers un taxi garé au coin du trottoir.

Soudain, elle se souvint que Clark avait dû partir sauver le mode ou autre chose. 'Allez, ne sois pas sarcastique, Lois' se réprimanda-t-elle. 'Tu sais qu'il est en train de faire quelque chose d'important et tu ne devrais pas te mettre de mauvaise humeur à cause de la réaction d'une caissière.'

Clark oubliera sûrement d'acheter le test. 'Mieux vaux prévenir que guérir' pensa-t-elle. Passant le taxi elle poursuivit son chemin, sachant qu'il y avait une autre pharmacie quelques pâtés de maisons plus loin.

Au même moment, à un autre endroit.

Il y eut un sifflement quand un éclair de rouge et bleu arriva dans une ruelle. Quelques secondes plus tard, Clark sortit en arrangeant sa cravate. Il regarda autour de lui pour se repérer et marcha vers l'Est, sachant exactement où il allait.

Deux pâtés de maisons plus loin, Clark remarqua l'enseigne "Pharmacie" et si dirigea poussant la porte pour entrer. Quelques instant plus tard, il en ressortit portant un sac et repartit vers l'allée. Après un dernier coup d'œil autour de lui, Clark s'engagea dans la petite ruelle et tourbillonna pour revêtir son costume décollant avant quelqu'un n'arrive et ne risque un œil dans sa direction.

Dans le ciel, il commença à se détendre. Ça lui avait pris plus de temps que nécessaire pour réparer cette fissure dans le barrage hydroélectrique et il en avait presque oublié d'acheter le test de grossesse. Heureusement, il s'en était souvenu en revenant à Métropolis et s'était arrêté pour l'acheter. La lecture accélérée lui avait permis de prendre le meilleur test et il sourit en pensant à sa femme. Elle était probablement à la maison maintenant faisant les cent pas à attendre qu'il arrive.

La sirène d'une alarme retint son attention et il soupira. Lois devrait attendre un peu plus longtemps. Apparemment, Superman était très demandé, ce soir.

Quelques minutes plus tard à Métropolis.

Lois sourit en approchant de la deuxième pharmacie. Encore trois minutes et elle serait tranquille à la maison. Jetant un autre coup d'œil autour d'elle pour être sûre de ne pas être observée, elle entra à l'intérieur. Répétant les mêmes gestes que la fois précédente, elle se dirigea vers la bonne allée et s'arrêta devant les tests de grossesse. Elle regarda les boites qu'elle avait examiné dans la première pharmacie et en prit une dont elle n'avait pas encore lu les instructions. Mécontente, elle la reposa et prit une autre boite. Comme ça n'allait pas, elle continua à regarder les boites jusqu'à trouver celle qui lui convenait. Encore une fois, elle se dirigea vers la caisse.

Le caissier lui jeta un regard entendu pire encore que celui de la dernière pharmacie. Lois fulminait. Pourquoi est-ce qu'ils présumaient automatiquement qu'elle achetait ce test pour elle ?

"C'est pour une enquête que je fais."

"Oui. Bien sûr ?"

Prenant la mouche, Lois passa l'argent et attrapa la boite n'attendant ni sa monnaie ni un sac. Elle se précipita dehors en regardant le caissier qui souriait d'un air satisfait. Alors que Lois se retournait pour voir où elle allait, elle rentra dans quelqu'un et fit tomber ce qu'elle portait.

"Oh, je suis désolé Mademoiselle. Laissez-moi vous aider."

Lois leva les yeux en entendant une vois familière.

"Jimmy ?"

"Salut, Lois !"

Qu'est-ce… euh… Qu'est-ce que tu fais ici ?"

"Le chef m'a demandé de prendre ses vêtements au pressing en bas de la rue. Et puis j'allais partir lui chercher les Baklavas qu'il veut dans cette boulangerie bizarre de l'autre coté de la ville quand je vous ai télescopé."

Jimmy se pencha soudain pour ramasser le sac et les paquets de Lois. Il était en train de les lui tendre quand il s'arrêta et lu l'étiquette sur la boite. Il regarda Lois, dressant un sourcil l'air confus.

"Lois ???"

"Ce sont… des recherches, Jimmy. Bobby le Morfal m'a dit qu'il y avait une organisation qui vendait des produits dont la qualité était loin d'être acceptable. Apparemment ça a trait des échantillons de tests à faire à la maison. Clark et moi nous sommes séparés et nous enquêtons. Je prends un échantillon dans chaque pharmacie du coin pour qu'ils soient examinés par un expert à STAR Labs comme ça on pourra prouver qu'ils sont défectueux. De cette façon, nous pourrons arrêter cette organisation."

Lois regarda Jimmy espérant qu'il avait avalé ça. Il la regarda un instant incrédule puis hocha simplement la tête, un sourire sincère sur le visage. Oui, il avait tout avalé.

"Vous voulez que je vous dise, Lois, étant donné que vous allez dans les magasins du coin, je vais vous accompagner. Vous ferez des économies de taxi."

"Oh, non, Jimmy. Vraiment. Ça va." se précipita Lois, tentant de toutes ses forces de ne pas avoir l'air d'essayer de s'en aller.

"J'ai presque fini de toutes façons." poursuivit-elle. "De plus, j'ai besoin d'exercice. Je trouverai d'autre pharmacie dans le secteur et puis j'irai au garage prendre ma Jeep. Comme ça je n'aurai pas à payer encore un taxi." Elle fit son plus beau sourire à Jimmy priant pour que ce qu'elle lui avait dit fonctionne.

"C'est absurde, Lois. J'adorerais vous aider. Vous savez que j'adore enquêter, quoique ça puisse être. De plus, si vous voulez un bon échantillon vous allez être obligée d'en acheter plus que ça. Venez ça va être marrant. Et…" Jimmy s'arrêta, regarda autour de lui, puis continua de parler plus bas. "Ça me donnera une chance de rester loin du Planet un peu plus longtemps. Je vais vous dire. Je ne sais pas ce qui arrive au chef, mais je n'ai pas envie d'y retourner maintenant. Je l'ai surpris en train de regarder ces photos d'Elvis pendant un quart d'heure l'autre jour comme si elles l'hypnotisaient."

Lois fit de son mieux pour rire de ce qu'il disait quoiqu'elle sentait un nœud lui serrer l'estomac et, enfin, elle acquiesça.

"Alors d'accord, Jimmy. Allons-y."

Elle le suivit tandis qu'il se dirigeait vers une des voitures, sans vraiment prêter attention à ce qu'il disait.

Deux heures plus tard

Clark arriva par la fenêtre de la cuisine revêtant en vitesse des vêtements normaux. Ce feu dans la zone industrielle l'avait retenu plus longtemps qu'il ne s'y attendait et il était en retard. Il pouvait imaginer dans quel état devait se trouver Lois de l'avoir attendu aussi longtemps. Il accrocha son costume dans la salle de bains, espérant l'aérer de l'odeur de fumée, puis prit le sac qu'il avait ramené et descendit dans le séjour. Ne voyant aucun signe de Lois, il poussa la porte menant à la cuisine et remarqua sa femme en entrant dans la pièce.

"Lois, chérie. Je suis désolé d'être en retard. J'ai dû m'arrêter en chemin…"

Il s'arrêta, regardant la table de la cuisine. Lois ne l'avait pas entendu et était concentrée sur une série de boites étalées sur la table. Elle se tenait le menton dans le creux de la main, le coude posé sur la table et avait l'air ahuri.

"Euh… Lois ?"

Elle se tourna enfin vers lui.

"Oh ! Hé, Clark. Où étais-tu ?"

"Il y a eu des problèmes au barrage hydroélectrique dont le côté Nord menaçait de s'effondrer et quand je suis revenu il y avait un feu…" Il s'arrêta, fronçant les sourcils en jetant un autre coup d'œil sur la table. "Je croyais que tu avais dit qu'on devait acheter chacun un test ?"

Lois soupira et lui raconta qu'elle était tombée sur Jimmy et avait été obligée de trouver vite une excuse.

"Je n'avais pas le choix. Si je n'achetais pas les autres il aurait peut-être eu des soupçons."

"C'est bon, Lois. Bon, alors on le fait. Lequel Voulais-tu acheter ?

"Celui là… "Lois indiqua une des boites.

"Bien, alors commençons."

"D'accord. Fais voir ton test, Clark."

Il lui tendit la boite et lui laissa le temps de la regarder.

"Euh… Clark. Pourquoi y a-t-il deux notices ? Elle hésita examinant la boite de plus près. "Et pourquoi celle-ci est-elle écrite en français ???"

Elle se tourna pour le regarder, remarquant son air penaud et ses épaules voûtées. Il évita de croiser son regard jusqu'à ce qu'il réponde.

"J'ai dû aller au Nord pour réparer le barrage, Lois. J'étais en retard et j'ai presque oublié d'acheter le test. J'ai dû faire un petit détour en rentrant à la maison."

"Où as-tu acheté ça exactement ?"

Il continuait à éviter son regard et ne se décidait pas à répondre, alors elle plongea simplement la main dans le sac et en sortit le ticket de caisse

"Montréal ???"

Dix minutes plus tard

Clark était assis sur le bord du lit, étourdi de regarder sa femme faire les cent pas.

"Ça me rend dingue, Clark. Combien de temps dure ce test ? Ce minuteur ne doit pas marcher. Après tout, je suis sûre que ça fait plus de dix minutes et on devrait déjà avoir la réponse maintenant. Ça n'a aucun sens. Peut-être que quelque chose ne va pas avec le minuteur. Quelle heure est-il ? Ça ne fait rien, je suis juste nerveuse, je suppose. Alors quelle heure est-il ? Attends… Je viens de te le demander. Je ne sais pas pourquoi je te le demande deux fois de suite, j'veux dire--"

"Lois," l'interrompit Clark "Tu radotes."

"Je sais, je radote, n'est-ce pas ? Je ne peux pas m'en empêcher. Je suis bien trop nerveuse. J'veux dire, et si je suis enceinte. Ou bien si le test ne peut pas dire si je suis vraiment enceinte, après tout c'est pas comme si ces tests étaient faits pour les grossesses kryptoniennes… Oh, mon Dieu, et si ce n'était pas une grossesse normale ! Clark, et si--"

Elle s'arrêta encore, sentant l'index de son mari se presser sur ses lèvres.

"Chut. C'est presque fini, chérie. Le temps est pratiquement écoulé et nous allons être sûrs. Maintenant je veux juste que tu prennes une grande inspiration et que tu te calmes, d'accord ?"

Elle acquiesça et retira son doigt avec hésitation. Elle allait ouvrir la bouche pour parler quand le minuteur retentit dans un grand 'ding'.

Tous deux se regardèrent et coururent à la salle de bains, Clark battant Lois d'un kilomètre. Il s'arrêtèrent devant la tablette, glacés de peur. Lois tendit le bras et prit la main de son mari, la caressa doucement. Il se retourna, sourit et l'embrassa légèrement sur les lèvres. Ils se séparèrent, prirent une grande inspiration et se tournèrent pour regarder le résultat du test.

Pendant quelques secondes ils lurent le résultat, puis se retournèrent l'un vers l'autre et se regardèrent. Lois fixait Clark, la bouche ouverte.

"Lois… STAR Labs ! L'alarme du coffre à kryptonite s'est déclenchée !"

Avant même qu'elle ne cligne des yeux, Clark avait filé de la chambre et était sur le chemin de Star Labs. Elle ne bougeait pas, fixant seulement l'endroit laissé vacant par son mari.

STAR Labs

Superman se posa à l'entrée principale du laboratoire et se précipita à l'intérieur, se rendant directement au coffre à kryptonite. Y arrivant, il ne constata aucune effraction. Scannant l'entrée, il ne vit aucun intrus. Satisfait, il fonça dans le couloir et trouva un gardien, le souleva et retourna au coffre. Posant l'homme abasourdi devant la porte du coffre, Clark marmonna. "Restez ici jusqu'à l'arrivée de la police." Et il disparut avant même que la poussière n'ait eut le temps de se déposer.

Propriété de Lois et Clark

En moins de 30 secondes Clark se posa dans la maison, se changea et se précipita à l'endroit exact qu'il venait de quitter-- l'endroit que Lois fixait toujours. Clark s'apprêtait à parler, se calma, prit une grande inspiration et hésita. Enfin il parut retrouver la voix.

"Wow."

Le bruit tira Lois de sa rêverie.

"Kryptonite ? Qu'est-ce que tu as dit à propos de la kryptonite ?"

Clark posa ses mains sur les épaules de sa femme tentant de la rassurer.

"C'est rien, Lois. C'était une fausse alerte. J'ai laissé un gardien devant le coffre et la police pourra enquêter quand elle arrivera. Pour autant que je le sache, c'est un court circuit dans le système qui a déclenché l'alarme."

Lois hocha la tête en apprenant la nouvelle.

"Wow?" ajouta-t-elle. Puis elle regarda son mari et sourit.

Une heure plus tard

Clark tenait tendrement sa femme dans ses bras. Il était assis à la table de la cuisine regardant les différents tests de grossesse et les résultats. Lois était assise sur ses genoux les bras autour de lui, le visage enfoui contre sa poitrine. Clark serra sa femme et se pencha pour embrasser le dessus de sa tête.

"Wow. " dirent-ils ensemble.

Lois ricana. Ils avaient l'air d'un disque rayé. Il semblait que c'était pratiquement le seul mot qu'ils parvenaient à dire depuis une heure.

"Je n'arrive pas à y croire, Clark."

"Oui, je sais ce que tu veux dire, Lois."

"On y a pensé…"

"On en a rêvé…"

"Et puis on a su que tu avais un cycle qu'il fallait qu'on découvre."

"Oui. Eh bien, devine quoi, Lois. Je crois qu'on n'a pas besoin de le découvrir."

"Chance aveugle…"

"Je préfère penser que nous avons été assez assidus pour que ça paie."

Lois sourit à la remarque de son mari. Oh oui, ils avaient certainement saisi chaque opportunité d'essayer.

"J'arrive toujours pas à y croire."

"Oui. Pense un peu, Lois. Dans moins de neuf mois nous allons être…"

"Parents." parvinrent-ils à dire au même moment.

"Étonnant…" ajouta Lois, le regard rêveur et elle se serra davantage dans les bras de son mari.

Daily Planet, le lendemain en fin de matinée.

Clark observait sa femme pendant qu'elle parlait au téléphone. Son maquillage couvrait sa pâleur matinale. Cependant, ce matin, elle n'avait pas été malade comme les deux jours précédents et il espérait que cela signifiait que les nausées matinales n'allaient pas durer très longtemps.

Lois raccrocha le téléphone et se tourna vers les yeux interrogateurs de son mari.

"C'est fait, Clark. Je suis arrivée à appeler le gynécologue obstétricien de mes amis et elle me verra demain soir pour confirmer la grossesse.

Clark sourit, heureux que le rendez-vous ait été aussi facile à obtenir. Il voulait une confirmation absolue de la nouvelle. Une preuve indéniable. Et… Il fronça légèrement les sourcils une pensée le traversant. Il voulait être certain que la mère et le bébé se portaient bien.

Lois vit l'expression de son mari passer de l'allégresse à la crainte et elle ouvrit la bouche pour parler. Malheureusement, Jimmy - avec son remarquable sens de la précision - choisit ce moment pour leur tomber dessus.

"Et les amis, comment ça va ?" demanda Jimmy, regardant le couple devant lui. Quelque chose avait changé, mais il ne savait pas ce que c'était.

"Bien, Jimmy. Alors, qu'est-ce que tu as ?" Clark sourit au jeune homme.

"Pourquoi tout le monde pense que je viens uniquement quand j'ai quelque chose à dire où des recherches dans les mains ?"

"Pas du tout, Jimmy, mais je pense que le classeur que tu tiens te trahit." Lois sourit, honorant Jimmy de son excellente humeur.

"D'accord. Je plaide coupable. Je suppose que vous n'êtes pas la meilleure équipe de journalistes du Planet pour rien". dit Jimmy en souriant, heureux de sa boutade, tendant le rapport à Clark. 'Tenez, voilà, c'est le rapport de police sur la dernière effraction à STAR Labs."

"Merci, Jimmy." dit Clark, regardant le jeune homme avec impatience. Jimmy regardait simplement le couple, apparemment enclin à bavarder. Toutefois, quand il réalisa qu'ils n'étaient pas réceptifs, il se racla la gorge, marmonna une excuse et tourna les talons vers la machine à café.

"Bien, qu'est-ce que ça dit ?" demanda Lois.

"Donne-moi une minute."

Clark jeta un œil autour de lui pour voir si personne ne regardait, puis attrapa le classeur et tourna rapidement les pages, lisant le rapport en super vitesse. Lois attendait, impatiente d'en connaître davantage et se leva pour aller vers son mari quand elle vit son visage s'assombrir.

"Clark, qu'est-ce qu'il y a ?"

"C'est étrange, Lois. Je suis allé deux fois à STAR Labs à cause des récents incidents."

"Oui… et alors ?"

"Alors… il s'avère que STAR Labs a déposé un bon nombre de plaintes depuis ces derniers mois."

"Quel genre de plaintes ?"

"Expériences détruites, matériel endommagé, effractions des labos… on dirait un sabotage."

"Sabotage ? Ont-ils donné une raison ?"

"Non ? Ils n'en ont encore trouvé aucune."

"Où a eu lieu ce sabotage ? Dans quel département ?" demanda Lois.

Clark regarda à nouveau les pages.

"C'est difficile à dire. On dirait que c'est partout. Il n'y a pas d'endroit particulier qui ait été touché."

Lois s'arrêta, une idée la traversant.

"Euh… Clark ? Y a-t-il eu sabotage dans le labo du Dr Klein ?"

Il fronça les sourcils et tourna une autre page.

"Oui. Il a déclaré que deux machines avaient été touchées et plusieurs ampoules avaient été délibérément cassées. Pourquoi ?"

"Tu crois que peut-être… c'est plus qu'un sabotage ?"

Clark s'arrêta, confus. Il regarda sa femme, essayant de comprendre de quoi elle parlait, puis il saisit."

"Lois, tu ne veux pas dire que quelqu'un pourrait avoir saboté nos examens ?"

"Ça pourrait expliquer pourquoi on a toujours eu des résultats négatifs aux tests de fertilité, en dépit de ce qui nous a été dit par qui tu sais."

Tous deux se regardèrent et décrochèrent ensemble leurs téléphones.

Daily Planet, au même moment.

Clark semblait repenser à quelque chose et tendit la main pour empêcher Lois de composer le numéro.

"Qu'est-ce qu'il y a ?"

Clark ne parla pas tout de suite, prit seulement sa femme par le bras et la conduisit dans la salle de conférences.

"Je pense que nous devons réfléchir. On pourrait faire quelque chose de précipité."

"Clark on doit aller voir le Dr Klein et lui demander de refaire les examens."

Clark regarda sa femme et hocha légèrement la tête.

"On ne peut pas. Quelles raisons va-t-on lui donner ? Il va nous demander pourquoi nous voulons que les examens soient refaits."

"N'est-ce pas évident ? Je suis enceinte ?" dit-elle plutôt fort. Puis elle s'arrêta et regarda à travers la vitre pour voir si quelqu'un avait entendu. Heureusement, l'étage était aussi chaotique qu'à l'ordinaire et personne ne semblait prêter attention au couple dans la salle de conférences. Satisfaite, elle reporta à nouveau son attention vers son mari.

"J'en suis conscient, Lois, mais tu es mariée à Clark, pas à Superman. Ce n'est pas Clark qui a été examiné pour des problèmes de fécondité.

Il s'arrêta au milieu de sa phrase, réfléchissant apparemment à quelque chose d'autre et puis son visage changea, ses traits se durcirent. Il avait visiblement pris une décision.

"On doit lui dire."

"Quoi ?" demanda Lois, interloquée, puis elle s'arrêta et réalisa de quoi parlait son mari. Son expression devint embarrassée. "Pourquoi ?"

"Parce qu'on n'a pas le choix, Lois. Si on demande au Dr Klein de refaire les examens, il va falloir qu'on lui donne une bonne raison. Ceci," Clark hésita et posa doucement sa main sur le ventre de sa femme, "est une très bonne raison. De plus…" Sa voix s'estompa.

"Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a, Clark ?"

Lois l'entendit prendre une grande inspiration avant de poursuivre.

"De plus… J'ai pensé à quelque chose. Je suis différent, Lois. On ne connaît pas ma biologie et on ne sait pas ce qui peut arriver. Au bébé… A toi… Tu vas voir ton ami le médecin ce soir, mais et si ce n'est pas suffisant ? On ne sait pas à quoi s'attendre. On va avoir besoin de la supervision d'un expert médical et qui mieux que le Dr Klein pourrait l'être ? Il est le seul expert actuel sur la physiologie de Superman."

Clark hésita, repoussant une mèche de cheveux du front de sa femme.

"C'est sensé, Lois. On doit le faire."

Il la regarda dans les yeux, attendant sa décision. Elle prit le temps d'y réfléchir, puis acquiesça et l'attira à elle, les larmes aux yeux.

STAR Labs, tard dans l'après midi.

Le Dr Klein avait le dos courbé sur son bureau, examinant un listing avec des colonnes de chiffres et d'étranges graphismes. Sa concentration ne fut pas perturbée quand Lois et Clark entrèrent dans son bureau et s'avancèrent vers lui. En fait, ce n'est que lorsque Lois se racla la gorge qu'il sursauta et se tourna vers eux.

"Oh ! Bonjour vous deux. Je ne vous ai pas entendu entrer."

"On avait remarqué." répondit Clark bon enfant.

"Alors, que me vaut l'honneur de cette visite ? C'est une visite de travail ou de courtoisie ?"

"J'ai bien peur que ce soit de travail, Dr Klein." dit Lois.

"Très bien ?" Le visage de Klein devint sérieux. "Que puis-je faire pour vous ?"

"Eh bien, Dr Klein," commença Clark en hésitant, "Nous avons entendu parler des récents problèmes à STAR Labs…"

"Ah, oui, "dit soudain le Dr Klein." Ça nous laisse perplexes. On dirait qu'il y a des cas de sabotages aveugles me concernant ainsi que certains de mes collègues de travail. On ne sait pas pourquoi c'est arrivé et ce qu'ils visent ou qui sera le prochain. C'est assez perturbant, vraiment."

Klein s'arrêta une seconde, examinant la situation, puis se tourna vers le couple.

"Donc, je parie que vous écrivez un article là-dessus ?"

"Non, pas exactement." répondit Clark. "Nous sommes là parce que nous aimerions que vous réexaminiez les récents tests que vous avez faits sur Superman."

Clark se glaça en voyant Klein souffler, visiblement surpris.

"Vous savez ?"

"Oui, Dr Klein, nous savons."

"Je… je … je suppose que c'est normal. Après tout, vous êtes les meilleurs amis de Superman ou je le présume. Tenez…" Il hésita un instant, interrogeant un dossier sur son ordinateur. "Laissez-moi juste imprimer les résultats et on pourra y jeter un œil. Ça ne devrait pas me prendre plus de quelques minutes."

Après quelques clics de souris le ronronnement le l'imprimante se fit entendre dans la pièce à côté.

"Alors… Pourquoi exactement voulez-vous que je réexamine les résultats ?"

"Parce que," commença Clark "nous avons des raisons de croire que les résultats sont faux."

"Vous voulez dire que Superman n'est pas infertile ? Comment le savez-vous ?"

"Nous avons entendu dire, d'après une très bonne source, que Superman est en réalité fertile." Clark s'arrêta, regardant Lois, qui acquiesça. Ils se souvenaient tous deux de Pops et des évènements qui s'étaient produits quelques mois plus tôt quand ils avaient voyagé dans le futur et rencontré leurs descendants.

"Et nous avons également appris," poursuivit Clark que la fertilité de Superman semble se développer au court d'un cycle ou quelque chose comme ça. C'est la raison pour laquelle il voulait que soient faits plusieurs tests… pour trouver la période de ce cycle. En quelque sorte, pour savoir quand il est ou non fertile."

Klein les regarda la bouche grande ouverte.

"C'est absolument étonnant !" Il s'arrêta un instant, laissant entrer l'information, puis poursuivit. "Mais tous les tests que j'ai faits se sont révélés négatifs…"

"Oui, nous le savons," l'interrompit Clark. "Mais nous avons réuni des preuves d'autres sources…"

Clark s'arrêta pour regarder sa femme, puis se tourna vers le Dr Klein.

"Et une de ces preuves est absolument irréfutable."

Klein regarda Clark avec impatience.

"Vraiment ? Quelle preuve ?"

Lois l'interrompit. "Je suis enceinte."

Klein n'enregistra pas tout de suite les implications mais se concentra seulement sur le dernier mot de Lois.

"Vous êtes enceinte ? Lois, c'est merveilleux !"

Klein prit Lois dans ses bras la choquant presque par son attitude. Puis il se recula en la regardant, alors qu'il commençait à comprendre.

"Mais je ne vois pas ce que ça a à voir avec Superman." Il s'arrêta. "Ne me dites pas que les rumeurs sur vous et Superman étaient fondées…Vous n'êtes pas sa petite amie, n'est-ce pas ?"

"Non. Je suis sa femme."

"Mais… mais… vous et Clark… oh… oooooohhhhhh !" dit-il les yeux écarquillés et les lèvres serrées en prononçant le second 'oh', puis il ouvrit la bouche quand l'idée commença à faire son chemin.

Klein se dirigea vers sa chaise et s'y effondra. Lois et Clark attendaient apparemment calmes tandis que le docteur reprenait lentement sa respiration, refermait la bouche et revenait de sa surprise. Le couple se regardait l'air anxieux, inquiet d'avoir pris la mauvaise décision en mettant cet homme dans le secret. 'Est-il prêt pour ça ?' semblaient-ils se demander. Mais, c'était maintenant trop tard et tout ce qu'ils pouvaient faire était d'attendre que le Dr Klein retrouve la parole.

Le bruit changea dans le laboratoire quand l'imprimante sortit la dernière feuille. Toujours silencieux, Klein se leva et se dirigea vers l'autre pièce pour récupérer les feuilles de papier. Le retour à une occupation semi-normale semblait lui avoir fait du bien car, lorsqu'il revint dans son bureau, il avait l'air à nouveau tel qu'en lui-même. Il y avait encore une étincelle dans ses yeux et l'on pouvait pratiquement entendre les idées lui tourner dans la tête.

"Absolument étonnant, Clark. Euh… Superman… Comment… Comment dois-je vous appeler ?"

"Clark, ça ira, Dr Klein." répondit Clark, laissant échapper un soupir de soulagement maintenant que le moment de tension était passé. Il se tendit à nouveau quand une autre pensée lui traversa l'esprit.

"Euh, Dr Klein…vous n'allez le dire à personne, n'est-ce pas ?"

"Non ! Bien sûr que non !" répliqua l'homme catégoriquement. "Je comprends la nécessité du secret et je garderai ce secret comme j'ai gardé les autres par le passé."

Il attendit de voir Lois et Clark acquiescer avant de revenir à une question à laquelle il avait pensé quelques instant plus tôt.

"Alors comment êtes-vous arrivé à gérer ça depuis si longtemps ? Comment cachez-vous vos pouvoirs toute la journée ? Klein hésita. "Combien de personnes savent ?"

"Le moins possible," le coupa Lois, impatiente de revenir sur le sujet en question. "Et on vous dira tout plus tard. Nous pensons que nous allons avoir besoin de vos compétences biomédicales. Mais d'abord, il y a quelque chose de plus urgent dont on doit s'occuper."

"Oh ! Oui, bien sûr, les tests. Laissez moi voir…"

Le docteur commença à passer en revue les informations, annotant ça et là les colonnes jusqu'à trouver quelque chose de révélateur. Soudain, il s'arrêta.

"C'est étrange…"

"Quoi ?" demandèrent ensemble Lois et Clark.

Klein prit quelques secondes pour regarder encore l'information avant de répondre.

"Quand j'ai monté ce labo, j'ai installé un dispositif de sécurité. Au cas ou le système lâcherait, il y aurait des sauvegardes indépendantes. Quand des tests sont faits, les données sont envoyées dans l'unité principale de stockage dans l'ordinateur de mon assistante et dans le mien."

"Or, ici," poursuivit Klein, montrant l'imprimé, "se trouvent les données que j'ai téléchargées de mon ordinateur. C'est là où les choses deviennent étranges…"

Klein hésita à nouveau tandis que Lois et Clark s'avançaient pour regarder de plus près les chiffres qu'indiquait le docteur.

"Un chiffre aussi haut indique que le résultat est positif."

Klein regarda Clark.

"En fait, vous êtes fertile. Ou au moins vous l'étiez à ce moment là."

"Grosse surprise." ricana Lois en se frottant le ventre. "Et on dirait qu'il l'a été au moins une autre fois."

"Mais comment êtes vous parvenu à cette conclusion à l'avance ?" demanda Clark.

"Je ne sais pas."

Le Dr Klein tourna autour du couple et sortit de la pièce pour charger l'ordinateur principal ainsi que celui de son assistante.

"Mais nous pourrons le découvrir dans une minute."

Quelques instants plus tard, les données étaient imprimées d'une autre source. Tous trois passaient les informations en revue.

"Je l'ai !" s'exclama Lois, tenant une feuille de papier.

Les deux hommes se retournèrent et elle tendit la feuille au Dr Klein qui l'examina une seconde.

"Oui, c'est le test que j'ai fait. La date correspond à celle de l'impression de l'ordinateur de mon bureau mais les chiffres sont différents."

"Et pour le troisième ordinateur ?"

Il y eut davantage de froissement de papier tandis que le Dr Klein essayait de trouver la bonne page.

"Aha ! Voilà !" Klein s'interrompit pour lire les résultats. "Et les résultats sont également différents et indiquent que Clark est infertile."

"Est-ce que ça pourrait être un pépin dans le programme ?" demanda Clark.

"Peu probable. Si le téléchargement des informations était faux, il apparaîtrait de la même façon sur les trois ordinateurs."

"Alors, ça veut dire que les informations ont été changées manuellement ?" demanda Lois.

"Oui. C'est la seule possibilité."

"Mais si quelqu'un a changé intentionnellement les informations, pourquoi ne les a-t-il pas changées sur le vôtre aussi."

"Il ne devait pas être au courant que j'avais cette sauvegarde sur le disque, Lois. Vous voyez, je prends toujours les informations dans l'unité principale. Les dossiers de l'ordinateur de mon bureau ne sont jamais touchés. Ils sont là uniquement à titre de précaution. De plus, les dossiers sont invisibles, aussi personne ne pourrait savoir qu'ils sont là en regardant simplement dans le répertoire de mon ordinateur-- en supposant qu'il puisse passer au travers du mot de passe."

"Très bien." reconnut Lois. "Alors ça nous laisse avec quelqu'un qui a changé les données sur la fertilité de Superman. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à trouver de qui il s'agit."

"Le choix le plus logique serait l'assistante du Dr Klein." proposa Clark.

Klein fronça les sourcils. "Clarice ? Non, elle n'aurait pas fait ça ? Je la connais depuis des années, alors même qu'elle n'était qu'une jeune scientifique cherchant à se placer dans la recherche. J'ai confiance en elle. Je ne vois aucune raison pour qu'elle ait pu faire quelque chose comme ça. Non… ça doit être quelqu'un de l'extérieur."

"Mais est-ce que quelqu'un ne devrait pas être très au courant de votre système informatique pour parvenir à changer les informations ?" demanda Clark.

"Oui."

"Et cette personne ne devrait-elle pas connaître ou deviner les mots de passe pour accéder aussi bien au système principal qu'à l'ordinateur de Clarice ? poursuivit Clark.

"Oui." Répondit le Dr Klein paraissant de plus en plus déconcerté.

"Alors, ne serait-il pas plausible, Dr Klein, que le suspect le plus logique soit votre assistante ?" termina Clark.

Je suppose que oui." reconnut le Dr Klein. "Mais vous ne faites que supposer. Il nous reste à le prouver. Comment peut-on faire ça ?"

"Laissez nous nous occuper de ça." dit soudain Lois. "J'ai une idée…"

STAR Labs, tard le soir.

On frappa à la porte du Dr Klein.

"Entrez."

Une femme de grande taille, habillée de façon décontractée, entra dans le bureau avec hésitation.

"J'ai eu votre message. Vous voulez me voir ?"

"Oui, oui. Entrez, Clarice. Je suis désolé de vous déranger pendant votre jour de congé… mais c'est important."

La femme entra en hésitant, ses yeux bleus regardant le visage de son patron.

"Vous aviez l'air inquiet au téléphone. Que se passe-t-il ?"

"Je suis désolé de vous avoir donné cette impression. Ce n'est pas que je sois inquiet. Je suis juste curieux à propos de quelque chose… au sujet de résultats qui ne semblent pas être corrects."

"La femme fronça les sourcils et s'avança alors que le Dr Klein passait en revue une pile de feuilles et en sortait une. Elle se mordit la lèvre et serra les poings. Klein ignora les signes de sa nervosité et lui montra calmement quelques marques qu'il avait faites sur deux des feuillets.

"Quels sont ces résultats ?"

"Il s'agit des tests de sperme de Superman, Clarice. Vous-vous souvenez, vous avez fait plusieurs examens ces derniers mois ?"

"Oui. Oui, bien sûr, je m'en souviens. On devait les manipuler avec beaucoup de précaution. Vous vouliez qu'un travail complet soit fait pour déterminer leur fertilité. Et…" Elle hésita, semblant chercher les informations dans sa mémoire. "Si je m'en souviens bien, nous avons trouvé qu'il manquait une enzyme clé, ce qui lui rendait impossible de féconder l'ovule d'une femme terrienne car le sperme ne passerait pas la barrière de protection."

"C'est exact." confirma Klein. "Mais il y a un problème."

"Quoi ? Clarice se pencha un peu plus vers lui pour mieux regarder les chiffres des deux feuillets posés sur le bureau du Dr Klein. Il les prit et les lui tendit, la laissant prendre le temps de les regarder avant de lui indiquer à nouveau les chiffres entourés.

"Vous voyez, Clarice, j'ai passé une partie de la journée à faire le ménage. Avec tous ces sabotages qu'il y a eu, j'ai pensé qu'il valait mieux se débarrasser des informations superflues et faire un tirage de la plupart des résultats. En même temps, j'ai pensé qu'il serait bon de jeter un œil sur les résultats de certaines expériences que nous avons faites pour être sûr que personne n'ait piraté notre système informatique et modifié certains de nos résultats. C'est là que j'ai découvert ça."

Klein tapa sur la feuille, profitant du silence momentané pour observer la réaction de son assistante. Sa respiration était incroyablement lente et de légères perles de sueur apparaissaient sur son front. Il décida de lui porter le coup de grâce.

"Vous ne pouvez pas imaginer ma surprise, Clarice, quand j'ai lu les résultats des tests de Superman et que j'ai découvert que lors d'une de nos expériences il était fertile. Je ne me souviens pas avoir vu ces chiffres avant. Et vous ?"

La femme recula d'un pas, se mettant sur la défensive et prenant un air hautain.

"Vous ne m'accusez tout même pas d'avoir fait ça, n'est-ce pas ?"

Klein sourit et lui lança un regard des plus rassurants, faisant du charme de façon doucereuse.' Préparez l'insuline', pensa-t-il. 'Je vais en avoir besoin si je continue comme ça encore cinq minutes.'

"Oh non ! Bien sûr que non. Je suis seulement inquiet. Vous avez fait ces tests le soir et ce n'est que le lendemain que nous avons comptabilisé et regardé les résultats. Je crois que quelqu'un a piraté le système et a changé les résultats avant que nous ne les lisions."

"Changé les résultats ? Mais pourquoi ?"

"Je n'en sais rien, Clarice, mais j'en ai une vague idée. Ce pourrait être quelqu'un qui a une dent contre moi… Ou peut-être quelqu'un qui en veut à Superman. Ou quelqu'un qui s'est débrouillé pour connaître les résultats…" Il s'interrompit une idée lui venant. "Quelqu'un qui voulait s'assurer que la fertilité de Superman ne soit pas connue."

Klein cacha qu'il venait de remarquer la réaction sur le visage de la femme. Elle n'était pas énorme, mais le léger clignement de ses yeux quand il mentionna sa dernière idée était plus qu'éloquent. Maintenant, il devait juste rester prudent en poursuivant."

"C'est incroyable. Je n'arrive pas à comprendre comment quelqu'un aurait pu nous pirater. Ce devait être un magicien formidable. Le système informatique de STAR Labs est réputé pour être inviolable." dit Clarice d'un ton énergique.

Klein dut se retenir de sourire à ses derniers mots étant donné ce qu'il avait entendu de la bouche de Lois un peu plus tôt.

"Vous avez raison. C'est la raison pour laquelle nous devons commencer à enquêter. J'imagine qu'autant les autorités que la direction du service voudront savoir exactement comment quelqu'un a pu accéder à notre système et en modifier les informations. Je suis quand même heureux," il s'interrompit, levant les feuillets des tests positifs et les tenant sous son nez, "que nous ayons eu une autre sauvegarde qui n'a pas été affectée permettant aux tests originaux d'êtres toujours enregistrés."

Une fois encore, Clarice réagit. Ce n'était pas grand chose. Klein devait lui donner un A+ pour l'effort, mais le fait qu'elle retienne un peu sa respiration, d'autres petites perles de sueur et ses yeux légèrement écarquillés étaient tout ce qu'il avait besoin de voir. Le piège avait été tendu et le poisson mordait à l'hameçon. Maintenant, tout ce qu'il lui restait à faire était de le laisser se refermer sur le coupable.

"Bien." poursuivit le Dr Klein. Je suppose que tout va bien en fin de compte. On a juste eu de la chance d'avoir une sauvegarde supplémentaire du système." Il hésita, semblant se rendre compte de l'heure. "Oh, je suis désolé Clarice. Regardez comme il est tard. Vous devriez être chez vous à vous détendre, maintenant. Je déteste devoir vous appeler pendant votre jour de congé. Pourquoi ne rentrez-vous pas à la maison, maintenant. Je vous verrai demain martin, d'accord ?"

"Oui. Bien sûr. Bonne nuit." répondit Clarice hochant légèrement la tête et se retournant pour s'en aller. Elle était visiblement préoccupée.

L'assistante sortit du bureau du Dr Klein et l'on pouvait entendre le cliquetis de ses talons diminuer tandis qu'elle se dirigeait vers l'ascenseur. La porte du placard dans le bureau du Dr Klein s'ouvrit lentement et Lois et Clark en sortirent. En silence, Clark referma la porte, fit un clin d'œil au Dr Klein et leva le pouce en signe de victoire. Klein lui répondit de la même façon et lui fit un petit signe de la main alors que Clark marchait vers la porte. Bon, marchait n'était pas vraiment le mot juste. Il paraissait flotter juste au-dessus du sol. Assez près pour avoir l'air de marcher, mais assez haut pour que ses pieds ne touchent pas vraiment le sol, veillant à rester complètement silencieux pour suivre l'assistante. 'Étonnant' pensa Klein et il se tourna vers son bureau pour se replonger dans son travail. Tout était maintenant entre les mains de Superman.

A quelques pâtés de maisons de STAR Labs

Clark continuait de flotter derrière Clarice. Elle regardait constamment autour d'elle mais il se débrouillait pour rester dans l'ombre. Apparemment satisfaite de ne pas avoir été suivie, son pas changea pour devenir plus résolu et elle traversa la rue et se dirigea vers une ruelle. Clark attendit qu'elle ait traversé la rue et analysa ses options. S'il restait derrière elle, il marcherait dans la ruelle avec la lumière dans le dos pendant qu'elle serait dans l'obscurité. Ça voulait dire qu'elle le verrait si jamais elle se retournait. Il ne pouvait prendre ce risque. Alors, il jeta rapidement un œil autour le lui pour être sûr que personne n'était dans les parages et s'envola dans la nuit noire-- suffisamment haut pour que personne ne puisse le voir près des nuages dans le ciel sombre.

C'était une bonne chose qu'il ait pensé à mettre un jean et un polo noirs. Et le regard approbateur que lui avait jeté Lois juste avant qu'il ne quitte la maison lui avait montré que cette couleur ne lui convenait pas uniquement pour se faufiler. Il avait hâte de renter à la maison pour obtenir ce que sa femme lui avait promis du regard.

Secouant la tête pour s'éclaircir les idées de ses pensées distraites, Clark remarqua que Clarice était maintenant sortie de la ruelle et marchait dans l'une des rues les plus commerçantes de la ville. Elle pressa le pas, apparemment peu rassurée de se trouver à cet endroit aussi tard et puis s'arrêta devant un magasin de modèles réduits. Elle sortit une clé, regarda autour d'elle pour s'assurer qu'il n'y avait personne et déverrouilla la porte.

Quand elle entra à l'intérieur, Clark la suivit de sa vision à rayons X. Elle entra, s'arrêtant pour poser son sac à main sur le comptoir et appuya sur un bouton qui ouvrait une porte sur le sol. Elle avait l'air de soupirer de soulagement quand elle se dirigea vers la trappe menant au sous-sol et elle descendit quelques marches. Clark regarda ce qu'il y avait au-delà des escaliers et remarqua un tunnel de béton qui passait sous le bâtiment. Satisfait de voir qu'il n'y avait pas de plomb pour obstruer sa vue, mis à part un tuyau à l'occasion, il décida de suivre du ciel la progression de l'assistante plutôt que de risquer de se faire repérer en la suivant dans le souterrain.

Il voltigeait se maintenant sur les pas de la femme et suivait les méandres du souterrain qui serpentait sous la ville. Quelques autres tunnels-- venant de bureaux, propriétés privées et même d'une école-- croisaient le souterrain dans lequel elle se trouvait. Clark la regardait faire avec étonnement, essayant de comprendre tout ça. Enfin, Clark parvint à une porte au bout du souterrain. C'était une grande porte en fer qui grinça quand elle l'ouvrit et qui menait à un entrepôt… Un entrepôt qui n'avait aucun escalier menant au sous-sol, ce qui signifiait que personne ne connaissait l'existence de cette pièce.

Tandis que Clark scannait la pièce il remarqua d'autres portes de fer derrière lesquelles il regarda et découvrit d'autres souterrains partant dans toutes les directions. C'était un système très élaboré. Comment avait-il pu rater ça ? Depuis combien de temps existaient ces tunnels ? C'était difficile à savoir mais le béton ne semblait pas dégradé alors ça voulait dire que ce système de souterrains était récent. Ça faisait quelques années qu'il n'avait pas radiographier à grande échelle le sous-sol de Métropolis. C'était sans doute pour cela qu'il n'avait pas remarqué ces tunnels avant. Mais il les connaissait maintenant et il fallait qu'il fasse quelque chose à ce sujet. L'entrée de ses souterrains devait être condamnée avant que quelque autre groupe ne la trouve et ne l'utilise comme cachette.

En attendant, Clark reporta son attention sur Clarice qui entrait dans le sous-sol et se dirigeait dans un coin ou se trouvait plusieurs bureaux. Elle s'arrêta, regardant par la porte ouverte d'une salle ressemblant à un auditorium et poursuivit son chemin jusqu'à la première pièce dans laquelle se tenait un homme assit derrière un bureau. Clark la vit frapper à la porte et entrer. Il lui sembla que c'était le bon moment pour super écouter et se concentra sur ce que disaient les deux personnes.

"Directrice ?" commença l'homme, apparemment surpris de la voir. "Que faites-vous ici à cette heure ?"

"Il fallait que je vous vois, Grand Commandeur. J'ai bien peur d'avoir à vous donner des nouvelles importantes."

"Que se passe-t-il ?" L'homme se leva, s'avança vers la femme et la conduisit jusqu'à une chaise. "Asseyez-vous, ma chère. Vous êtes toute rouge. Maintenant dites moi de quoi il retourne."

"C'est à propos du labo, Monsieur." poursuivit Clarice, apparemment pas calmée par la voix de l'homme. "J'ai été appelée au bureau du Dr Klein ce soir. Il m'a montré des résultats." Elle baissa la voix dans un murmure. "Les résultats des tests de fertilité de Superman."

Le Commandeur prit une profonde inspiration, visiblement surpris de la tournure des évènements.

"Les résultats que vous avez modifiés ?"

"Oui ?"

"Mais comment a-t-il deviné ? demanda l'homme.

"Je ne sais pas, Monsieur. Tout ce que je sais c'est que d'une manière ou d'une autre il a d'autres données. Je pensais avoir changé toutes les informations, mais il avait une autre sauvegarde quelque part avec les résultats originaux."

"Pouvez-vous trouver l'endroit et changer ces résultats ? demanda le Commandeur.

"Je suppose que je peux le faire, mais je n'en vois pas l'intérêt maintenant, Monsieur. Il sait déjà qu'il existe des résultats positifs. Ça ne ferait que le rendre plus soupçonneux si le programme était changé."

Elle s'arrêta, réalisant soudain l'impact de la situation.

"Oh, Grand Commandeur, que vais-je faire ? Il n'a rien dit ce soir, mais j'ai peur qu'il me soupçonne. Et s'il appelle la police ? Et s'il leur dit que je suis derrière la série de sabotages à STAR Labs ? Croyez-vous qu'il puisse être au courant de l'existence de cette Société."

"Du calme, Clarice." dit l'homme de sa voix la plus douce. "D'accord, peut-être qu'ils peuvent remonter jusqu'à vous. Avez vous changé les données depuis votre ordinateur ?"

Il hésita quand la femme lui fit un signe de tête affirmatif.

"Bien, je crois que l'on peut encore arranger les choses. Il n'y a pas à s'inquiéter. De même que pour les autres sabotages vous ne vous êtes pas encore faite prendre, malgré de nombreuses enquêtes de police, donc, je ne m'inquiète pas. Et la Société ? Non, Klein ne peut rien savoir à ce sujet. Si cela était, quelqu'un aurait déjà tenté de nous arrêter."

Clark en avait assez entendu et il décida que le moment était venu de faire une de ces entrées théâtrales qu'il aimait tant. Tourbillonnant dans les airs, il revêtit son costume de Superman et se dirigea vers le sol, choisissant de pulvériser le tunnel par lequel Clarice était passée et de forcer la porte de fer pour parvenir au sous-sol.

Au bruit assourdissant de l'impact, les deux membres de la société sursautèrent mais eurent à peine le temps de réagir davantage quand Superman fit son entrée dans le bureau. Leurs yeux s'écarquillèrent et ils restèrent muets tandis que l'objet de leur haine apparaissait soudain devant eux.

"J'ai horreur de vous décevoir," dit Superman de sa voix puissante, "Mais, maintenant, quelqu'un doit vous arrêter."

Avant même que les deux protagonistes aient une chance de s'enfuir, Superman les attrapa par le col et les souleva, riant sous cape pendant que tous deux battaient vainement des jambes essayant de s'échapper.

"J'ai entendu tout ce dont j'avais besoin. On va s'occuper des membres de votre société. Ne vous faites pas de soucis. Je suis sûr que vous aller les revoir… En prison."

Ceci dit, Superman assura sa prise sur les deux coupables et sortit du sous-col, volant tout droit vers le poste de police.

Daily Planet, le lendemain.

Le titre du journal sur le bureau de Lois annonçait. "Deux Dirigeants du SHARP Arrêtés" Jimmy debout derrière Lois écoutait, enchanté, les détails de l'arrestation.

"Alors, Superman a filé Clarice depuis le laboratoire, trouvé la planque de la Société, est entré, a conduit les deux coupables au poste de police, les a fait incarcérer et puis est passé chez nous pour nous raconter toute l'histoire."

"C'est incroyable," ajouta Jimmy d'une voix admirative.

"La police enquête sur la Société, recherchant dans les bureaux une liste des autres membres et de plus amples informations sur les activités du groupe. Superman a détruit les souterrains menant au sous-sol et il aide STAR Labs à rechercher d'autres signes de sabotage."

Jusqu'ici, ils ont pu les inculper tous les deux de sabotage et piratage des données de STAR Labs et de collusion. Ils recherchent des preuves d'activités illégales dans les bureaux. Ils ont aussi attrapé deux autres membres de la société qui entraient dans le sous-sol et ils les interrogent pour savoir clairement ce que faisait cette société."

"Il y a une chose qui me laisse perplexe, Lois."

"Qu'est-ce que c'est Jimmy ?"

"Eh bien, je comprends que la société ait voulu changer les résultats des tests de Superman, mais pourquoi avoir commis un acte de sabotage ? Pourquoi faire quelque chose qui pouvait attirer l'attention alors qu'ils voulaient rester dans l'ombre ?"

"Je me le suis aussi demandé, Jimmy." répondit Lois, "mais il semble qu'il y avait une autre raison à ce sabotage. La nuit dernière, Clarice a avoué avoir détruit intentionnellement le travail de ses collègues. Quand on lui a demandé pourquoi, elle a répondu que c'était tout ce qu'ils méritaient."

Jimmy paraissait troublé.

"En fin de compte," poursuivit Lois, "cette Clarice était une jeune scientifique pleine d'avenir quand elle est sortie de l'université. Elle avait demandé un poste de directeur de recherches à STAR Labs mais il lui a été refusé. Elle ne l'a jamais accepté et plus tard elle a été engagée en tant qu'assistante du Dr Klein. Dés qu'elle fut entrée dans les lieux, elle prépara sa revanche et c'est exactement ce qu'elle fit. C'était sa façon de revenir à STAR Labs après en avoir été écartée."

"Oh, je vois." acquiesça Jimmy d'un signe de tête.

"Mais ce dont je veux parler, en fait, c'est des tests de fertilité de Superman." Les interrompit Perry, se joignant à la conversation. Il se trouvait assez près pour entendre ce qui venait d'être dit et avait choisi ce moment pour s'approcher du bureau.

Lois eut visiblement un mouvement de recul, détestant que cet aspect de l'histoire sorte au grand jour.

"Vous savez, Perry, j'aurais vraiment souhaité que nous n'ayons pas à publier ça."

"Je ne vois pas pourquoi, Lois. C'est une grande nouvelle. Et la ville mérite d'entendre de grandes nouvelles."

"Oui, je comprends ça, Perry," Lois hésita, son esprit se pressant de trouver une raison valable. "Mais je pense que ça peut choquer les gens, spécialement Superman, si c'est découvert."

"Pourquoi ? " demanda Perry réellement perplexe.

"Parce que…" Lois hésita puis suivit son idée et poursuivit. "Je pense que ça pourrait être dangereux. Il existait déjà une société contre Superman. Ce n'est pas la première, je le conçois, mais ce n'est certainement pas la dernière. Quand ils entendront parler des tests de fertilité de Superman, ils commenceront à conspirer plus sérieusement pour le détruire. On a maintenant arrêté la plupart des leaders et la police cherche toujours les autres ainsi que les membres, mais si la nouvelle sur Superman se répand …"

Elle s'interrompit, espérant ajouter un effet dramatique.

"Eh bien, qui peut dire que d'autres sociétés ne vont pas se monter. Cette fois elles pourraient bien ne pas être secrètes." Lois soupira et elle tiqua en réalisant quelque chose.

"Il y a tellement de gens qui aiment Superman pour ce qu'il est et pour ce qu'il fait mais j'ai bien peur qu'il y ait encore beaucoup de gens, là dehors, qui pensent à Superman uniquement comme à un extra terrestre qui n'est que toléré. Si la rumeur qu'il peut féconder l'ovule d'une femme terrienne se répand…Eh bien, je crains que ça provoque une hystérie collective. Il y a déjà eu le cas d'une femme prétendant avoir eu un enfant de Superman…" Lois s'arrêta, fronçant les sourcils en se souvenant du pauvre gamin, puis sans s'en apercevoir, posa sa main sur son ventre en réalisant qu'elle était la seule à pouvoir vraiment prétendre avoir un enfant de Superman.

"Je… Je dis seulement, Perry, que je ne pense pas que ce soit une bonne idée de publier tout ça. Ça pourrait faire plus de mal que de bien."

Son patron réfléchit une minute et sembla considérer cette idée.

"D'accord, Lois. Vous marquez un point. Mais avant que nous en restions là, il y a une autre question que j'aimerais vous poser."

Elle recula, inquiète de ce que ça pouvait être.

"D'accord…"

"Je veux juste savoir," poursuivit Perry "pourquoi diable Superman a-t-il fait faire ces tests de fertilité."

L'esprit de Lois marchait à toute vitesse tandis qu'elle cherchait une explication valable à donner.

"Vous savez, Perry, je lui ai moi-même demandé. Et… euh… il avait plusieurs raisons de faire ça. Mais surtout, je pense que c'était par curiosité."

"Curiosité ?"

"Oui, vous savez. Il ressemble tellement à la plupart des hommes - en apparence, taille et ainsi de suite. Je crois qu'il voulait juste savoir s'il était aussi comme eux pour ça. De plus, il voulait être sûr d'avoir une preuve indubitable au cas où une autre femme déclarerait être la mère de son enfant. Malheureusement, les résultats n'ont pas résolu son problème."

Lois s'arrêta réfléchissant davantage.

"Mais je pense que c'est aussi parce qu'il a peut-être envie de rencontrer quelqu'un. Vous savez, aimer une femme autant que Clark m'aime. Et si jamais il s'installait avec quelqu'un, je crois qu'il aimerait savoir à l'avance s'il peut ou non avoir des enfants."

Cette fois Lois se tut en sentant ses yeux se remplir de larmes.

"Hmmmm…" Perry se gratta la tête, songeur. "Je me demande à quoi ressemblerait le monde avec un petit Superman volant autour de nous."

Lois ne put s'empêcher de rire. "On ne sait jamais. Ça peut arriver." 'Peut-être plus tôt que vous ne le pensez.'

Sur ce, Perry parut satisfait, la félicita encore pour son article bien ficelé et s'en alla. Il s'arrêta après quelques pas et se retourna.

"Oh, Lois… J'oubliais presque…"

Elle le regarda sans avoir la moindre idée de ce qu'il allait dire.

"Jimmy m'a parlé de cette arnaque pour laquelle vous enquêtez dans les pharmacies. Quand puis-je espérer avoir cet article sur mon bureau ?"

Lois se figea, se demandant de quoi il voulait parler. Soudain, elle réalisa qu'il faisait allusion aux tests de grossesse. Paniquée, elle chercha une réponse et trouva enfin la bonne vieille habituelle.

"On y travaille, Chef."

Il lui jeta un regard amusé, s'interrogeant apparemment de sa réaction, mais acquiesça simplement et marmonna. "D'accord." Il se retourna et se dirigea vers son bureau, Jimmy sur ses talons.

Lois poussa un soupir de soulagement et se rejeta sur sa chaise.

"Eh bien, c'était intéressant." lui murmura Clark à l'oreille la faisant sursauter. "J'arrive juste et tu es là, silencieuse l'air paniqué, prenant ton temps pour répondre à Perry. Alors, dis moi," Clark lui fit un clin d'œil "C'était à quel sujet cette hésitation ?"

"Lois lui jeta un regard noir, refusant de répondre et donna une petite claque à son mari qui ricanait.

"Clark tu m'as fait peur… et ne te moque pas de moi comme ça. " Elle le regarda sévèrement, puis son visage se radoucit.

"Alors, comment c'est passé le 'ménage' à STAR Labs ?"

"Ça c'est bien passé et ne change pas de sujet, Lois."

"Je ne change pas de sujet. " Elle lui fit son plus beau sourire enjôleur. "Je mettais juste Jimmy au courant de l'article et je désamorçais une situation sérieuse…"

Clark la regarda sans comprendre.

"Perry posait des questions sur la fertilité de Superman. Je me suis débrouillée pour le convaincre qu'il valait mieux que le public ignore de ce petit détail." Lois s'interrompit, passant ses bras autour de son mari et l'attira à elle pour l'embrasser. "Je veux garder ça pour moi."

"Quoi ? Tu ne veux pas rendre Superman heureux ?"

"Je pensais que c'était déjà fait." dit-elle en souriant

Le yeux de Clark s'illuminèrent de joie.

"C'est fait, Lois. De plus d'une façon…" Il attendit jusqu'à ce quelle le regarde d'un air interrogateur. "Je me suis arrêté chez ton ami le médecin en revenant. Les résultats venaient juste d'arriver - rapide travail de laboratoire. Ils sont revenus positifs et tout à l'air normal. Nous allons être parents."

Le sourire de Lois s'agrandit et elle se pressa plus près de Clark, partageant sa joie.

Pendant de temps, Perry et Jimmy regardaient le couple qui finissait sa conversation.

"Que pensez vous qu'ils préparent, Chef ?"

"Difficile à dire, fiston. Avec Lois et Clark, on ne peut jamais être sûrs. Mais quoi que ce soit, c'est sûrement énorme. Et je parie qu'on ne sait pas tout sur cette histoire de pharmacie."

"Quoi ? Vous pensez qu'ils cachent quelque chose ?" Jimmy hésita, songeur. "Vous savez, je n'ai pas gobé son histoire. Mais pour quelle autre raison auraient-ils acheté tous ces tests ? Vous ne croyez pas…"

"On ne sait jamais, Jimmy." dit-il en riant.

"Chef, vous ne voulez pas dire sérieusement -- qu'ils avaient besoin d'un test de grossesse. Je peux imaginer Clark en père, mais Lois ? Mère de famille ? J'ai du mal ! Il y a autre chose que vous ne me dîtes pas…"

Perry se contenta de sourire au jeune homme et se retourna en sifflotant. Il s'arrêta, tourna la tête vers Jimmy et dit.

"Fais marcher tes instincts de journaliste, Jimmy."

Puis il reprit le chemin de son bureau, s'arrêtant de siffloter et choisissant plutôt de chantonner.

Cellule du 7éme District, Poste de Police de Métropolis, ce soir là.

Le poste de police avait été plutôt calme ce matin là et, en conséquence, deux personnes seulement se trouvaient dans l'ombre au fond de la cellule, chuchotant d'une manière conspiratrice. Si quelqu'un s'était trouvé assez près, il aurait vu un homme et une ferme parlant côte à côte pour garder leur conversation privée.

"Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? demanda Clarice, visiblement inquiète.

"Rien. On attend l'arrivée de nos avocats. Ce sont des membres de confiance de la Société. Ils vont nous faire sortir"

"Et s'ils n'arrivent pas à nous faire sortir ? J'ai avoué un grand nombre de délits ce soir. Je vais aller en prison. Et il y a de fortes chances que vous y alliez aussi.

"Le Grand Commandeur ricana.

"C'est un sacrifice que je suis prêt à faire, Clarice."

"Eh bien, pas moi."

"C'est déjà prévu, Clarice."

"Quoi ? Qu'est-ce qui est prévu ?"

"C'est un simple plan. Dans le cas où je serais pris, moi et quiconque avec moi devons prendre toutes les charges à notre compte. Nous laisserons la police croire qu'il n'y a aucun autre chef dehors et ceux qui resteront choisiront un remplaçant pour commander. C'est une mesure de sécurité. Peu importe ce qui peut nous arriver, la société doit prospérer. Aussi longtemps que Superman sera là dehors. Aussi longtemps que des aliens essayeront de régenter notre vie, nous nous battrons." Le Commandeur se mit à rire, certain que son plan serait suivi jusqu'au bout.

"Les plans ont été minutieusement préparés, Clarice. Ne vous inquiétez pas. La Nouvelle Société ne sera pas découverte. Ils tireront les leçons de nos erreurs. Et nous pourrons nous reposer tranquillement, sachant que nous avons œuvré pour une grande cause.

Le chef se plongea dans le silence, posant sa tête contre le mur tandis qu'il buvait ses dernières paroles. Son visage se fendit d'un sourire. Clarice, au contraire, paraissait inquiète et elle commençait à se ronger les ongles-- comprenant pleinement la situation.

Dernier étage d'une tour, appartement résidentiel, un peu plus tard.

Luthor était assis à son bureau, regardant son exemplaire du Daily Planet en tapotant ses doigts sur le bureau. S'arrêtant, il ouvrit l'un des tiroirs et en sortit un magnétophone miniature.

"Voir ce que je peux faire pour remettre cette Société Sharp sur pieds. J'ai horreur de voir tant d'énergie gaspillée, spécialement quand nous partageons tant d'objectifs communs. Après tout, je serai celui qui fera tomber Superman mais cependant, ces gens là sont pour lui une source d'ennuis. Ils méritent mon aide."

Il remit le magnétophone dans le tiroir, le ferma puis éteignit tout, sauf la petite lampe sur le coin de son bureau, la baissant jusqu'à ce qu'elle diffuse une faible lumière. Il se dirigea vers l'une des baies vitrées et contempla le ciel.

Beth entra dans le bureau sombre de son mari. Elle attendit que ses yeux s'habituent à la pénombre puis découvrit la silhouette familière qui se tenait près de la fenêtre, regardant les étoiles.

"Lex, pourquoi n'es-tu pas couché ?"

L'homme grand et souple se retourna et sourit à sa femme.

"Je suis désolé, très chère. Je n'arrivais pas à dormir."

"Qu'est-ce qui te préoccupe ?"

"Juste les affaires… rien de sérieux. Je pensais à cette organisation qui peut avoir besoin d'aide."

"Une organisation ? Comme une œuvre de charité ?"

"Oui. Une sorte de d'œuvre de charité. Eux et moi avons des œuvres communes et ils ont eu quelques problèmes récemment, aussi je pensais leur donner un coup de main."

Beth sourit et entoura ses bras autour de son mari.

"C'est merveilleux de voir que tu prends une part active à bâtir une meilleure société. Je suis fière de toi, Lex."

Il posa la main sur son menton et approcha sa tête pour embrasser son front.

"Tu aimes vraiment que j'aide mes semblables, n'est-ce pas ?"

"Oui, c'est vrai." lui répondit Beth en souriant, les yeux brillant d'une lueur malicieuse. "En fait, pourquoi ne te montrerais-je pas comme j'aime ça ?"

Lex sentit sa femme le serrer plus fort et il la fit pivoter et la conduisit dans le couloir.

"Oui… montre-moi."

Propriété de Lois et Clark, au même moment.

Clark poussa un soupir de satisfaction et serra ses bras autour de sa femme. Il la sentit se presser contre lui tandis qu'il se balançait … et se balançait. Le craquement du parquet et la respiration de sa femme étaient les seuls sons qu'il entendait tandis qu'il continuait de se balancer d'avant en arrière satisfait d'être assis sur le rocking-chair dans la chambre, sa femme confortablement installée sur ses genoux et pressée contre sa poitrine.

Il regardait dans le vide, cherchant à éloigner de son esprit les problèmes de la semaine et se concentrant plutôt sur le léger mouvement de la poitrine de sa femme qui respirait lentement, prête à s'endormir. Il la sentit se presser contre lui en prenant une profonde inspiration puis s'éloigner en la relâchant. Tout de suite après, elle se redressa et regarda son mari -- le sourire aux lèvres."

"A quoi penses-tu, cow-boy ?"

Clark se mit à rire, surpris de ce terme d'affection qu'avait choisit sa femme. Ça faisait un moment qu'il n'avait pas entendu cette expression et ça n'avait pas vraiment été un compliment à cette époque.

"Je pense à ce que ce doit être de devenir père."

Lois sourit légèrement et se pencha pour embrasser son mari. Clark perdit le contrôle de ses mouvements et la chaise s'arrêta de basculer tandis qu'il se concentrait sur les lèvres de sa femme, resserrant son éteinte avant de laisser ses mains vagabonder sur son corps. Il fit glisser ses doigts le long de sa poitrine puis les descendit les dirigeant vers son nombril. -- espérant obtenir une réaction agréable de sa part-- il s'arrêta, réalisant ce qui se trouvait sous sa main.

Clark se recula, regardant sa femme avec tout l'amour et l'émerveillement qu'il possédait. Elle comprit et lui sourit, posant sa main sur la sienne et appuyant légèrement, presque comme si de cette façon ils pouvaient vraiment sentir le bébé, même si c'était encore un peu tôt.

"Est-ce que tu réalises combien notre vie va changer ?" demanda Clark, la voix émerveillée.

Lois acquiesça, un sourire se dessinant sur son visage alors qu'elle pensait à quelque chose.

"Oui."

"Je ne plaisante pas, Lois. Notre vie va être très différente avec cette nouvelle petite personne dans nos vies."

"Je sais." répondit Lois, regardant son mari droit dans les yeux pour lui prouver sa sincérité. Puis son regard se fit malicieux tandis qu'une autre idée lui traversait l'esprit. "J'espère qu'il aura ton nez."

"Clark rougit.

"J'espère qu'elle aura ta persévérance" la contredit-il, puis il poursuivit, "mais pas ton talent pour les ennuis."

Il n'essaya même pas d'échapper à la petite claque amusée que lui donna sa femme.

"Heureusement qu'on a acheté une grande maison." poursuivit Lois en plaisantant. "Avec tous les grands-parents qui vont donner des monceaux de cadeaux, ce bébé va devenir un véritable enfant gâté."

Clark se figea à ces mots.

"Grands-parents ! Lois on ne l'a même pas encore dit à nos parents !"

Lois hocha la tête, le regard entêté.

"Euh - euh. Je ne vais pas encore le dire à mes parents. De la façon dont ma mère s'est occupée du mariage, il n'est pas question que je la laisse faire avec un bébé en préparation. En fait, je vais me tenir éloignée de cette conversation aussi longtemps que possible.

Clark acquiesça en grommelant mais hésita en réfléchissant à quelque chose.

"Et mes parents ?"

L'expression de Lois changea en pensant aux Kent. Elle pouvait imaginer comme les visages de Martha et Jonathan s'illumineraient en apprenant la nouvelle.

"Eh bien, je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'on leur dise. Est-ce qu'on les appelle ce soir ? Peut-être une grande discussion téléphonique, car je suis sûre qu'ils vont vouloir nous poser des tas de questions."

Clark réfléchit à cette idée, puis hocha la tête.

"Non. Je crois que nous devons profiter de la nouvelle encore un peu. Je vais te dire pourquoi… On va leur rendre visite le prochain week-end, pas vrai ? Attendons jusque là pour leur dire. De plus," Clark sourit. "J'aimerais voir leurs têtes quand je vais leur apprendre la nouvelle."

Lois lui fit un clin d'œil conspirateur et se pencha contre son mari, pressée de s'emparer de ses lèvres une fois encore.

FIN

 

Les personnages de cet épisodes sont la propriété de DC Comics, December 3rd Production et Warner Brothers. Aucune violation des droits n'est délibérée de la part des auteurs du "Season 5 groupe", toutefois, les idées exprimées dans cet épisode sont la propriété des auteurs de la 5ème saison( copyrighted © 1997)