Article-Web - 31/05/2009 PDF Imprimer Envoyer

31 mai 2009/May 31st, 2009

 

Traduction française/French translation

Transcription anglaise/English transcript


 

Super, man! Dean Cain still flies high. . .as an actor, producer and father (and not in that order)


Dean Cain just flew back from a job in Bulgaria.

It’s not what you think.

None of those “And boy, are his arms tired!” jokes, please.

His days as Superman are now a dozen years in the rear-view mirror, his star-making, four-year role opposite Teri Hatcher in Lois & Clark: The New Adventures of Superman (1993-97) now just a fading memory. Now it can be told: The Man of Steel was quite human, indeed. Changing in those phone booths clearly takes a toll.

“It was often fun, but I was young and had no idea what I was getting myself into,” the 42-year-old actor admits. “Think about it: I played two of three leads in the show. When we were shooting, I’d be working an 18-hour day minimum, sometimes it was 20 or more! It was so exhausting I swear that I just got done being tired maybe a year ago, not just physically but mentally. You feel like you’re in prison. I know better now. It cured me of ever taking another series again.”

Mind you, the Lois & Clark survival test hasn’t stopped Cain from working pretty much non-stop ever since. It’s been a feature gig here, a TV miniseries there, or a guest spot on Frasier or CSI: Miami or a recurring part on Las Vegas. He’s also taken to producing, founding Angry Dragon Entertainment in 1998 and having a hand in putting together TV reality shows like Ripley’s Believe It or Not! and the forthcoming big-screen horror flick Maneater, in which he also stars.

“I’ve never stopped getting steady paychecks,” the down-to-earth and affable Cain says. “I like to keep moving. It’s what I do.”

Yet Cain readily acknowledges that he’s no longer the young buck, and his age, his priorities have definitively changed. “I work my tail off,” he adds, “but it’s about working to live, not living to work.”

The primary reason for this transformation is a boy named Christopher Dean Cain, who turns nine on June 11, 2009. He’s Cain’s son by his former girlfriend, Samantha Torres, a one-time Playboy model, and is named for Cain’s adoptive father, director Christopher Cain. He and Torres split custody 50-50, and the two finally have what Cain describes as a “good” relationship following a protracted custody battle.

It’s obvious from the pitched excitement in his voice when talking about him that Cain is head-over-heels in love with this kid, who dreams of a football career.

“Spending time with him is absolutely my favorite thing to do,” Cain reveals. “He’s such an affectionate, wonderful boy. He still kisses me on the lips, and my brother says when that stops, I’ll have to get someone to replace that. You don’t get that too long from your kids, but he can do it as long as he wants. I get actual butterflies in my stomach when I know I’m going to see Chris. He’s the biggest impediment to working. I refuse to be away from him for too long. He’s made it easy to change my main focus in life to being a dad. I’ll go off to work for a month. More than that and my son comes with me.”

When the project is worth it, though, Cain will still make the commitment to ply his craft. Such was the impetus behind his role as a nasty ol’ con artist in the Hallmark Channel original movie The Gambler, the Girl and the Gunslinger, premiering Saturday, July 11. It gave the actor the opportunity to play the villain in a lighthearted and romantic western saga, depicting a gambler who goes by the handle Shea McCall. Things turn ugly when he wins 50 percent of a local ranch in a poker game, then get uglier from there when he butts heads with the Ranch’s other owner, a hard-nosed type played by James Tupper of Men in Trees. Pony up: Cain look damn good, eh?

“It’s really kind of a ‘bromance,’ a love triangle kind of thing,” describes Cain, who professes to having no special lady in his real life at present. “My dad produced and directed (the Brat Pack western) Young Guns like 20 years ago. He’s a cowboy with a ranch in Colorado, and I’d always wanted to work in a western, too. And I really got into the whole Man Thing.”

Man Thing?

“Oh yeah, you know---ride horses, shoot guns, play some cards, wrangle, eat around the campfire, never take a shower," he says. "It’s fun being a real man, especially when you’re like my character and don’t have to worry at all about being politically correct. Part of me would love to do more of that in reality, too. Because I mean, trust me, no matter what they say, women still want you to be the man. We can try to deny it, but the sexes are wired differently, and I celebrate that. It’s not a sexist thing, it’s a biology thing. It’s silly to think we can change thousands of years of ingrained behavior.”

One of the “guy” things that Cain does try to practice regularly is play golf, for which finding the time “is my only other priority besides work and being a dad,” he says. If it seems a fairly mundane existence for a man who lives in chic Malibu, graduated with a history degree from Ivy League mecca Princeton University (where he played varsity football and dated Brooke Shields) and played on his high school baseball team with a couple of dudes named Rob Lowe and Charlie Sheen, well, the actor born Dean George Tanaka in Mount Clemons, Michigan is just fine with that.

“I’m really happy with the place I’m at in my life,” Cain says. “I get to travel all over the world for work, I shoot 18 holes when I want, I live in an amazing area and I’ve got a phenomenal son. Would I like to have a partner to do things with? Sure. When the time is right, it’ll happen.”


Génial ! Dean Cain a encore le vent dans les voiles. . . en tant qu’acteur, producteur et père (et pas nécessairement dans cet ordre).


Dean Cain revient tout juste de Bulgarie.

Ce n’est pas ce que vous croyez.

S’il vous plait, veuillez vous abstenir de toute farce concernant “ses bras qui doivent être très fatigués !” .

Il y a déjà douze ans que Superman est disparu, c’est aussi ce qui l’a rendu célèbre, il a passé quatre ans à donner la réplique à Teri Hatcher dans Lois & Clark: les Nouvelles Aventures de Superman (1993-97), ce n’est maintenant plus qu’un souvenir. Ça peut maintenant être dit : l’Homme d’Acier était très humain, après tout. Se changer dans les cabines téléphoniques l’ont vieilli, visiblement.

“C’était amusant la plupart du temps, mais j’étais jeune et je n’avais auscune idée dans quoi je m’étais embarqué,” admet l’acteur de 42 ans. “Réfléchissez-y: je jouais deux des trois rôles principaux dans la série. Quand nous tournions, mes journées de travail avaient au minimum 18 heures. C’était parfois 20 ou plus. C’était tellement épuisant que je suis certain que j’ai récupéré toute mon énergie il y a à peine un an. Ce n’était pas simplement physique, mais aussi psychologique. On se sent comme en prison. Je fais des choix plus éclairés à présent. J’ai fait le choix de ne plus faire de séries.”

Ne vous méprenez pas, la fin de la vie de Lois & Clark n’a pas empêché Cain de travailler depuis. Il a fait des apparitions spéciales ici, il a tourney une mini-série là, ou encore un role secondaire dans la série Frasier ou CSI: Miami. Il a aussi eu un role recurrent dans la série Las Vegas. Il a aussi fondé sa propre agence de production en 1998, Angry Dragon Entertainment et il a mis la main à la pâte en travaillant à la production de la télé-réalité Ripley’s Believe It or Not! et le film d’horreur à venir Maneater, dans lequel il tient le role principal.

“Je n’ai jamais arête d’avoir des entrées d’argent régulières,” dit cet homme, qui a visiblement les pieds sur terre. “J’aime bouger et c’est ce que je fais.”

Mais encore, Cain avoue qu’il n’est plus le jeune homme fringuant qu’il a déjà été et à son âge, ses priorités ont changé. “Je m’acharne encore au travail,” ajoute-il, “mais je travaille pour vivre et non pas vivre pour travailler.”

La raison principale pour son changement d’attitude est son fils, Cristopher Dean Cain, qui a eu 9 ans le 11 juin 2009. Il a eu son garçon avec son ancienne petite amie, Samantha Torres, une ancienne mannequin pour Playboy et il a été nommé ainsi en l'honneur du père adoptif de Cain, le réalisateur Christopher Cain. Torres et lui ont la garde partagée de leur fils et ils ont une relation que Cain qualifie de ''bonne'', après une bataille difficile pour la garde de Christopher.

Il est évident que Cain est en amour par-dessus la tête avec son fils, avec le ton excité qu'il prend en parlant de l'aspiration du moment de son fils, soit de devenir joueur de football.

“Passer du temps avec lui est ma chose favorite,” déclare Cain. “C'est un garçon tellement affectueux et merveilleux. Il me donne encore des bisous sur la bouche et mon frère me dit que quand il arrêtera, je vais devoir trouver quelqu'un pour le remplacer. On n'a jamais assez de ces marques d'affection de la part de ses enfants et il pourra le faire aussi longtemps qu'il le voudra. J'ai des paillons dans le ventre quand je sais que je vais voir Chris. Il est ma raison de vivre, c'est en fonction de lui que je construis mon horaire de travail. Je refuse de me séparer de lui pendant des longues périodes.  C'est grâce à lui que j'ai appris le rôle de père. Je vais être en congé pour un mois dans quelques jours et je suis très choyé, parce que mon fils vient avec moi.”

Quand le projet en vaut la chandelle, par contre, Cain se débrouille pour trouver du temps.  C'est ce qui est arrivé pour pour le rôle de vilain que l'on lui a proposé dans le film ''TheGambler, the Girl and the Gunslinger'', diffusé sur la chaîne Hallmark, qui sera diffusé en grande première le samedi, 11 juillet prochain. Ça a donné l'opportunité à l'acteur de jouer le rôle d'un méchant dans un western romantique et léger, où il joue le rôle d'un joueur de cartes qui s'appelle Shea McCall. Les choses se corsent quand il remporte les parts de la moitié d'un ranch dans une partie de poker.  Cela devient encore pire quand son personnage n'arrive pas à s'entendre avec l'autre propriétaire du ranch, un type qui en a vu d'autres, campé par James Tupper . Dans la photo ci-contre, Dean a de la gueule, pas vrai ?

“C'est une histoire impliquant un triangle amoureux,” avoue Cain, qui déclare ne pas avoir de femme dans sa vie actuellement. “Mon père a produit et réalisé le film Young Guns il y a plus de 20 ans de cela.  C'est un vrai cowboy qui a un ranch dans le Colorado et j'ai toujours voulu m'impliquer dans le tournage d'un western, moi aussi. J'ai aussi pris cette histoire de Vrai Homme très au sérieux.”

Vrai Homme ?

“Bien sûr, vous savez : faire de l'équitation sur un cheval, tirer avec un pistolet, jouer aux cartes, s'occuper d'une ferme, manger près d'un feu de camp, ne pas prendre de douche," dit-il. "C'est agréable d'être un vrai homme, surtout quand vous campez mon rôle et que vous n'avez pas besoin de vous soucier d'être politiquement correct.  Une partie de moi aurait aimé que ça dure plus longtemps et j'aurais aimé faire plus ce genre d'activités dans la vraie vie.  Je veux simplement dire que, peu importe ce que les femmes disent, elles veulent encore que nous restions de vrais hommes. On peut le nier, mais les deux sexes pensent différemment et j'en suis fort heureux. Ce n'est pas une remarque sexiste, c'est un truc biologique.  Il est idiot de croire que l'on peut changer un comportement que l'homme a eu pendant des milliers d'années.”

Une des activités d' ''homme'' que Cain essaie de pratiquer régulièrement est de jouer au golf, “c'est une autre de mes priorités, à part le travail et être père,” admet-il. Si ça semble être une activité qui semble ordinaire pour un homme vivant dans la chic ville de Malibu, qui a gradué en histoire à l'université de Princeton (où il a joué au football et fréquenté Brooke Shields) et qu'il a eu comme coéquipiers son école secondaire des jeunes s'appelant Rob Lowe et Charlie Sheen, et bien, l'acteur qui avait pour nom à la naissance Dean George Tanaka s'accommode bien de son sort.

“Je suis très satisfait de la vie que je mène,” admet Cain. “J'ai la chance de parcourir le monde à cause de mon travail, je joue au golf quand ça me plaît, je vis dans un superbe endroit et j'ai un fils phénoménal. Est-ce que j'aimerais avec une partenaire avec qui faire tout ça ?  Oui, bien sûr. Quand les circonstances s'y prêteront, ça arrivera
.”

 

Mise à jour le Mardi, 16 Août 2011 00:46