Attitude - 05/2001 PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

Attitude

mai 2001 / May 2001


 


52    DEAN CAIN Gets a touch of the mox in his new film The Broken Hearts Club

oh superman

Dean Cain has tossed off his red cape and pants to play a bonafide heartbreaking gay stud in the new US comedy
The Broken Hearts Club.  Dennis Hensley plays Jimmy Olsen.


Just beause Dean Cain is the most famous face in the new gay ensemble flick, The Broken Hearts Club doesn't mean it was an easy gig for him to land.  "The studio didn't want me," reveals the 34-year-old actor over lunch at a Hollywood pasta place.  "The producer and director had to fight for me because a bunch of people at Sony didn't think I could do it." The suit-types reportedly had a hard time seeing the hunk who rose to fame as the Man of Steel on the series Lois & Clark : the New Adventures of Superman as a self-obsessed wannabe actor named Cole, who was gay and boffed everything in West Hollywood.  Cain finally convinced them, after a knockout audition with co-star Timothy Olyphant, who plays Cole's best friend, Dennis.

"The studio  did the biggest turn around Dean," says the film's writer-director Greg Berlanti."As the dailies were coming in, I was getting calls about how brilliant he was.  That was really satisfying.  He sort of vindicated himself by his abilities."

Cain may have had to jump through a few hoops ina single bound, but, he says, making The Broken Herats Club was more than worth it.

"This is the film I' m most proud of, of anything I've done," says the actor, whose previous gigs include the films Rag & Bone, Best Men and a pre-Lois & Clark stint on Beverly Hills, 90210. "When we got a standing ovation at Sundance and Greg Betlanti's up there trying not to cry, I felt so good to be there, knowing I had a hand in making this happen."

But just because Cain' moved beyond his caped cruisading image, doesn't mean his co-stars don't get to wind him up about it. "I loved asking Dean questions about Superman," admits co-star Timothy Olyphant (Go, Scream 2) "I asked him, 'Is the suit all one piece ?' and Dean goes, "The blue thing's all one, and you pull on the red shorts." And I said, "Well, you can call them shorts if you want to, but I think we all know, they aren't shorts."

Even Berlanti got in on the fun. "Right before we began production, I out in a joke in where someone sees Cole and says, "It's a bird, it's a plane, it's superslut,' " recalls the firs-time director.  "We ended up using the take where we didn't make reference to it because Dean did such a fime job just o separating himself from his former identity immediately.  He made you believe that he really is a cad."

"The guy's not really a cad," says Cain, in defense of his heartbreaker character.  "He just doesn't realize what he's doing. He has no conscience."

He does, however, have a bit of hang-up about his masculinity. "One of the characters calls me bottom boy and I get offended," says Cain, with a laugh.  "Of course, I didn't know what bottom boy meant so I had to ask.  The director and the producer had quite a lot of fun explaining to me.  They said, "You are ye who receive." I said, 'okay' ".

How did you get involved with The Broken Hearts Club ?

One of my reprentatives sort of snuck the script in there with a bunch of other scripts.  They didn't say, "Here's this gay film," didn't say anything.  I read it and absolutely loved it.

What was it about the script that resonated ?

I love the character that I got to play, Cole, whether he was gay or not gay, or on fire or whatever he happened to be.  It was a great character to play.  And when I read the script, I was laughing out loud and I wanted to read parts of it to my friends.

Were you ever concerned with being too gay or not gay enough ?

For sure.  We had a gay meter. One time, I actually got, "Dean, this is your most gay moment." We had a good week of rehearsals, where we really got to ask a lot of questions, and get involved with the characters.  We all became friends during that time which is really great.  Because we had no money whatsoever, our trailers consisted of these dirty littles cubby holes, so we were all sitting around talking all the time.  It made for great camaraderie.

Have you ever worked in a restaurant like your character does ?

For a day.  I would have been fired but I quit first.

There's a baseball scene where Cole flirts with the sexy catcher during his time at bat that comes off classic romantic comedy banter, in terms of the writing and acting.  Did you feel like Meg Ryan ?

No (Laughs). But when I read that scene, I was like, "I'm doing this movie."

What did your family think of you being in a gay movie ?

My mother and my father were not wide open to it, to be quite honest, but every time I chosse a film, it's the the wrong film.  But after my mom saw the film at Sundance, she absolutely loved it.

What about your agents ?

Because I played a gay character before in the film Best Men, my representatives were concerned at first.  In that film, my character's sexuality wwasn't really specific in the way that it is for Cole.  You never saw anything that's lead you to believe he was gay at all.  It was like his dark secret. But my representatives didn't want me to be perceived as the guy who plays the gay characters all the time, no more than they want me to be perceived as Superman.

What's the most unheroic thing you ever did in the Superman costume ?

Taking a leak was always weird.  There's a little trap door built in.  When we were designing it, I said, "I actually do have to go to the bathroom on occasion and I'd like to not have to take the entire suit off."

So you were never in your trailer filling out tax forms as the Man of Steel ?

No, not really.  I always wanted Superman to be action guy, and I hated when he had to do any talking.  I thought he should always come in, save the day, and get out.  I have to say, I'm very proud of Superman, because that was an insane effort.  That was the most demanding effort I've ever put into anything.  I'd leave my house and be home 18 hours later ; five, six hours of sleep a night, every night. It was horrible.  Plus, I had to stay in shape and there was no time made for it.  They didn't give me any time to do it.

Did you get a ot of gay fan mail when you were Superman ?

Oh yeah.  The gay fan mail, except for a couple of wackies, was usually the sweetest and nicest, like, "I'm  gay and 23... are you gay ?"  Gotta love these questions.  Things like that.

Do you ever feel like you don't get a fair shake because people think of you as Superman ?

That happens all the time, but it ha nothing to do with the public.  It's the studio people.  That,s something I've been working to change the last three years, which is the reason to do films like this.

Now you know what's going to happen...

"He's too gay !"

Broken Hearts Club is a movie about friendship.  At what points in your life have your friends really been there for you ?

My upbrigning in California was sort of idyllic.  Then I went to college at Princeton in New Jersey, my friends there, that I played football with, became the friends I lived and died with and they're still my closest friends in the world.

What was college like for you ?

There were times where I felt so out of place being a kid from California in New Jersey.  They always called me the California Surfer Boy and out here, they always called me Mister Athlete. So I didn't always feel like I fitted in.  At one point, I basically was going to leave Princeton and come back to UCLA.  I had had it with the East Coast and I was just about ready to snap.  I remember one day I was walking back from practise, I was kind of lethargic, and my buddiss are looking at me strangely and finally, I go, "Do you ever just think about life and just ending it ?"  And my friend goes, "Okay, hold on ! Sit down,"  I wasn't really thinking about suicide but I said that in one of those soul-searching moments.  My friend sat me down and made me talk it out for like a half hour in the freezing cold.

Have you ever had your heart broken ?

Any time I get out of a relationship.  I got devastated a couple of years ago.

Did you get fat ?

No, I would tend to work out.

Michael Bergin's action star character gives Cole a dose of his own medicine and stands him up.  Have you ever been stood up ?

It's happening tons.  In college, it happened plenty.  No too long ago, I asked this girl out, and she said she would be happy to go to dinner.  And I see her the next day and I say "Hey, we still on for dinner tonight ?" And she says, "No, no." And I said "We're not going to go to dinner tonight ?"  And she goes "No, I'm sorry. I can't."  I said, "You can't ?"  And she goes, "No."  Turned around, walked away.  End of story.

You recently became a father to a son, Christopher Dean Cain, with girlfriend Samantha Torres.  Have you talked about it in the press yet ?

I did the Rosie O'Donnell Show before the baby was born.  First question she asked, "So, you're going to be a dad soon."  I was like "Woah."  Right outta the gate there.  Samantha's actually my ex-girlfriend, but it's a wonderful thing.  A little unique in the situation, but we're going to rise this child together and it's very exciting.  I was at every doctor's appointment and on the set of Broken Hearts Club I was hitting Timothy Olyphant up for baby questions non-stop.

Where's home for you now ?

In Malibu, but I have a home in Colorado, just outside of Aspen.  This is my favorite place to get away to.  It's right on the river.  I love that.

Who is the first gay person you remember meeting ?

I believe my fifth and sixth grade teacher was gay.  Great teacher.

He was so gay you had him for two years.

That's right and it was an non-issue.

Did he have really fabulous class bulletin boards ?  What was the dead gaveaway ?

I didn't even know, but I think my mom said, "I think your teacher is gay," and she explained it to me.  That was about it.  He's still teaching.

Do you have gay actor friends who are in the closet ?

Yeah.  I know so many people who are gay I don't even think about it.  It's not even a thought, but I guess I'm not middle America.

The Broken Hearts Club features several tear-jerling Carpenters songs.  Do you have a Carpenters song memory in your past ?  Or is that just to gay ?

I think it's way, way, way too gay for me, certainly. (Laughs)

Okay, then I won't even bring up Olivia Newton John.

No, I love Olivia, especially in Grease.

Did you like nice Olivia or slutty Olivia in the black spandex ?

The nice one.  You want her to be slutty for you, but nobody else.



and action...

Broken Hearts maker Greg Berlanti on the life of on out director in Hollywood.

Did Broken Hearts turn out the way you've hoped ?

Definitely, I wanted to make a film in the style of The Big Chill - an ensemble peice about friends, only with a gay twist. It's all about how gay people need that second-family thing around them.

Which of the characters are you most like ?

I'm a composite of all of them. I've been through chronic break-ups, struggled in my head about coming out, been cynical and then hoped I'll find love.

What was your own coming-out experience like ?

The usual thing.  My friends were great but it didn't go so hot trot with my family.  My parents didn't take it very well, but they're very supportive.

What's your involvment in Dawson's Creek ?

I came on board as a writer during the show's second season.  I'm head writer now.  I came aboard to develop Kerr [Smith]'s [gay] role.  Kerr's so cool about the whole thing.  He doesn't worry about that.  It's the same thing with Dean Cain.  He's done two or three gay roles, but that hasn't armed his carrer.

 


oh superman

Dean Cain a délaissé sa cape rouges et ses collants pour jouer un briseur de coeurs gai dans la nouvelle comédie américaine The Broken Hearts Club.  Dennis Hensley joue ici pour vous le rôle de Jimmy Olsen.


Simplement parce que Dean Cain est la figure la plus connue dans ce nouveau film gai, The Broken Hearts Club ne veut pas dire que ça a été facile pour lui d'obtenir le rôle.  "Le studio ne voulait pas de moi," révèle l'acteur de 34 ans, lors d'un lunch à un restaurant de pâtes d'Hollywood.  "Le producteur et le directeur ont dû se battre pour moi parce qu'une bande de gens de Sony ne croyaient pas que je pourrais y arriver." Les vestons cravates avaient, semble-t-il, de la difficulté à voir ce beau mec qui a gagné de la popularité en jouant le rôle de l'Homme d'Acier dans la télésérie Lois & Clark : les Nouvelles Aventures de Superman comme un acteur égocentrique voulant être connu nommé Cole, qui était gai et musclé, tout ce qu'il y a de typique à West Hollywood.  Cain les a finalement convaincus, après une audition du tonnerre avec sa co-vedette Timothy Olyphant,qui joue le rôle du meilleur ami de Cole, Dennis.

"Le studio a fait le plus grand fracas autour de Dean," dit le scripteur directeur du film, Greg Berlanti. "Alors que les commentaires nous arrivaient, je recevais des appels à savoir comment il était brillant.  C'était très satisfaisant.  Il a en quelque sorte dépassé ses capacités."

Cain a peut-être dû passer au travers quelques cerceaux à la fois, mais, dit-il, faire partie de The Broken Hearts Club en valut plus que le coup.

"C'est le film dont je suis le plus fier, de tout ce que j'ai fait," dit l'acteur, dont les précédentes productions incluent Rag & Bone, Best Men et une apparition pré-Lois & Clark dans Beverly Hills, 90210. "Quand nous avons eu une ovation debout à Sundance et que Greg Berlanti était là-haut sur la scène et qu'il essayait de ne pas pleurer, je me sentais si bien d'être présent, sachant que j'avais contribué à cet événement."

Mais simplement parce que Cain a surpassé son image de justicier en cape, ça ne veut pas dire que les autres vedettes ne lui ont pas rappelé. "J'ai adoré posé des questions de Superman à Dean," admet Timothy Olyphant, la co-star de Dean (Go, Scream 2) "Je lui ai demandé : 'Est-ce que le costume est fait en une pièce ?' et Dean répond, "Le truc bleu en est une et tu dois mettre ensuite la culotte rouge." Et je lui ai dit, "Et bien, tu peux appeler ça une culotte si tu veux, mais on sait tous que ce n'est pas une culotte."

Même Berlanti s'est joint à la partie de plaisir. "Juste avant que l'on ne commence la production, j'avais inclus une farce où quelqu'un voit Cole et dit, "C'est un oiseau, c'est un avion, c'est Superput,' " se rappelle le directeur.  "Nous avons fini par utiliser la scène où l'on n'y faisait pas référence parce que Dean a fait un si bon boulot à se détacher de son ancienne identité dès le départ.  Il nous a fait croire qu'il était réellement une canaille."

"Le type n'est pas réellement un canaille," dit Cain, en défense envers son personnage briseur de coeurs.  "Il ne réalise tout simplement pas ce qu'il fait. Il n'a pas de conscience."

Il a, cependant, un peu de difficulté à affirmer sa masculinité. "Un de personnages m'appelle "bottom boy" et je suis offensé," dit Cain, en riant.  "Bien sûr, je ne savais pas ce que voulait dire "bottom boy", alors j'ai dû le demander. Le directeur et le producteur ont eu beaucoup de plaisir à me l'expliquer.  Ils m'ont dit, "Tu es celui qui la reçoit." J'ai répondu, 'd'accord' ".

Comment en êtes-vous venu à vous impliquer dans The Broken Hearts Club ?

Un de mes représentants a en quelque sorte glissé le script dans une pile avec plein d'autres scripts. Ils n'ont pas dit, "Voici un film gai," ils n'ont rien dit.  Je l'ai lu et je l'ai absolument adoré.

Qu'est-ce qui a le plus ressorti dans le script à vos yeux ?

J'adorais le personnage que j'allais jouer, Cole, peu importe s'il était gai ou non, ou encore en feu ou peu importe ce qu'il était.  C'était un excellent personnage à jouer. Et quand j'ai lu le script, je riais à gorge déployée et je voulais en lire des extraits à mes amis.

Est-ce que vous vous en êtes déjà fait, à savoir si vous étiez trop ou pas assez gai ?

Certainement. Nous avions un gai-mètre. Une fois, on m'a déjà dit, "Dean, c'est ton moment le plus gai." Nous avons eu une bonne semaine de pratique, où nous avons pu poser plein de questions et où on a pu entrer en contact avec nos personnages. Nous sommes tous devenus des amis pendant cette période, ce qui a fait que ça a été super.  Parce que nous n'avions pas d'argent, nos cabines étaient constituées de ces petits cubicules impersonnels, alors on était tous assis ensemble et on parlait tout le temps. C'était un climat qui incitait à la camaraderie.

Avez-vous déjà travaillé dans un restaurant comme votre personnage le fait ?

Pendant un jour.  J'aurais été congédié, mais j'ai démissionné en premier.

Il y a une scène de baseball où Cole drague le receveur sexy alors qu'il est au bâton, ça vient tout droit de la comédie romantique classique, en termes d'écriture et de jeu d'acteur. Est-ce que vous vous sentiez comme Meg Ryan ?

Non (Rires). Mais quand j'ai lu la scène, je me disais, "Je fais ce film."

Que pensait votre famille que vous fassiez partie d'un film gai ?

Ma mère et mon père n'étaient pas complètement ouverts à cette idée, pour être honnête, mais à chaque fois que je choisis un film, c'est le mauvais.  Mais après que ma mère l'ait vu à Sundance, elle l'a tout simplement adoré.

Qu'ont-dit vos agents ?

Parce que j'avais joué le rôle d'un homosexuel dans le film Best Men, mes agents étaient d'abord inquiets.  Dans ce film, la sexualité de mon personnage n'était pas aussi spécifique que celle de Cole.  Jamais vous n'avez vu un indice qui laissait croire qu'il était gai.  C'était comme son sombre secret. Mais mes agents ne voulaient pas que je sois perçu comme le type qui joue des tout le temps des rôles homosexuels, pas plus qu'ils ne veulent me voir être perçu comme étant Superman.

Quelle est la chose la moins héroïque que vous ayez accompli dans le costume de Superman ?

Aller aux toilettes a toujours été étrange. Il y a une petite porte qui avait été conçue pour ça. Quand nous étions en train de le concevoir, j'ai dit, "Je dois parfois aller à la toilette et j'aimerais bien ne pas avoir à enlever tout le costume."

Alors, vous n'étiez pas dans votre loge en train de remplir des formulaires sous le nom de l'Homme d'Acier ?

Non, pas vraiment.  J'ai toujours voulu que Superman soit un personnage d'action et je détestais quand il devait parler. J'ai toujours pensé qu'il devait toujours arriver sur la scène, sauver la planète et se retirer. Je dois cependant dire que je suis très fier de Superman, parce qu'il demandait un effort fou.  C'était l'effort le plus demandant que j'aie jamais eu à fournir. Je partais de la maison pour y revenir 18 heures plus tard ; je me tapais ensuite cinq ou six heures de sommeil par nuit, tous les soirs. C'était horrible.  E plus, je devais me tenir en forme et il n'y avait pas de temps alloué à ça.  Ils ne me donnaient pas de temps pour le faire.

Avez-vous reçu du courrier de fans gais quand vous étiez Superman ?

Oh oui.  Le courrier gai était, sauf pour quelques détraqués, habituellement le plus gentil et le plus courtois, comme, "Je suis gai et j'ai 23 ans... êtes-vous gai ?"  Il faut aimer ces questions. Des choses comme ça.

Croyez-vous que vous êtes victime d'injustices parce que les gens vous associent à Superman ?

Ça arrive tout le temps, mais ça n'a rien à voir avec le public.  Ces sont les gens des studios.  C'est quelque chose sur quoi je travaille depuis les trois dernières années, c'est la raison pour laquelle le je fais des films comme ça.

Et maintenant vous savez ce qui va arriver...

"Il est trop gai !"

Broken Hearts Club est un film sur l'amitié.  Jusqu'à quel point est-ce que vos amis ont vraiment été là pour vous ?

Mon enfance en Californie a été en quelque sorte idyllique.  Puis, je suis allé au collège Princeton dans le New Jersey, mes amis étaient là, ceux avec qui j'ai joué au football, ils sont devenus les amis avec lesquels je vivais et je mourrais et ils sont encore les meilleurs amis que j'ai dans le monde entier.

À quoi ressemblait le collège pour vous ?

Il y a des fois où je me sentais si exclu d'être un enfant de la Californie dans le New Jersey.  Ils m'appelaient toujours le gars Surfeur de Californie ou ils m'appelaient Monsieur l'Athlète. Alors, j'avais parfois l'impression de ne pas m'intégrer. À un certain moment, je voulais quitter Princeton et revenir à UCLA.  Jen avais plus qu'assez d'être sur la Côte Est et j'étais à deux doigts de craquer. Je me rappelle un jour, en revenant de la pratique, j'étais dans un état léthargique et mon ami me regardait d'une manière étrange et je dis finalement : "As-tu déjà pensé à la vie et à l'interrompre comme ça ?"  Et mon ami m'a dit, "D'accord, attends une seconde ! Assis-toi,"  je ne pensais pas réellement au suicide, mais dans un de ces moments où je me posais des questions existentielles.  Mon mai me fit asseoir et me fit parler pendant quelque chose comme une demi-heure dans le froid.

Avez-vous vous déjà eu le coeur brisé ?

Toutes les fois que je sors d'une relation amoureuse.  J'ai été dévasté il y a quelques années.

Avez-vous engraissé à la suite de ça ?

Non, j'ai plus tendance à m'entraîner.

Le personnage de films d'action de Michael Bergin donne à Cole une dose de sa propre médecine et le laisse tomber. Vous êtes-vous fait déjà plaqué ?

C'est arrivé une tonne de fois. Au collège, c'est arrivé souvent.  Il n'y a pas si longtemps, j'ai demandé à une fille de sortir avec moi et elle a dit qu'elle serait être heureuse de dîner avec moi.  Et je la vois le jour suivant et je lui dis : "Hé, on sort toujours dîner ce soir ?" Et elle dit, "Non, non." Et je lui réponds : "On ne va pas dîner ce soir ?"  Puis elle dit : "Non, je suis désolée. Je ne peux pas."  Je lui demande, "Tu ne peux pas ?"  Et elle répond, "Non."  Elle se retourna et partit dans l'autre direction.  Fin de l'histoire.

Vous êtes récemment devenu le père d'un petit garçon, Christopher Dean Cain, avec votre petite amie Samantha Torres.  En avez-vous parlé dans les journaux jusqu'à maintenant ?

Je suis allé au Rosie O'Donnell Show avant que le bébé ne naisse.  La première question qu'elle m'a posé : "Alors, vous allez être un papa bientôt."  J'ai réagi comme ça : "Wow !"  Tout de suite sans avertir.  Samantha est maintenant mon ancienne petite amie, mais c'est une chose merveilleuse qui nous est arrivée. La situation est un peu particulière, mais nous espérons élever cet enfant ensemble et c'est très excitant.  J'étais présent à tous les rendez-vous chez le médecin et sur le plateau de Broken Hearts Club, je n'arrêtais pas d'assommer Timothy Olyphant avec des questions à propos des bébés, non-stop.

Où habitez-vous présentement ?

À Malibu, mais j'ai aussi une maison dans le Colorado, juste à l'extérieur d'Aspen.  C'est mon endroit préféré pour m'échapper. C'est tout près de la rivière.  J'adore ça.

Quelle est la première personne gai que vous vous rappelez avoir rencontré ?

Je crois que mon professeur de cinquième et sixième année. Excellent professeur.

Il était si gai qu'il vous a enseigné pendant deux ans.

C'est ça et ça n'a aucune importance.

Est-ce qu'il avait des bulletins de classes tout à fait exceptionnels ?  Quel était le type qui clochait ?

Je ne le sais même pas, mais je crois que ma mère m'a dit, "Je crois que ton prof est gai," et elle m'a expliqué ce que c'était.  C'était à peu près ça. Il enseigne encore.

Avez-vous des amis gais qui sont acteurs, mais qui sont encore dans le placard ?

Ouais.  Je connais tant de personnes qui sont gaies que je n'y pense même pas.  Ce n'est pas quelque chose qui m'a effleuré l'esprit, mais je suppose que je ne suis pas l'américain moyen.

The Broken Hearts Club met en vedette plusieurs chansons des Carpenters qui font verser des larmes.  Avez-vous une chanson des Carpenters qui vous revient en mémoire ?  Ou est-ce que c'est trop gai ?

C'est trop, trop, trop gai pour moi, c'est vrai. (Rires)

D'accord, alors je ne parlerai pas d'Olivia Newton John.

Non, j'aime Olivia, surtout dans Grease.

Est-ce que vous aimez mieux la gentille Olivia ou Olivia la vicieuse dans du spandex noir ?

La gentille.  C'est vous qui voulez qu'elle soit vicieuse, personne d'autre.


et action...

Le producteur de Broken Hearts, Greg Berlanti sur la vie d'un directeur qui s'affirme à Hollywood.

Est-ce que Broken Hearts a tourné de la manière dont vous l'aviez espéré ?

Définitivement, je voulais faire un film dans le genre de The Big Chill - une pièce d'ensemble à propos d'amis, seulement avec une tournure gai. C'est à propos de gens gai qui ont besoin qu'une seconde famille les entoure.

À quel personnage ressemblez-vous le plus ?

Je suis une composition de tous.  Je suis passé au travers de ruptures chroniques, je me suis débattu dans ma tête pour m'affirmer, j'ai été cynique et j'ai ensuite espéré de trouver l'amour

Quelle a été votre propre expérience quand vous êtes sorti du placard ?

Le truc habituel.  Mes mais étaient exceptionnels, amis ça n'a pas été si bien avec ma famille. Mes parents n'ont pas très bien pris la chose, mais ils me supportent beaucoup.

Quelle est votre implication dans Dawson's Creek ?

J'ai joint l'équipe pendant la seconde saison comme scripteur.  Je suis le scripteur principal maintenant.  J'ai réussi à développer le personnage [gai] de Kerr [Smith].  Kerr accepte très bien la chose. Il ne s'en fait pas.  C'est la même chose avec Dean Cain.  Il a joué des rôle gais deux ou trois fois, mais ça n'a pas fait de mal à sa carrière.

Mise à jour le Lundi, 11 Avril 2011 02:09